Alonso explique le choix de son relais en pneus tendres

Fernando Alonso a justifié son choix de passer aux pneus tendres à la mi-course du Grand Prix de Chine tout simplement parce qu'il n'avait plus de pneus durs disponibles.

Fernando Alonso, Aston Martin AMR24

Photo de: Mark Sutton / Motorsport Images

Le pilote Aston Martin a commencé le Grand Prix de Chine avec un seul jeu de pneus durs et deux jeux de pneus mediums. Lorsqu'il a commencé la course avec des pneus mediums et qu'il est passé aux seuls pneus durs après 11 tours, il s'est retrouvé sans la flexibilité stratégique de ses rivaux lorsque la première voiture de sécurité est intervenue pour récupérer la Sauber de Valtteri Bottas.

Comme Alonso n'avait plus de pneus durs pour atteindre l'arrivée, Aston Martin l'a fait passer aux pneus tendres pour la première relance. Mais avec plus de la moitié de la course à faire, Alonso s'est engagé dans une course à trois arrêts, dont le dernier s'est effectué au 43e tour pour chausser son deuxième train de pneus mediums. Cet arrêt l'a fait passer de la cinquième à la douzième place, mais l'Espagnol a réussi à remonter facilement jusqu'à la septième place avec le point du meilleur tour en bonus.

"Nous n'avions plus de pneus durs. Nous avions un jeu de pneus tendres, un jeu de pneus mediums et 35 tours devant nous, ce qui, selon nos calculs, ne nous permettait pas d'aller jusqu'au bout", a déclaré Alonso. "Il y a eu beaucoup de tours sous Safety Car pour enlever la Sauber, puis à nouveau quand la deuxième a fait son apparition."

"Je me sentais rapide mais les positions n'étaient pas bonnes quand j'étais à la dixième place. C'était difficile mais c'était notre seule stratégie. C'est bien d'avoir eu le point du meilleur et d'avoir senti la voiture performante. Nous avons un bon DRS cette année, donc c'était très facile de doubler. J'ai failli avoir un accident dans le dernier virage, j'étais au maximum de mes possibilités."

Alors qu'il chassait Lewis Hamilton pour la huitième place, Fernando Alonso s'est fait une énorme frayeur dans le dernier virage du tracé de Shanghai. Heureusement le double champion du monde a réussi à rattraper son AMR24 pour ne pas toucher le mur comme Carlos Sainz l'a fait lors des qualifications.

Fernando Alonso, Aston Martin F1 Team, interviewé par Melissa Jimenez, DAZN

Fernando Alonso

Photo de: Zak Mauger / Motorsport Images

Mike Krack, directeur de l'équipe Aston Martin, a ajouté qu'en raison de la forte dégradation des pneus lors de la course sprint, l'équipe était préoccupée par le manque d'efficacité d'une stratégie à deux arrêts avec un pneu dur et deux mediums, et a donc pris le "risque" d'une stratégie à trois arrêts.

"Nous nous sommes dit qu'il était probablement préférable d'utiliser les derniers pneus tendres", a détaillé Krack. "C'était un risque à prendre. Ensuite, il s'agissait de limiter les dégâts. Dans l'ensemble, si vous regardez le rythme de la voiture, qui n'était pas assez bon en course, je pense que le résultat optimal sans les voitures de sécurité aurait été peut-être la sixième place. Maintenant, nous avons terminé septième avec le tour le plus rapide et nous avons limité les dégâts."

Aston Martin reste la cinquième force du plateau

Au départ, Alonso a dépassé Sergio Pérez pour prendre la deuxième place derrière Max Verstappen, mais il savait qu'il était peu probable de maintenir cette position en raison du fait qu'Aston Martin était "la cinquième équipe la plus rapide" en Chine.

"Hier, avec Lewis, j'étais deuxième quand Lando s'est raté et je me suis dit : 'OK, je vais peut-être essayer de mener la course pendant au moins un tour'. Aujourd'hui, j'ai doublé Checo et je me suis dit que j'allais recommencer, mais je n'avais ni le choix ni l'opportunité", a expliqué Alonso. "La direction du vent a changé ce matin et dans les virages 1 et 2, il y avait un vent de face. Je savais donc que si j'étais au niveau de quelqu'un dans les virages 1 et 2, j'avais la possibilité d'attaquer. J'ai été très agressif."

"Puis finalement, vous retombez à votre position naturelle, qui est la neuvième et la dixième. Nous répétons sans cesse les mêmes choses, mais nous constatons chaque dimanche que nous sommes la cinquième équipe la plus rapide. Pour une raison ou une autre, nos rivaux n'enchaînent pas les tours le samedi, nous nous qualifions devant eux et ensuite il y a cette bagarre tous les dimanches. Nous verrons si nous pourrons améliorer la voiture."

Avec Haydn Cobb et Oleg Karpov

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Hamilton : "Je n'avais jamais eu autant de sous-virage de ma vie"
Article suivant Toto Wolff sans réponses : "Voilà où nous en sommes"

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France