Coronavirus : le Vietnam n'est pas encore un "problème potentiel"

Le PDG de McLaren, Zak Brown, a clairement indiqué qu'il ne mettrait pas son personnel dans une "situation inconfortable" face à l'épidémie de coronavirus, alors que l'attention se porte désormais sur le Vietnam après le report du GP de Chine.

Coronavirus : le Vietnam n'est pas encore un "problème potentiel"

Après l'annonce par la FIA et la F1 du report du Grand Prix de Chine, initialement prévu du 13 au 15 avril, dans le contexte de l'épidémie de coronavirus qui sévit dans le pays (plus de 45'000 cas et 1100 décès), l'attention de la discipline reine s'est immédiatement tournée vers le Vietnam. L'État, qui doit accueillir son premier GP du 3 au 5 avril, est frontalier de la Chine et est donc a priori le plus exposé aux risques imminents. Les autorités vietnamiennes ont pris la décision, ce jeudi, de placer en quarantaine pour les 20 prochains jours des villages dans la région fermière de Sơn Lôi, à une trentaine de kilomètres de Hanoï, après la découverte de six cas de coronavirus. Ce sont à peu près 10'000 personnes qui vivent dans la zone.

S'exprimant en marge de la présentation de la MCL35, Zak Brown, le PDG de McLaren, a indiqué que si le risque d'une annulation ne pesait pas encore sur le GP du Vietnam, la situation était suivie de très près. "Évidemment, le bien-être de McLaren et du monde entier est de la plus haute importance", a expliqué le dirigeant américain. "Le Vietnam n'a pas encore été évoqué comme un problème potentiel, mais il est évidemment très proche et voisin, nous allons donc surveiller la situation. Nous ne ferions clairement pas quelque chose qui mettrait les gens en danger. Je ne pense pas que la Formule 1 le ferait également, donc comme le reste du monde, nous allons juste surveiller la situation."

Lire aussi :

Quand il lui a été demandé si le fait de voyager au Vietnam soulevait des inquiétudes chez les membres de l'écurie, Brown a répondu : "Nous communiquons souvent avec notre personnel. Personne ne nous a approché, parce que nous sommes assez proactifs pour leur dire ce qu'il se passe. Je pense que nous allons juste devoir composer avec la situation à mesure qu'elle évolue. Mais nous ne placerons jamais un employé de McLaren dans une situation inconfortable dans laquelle il ne voudrait pas se trouver."

Avec le report du GP de Chine, c'est une pause de quatre semaines qui attend le paddock entre le Vietnam et les Pays-Bas. Mais si le Vietnam était à son tour reporté ou annulé, il y aurait un écart de six semaines entre Bahreïn, le 22 mars, et le retour à Zandvoort, le 3 mai. Une "situation nouvelle pour tout le monde" affirme Brown, dans un calendrier souvent bien rempli où les pauses de trois semaines entre deux GP sont rares, hors trêve estivale. "Je sais que certaines courses ont été annulées par le passé, mais pas nécessairement ce à quoi nous sommes confrontés."

"Nous devrons juste réagir quand nous en saurons plus. Ça sera la même chose pour tout le monde. C'est avant tout une situation terrible pour le monde, alors j'espère que ça se résoudra parce que je pense que d'autres choses comme le sport ne comptent pas quand il se passe quelque chose comme ça. J'espère que cette situation sera résolue et que nous réagirons en conséquence. S'il y a un mois de pause, je serai en congé. Peut-être que Chase [Carey, le PDG de la F1] va chercher des courses pour combler ce vide, mais je pense que c'est une situation très fluide."

Alors que la Formule 1 cherche à retrouver une place pour la Chine dans le calendrier, tout en ayant reconnu auprès de Motorsport.com que cela serait "compliqué", les organisateurs du Grand Prix du Vietam ont déclaré dans un communiqué la semaine passée qu'ils "surveillaient activement la situation", avant d'ajouter : "Pour le moment, nous ne prévoyons aucun impact significatif sur notre épreuve d'avril. Nous allons continuer à travailler avec nos autorités compétentes pour suivre de près la situation."

Avec Luke Smith 

partages
commentaires
McLaren a conçu la MCL35 pour gommer les faiblesses de 2019

Article précédent

McLaren a conçu la MCL35 pour gommer les faiblesses de 2019

Article suivant

Le GP de France sera le 1000e de Ferrari en F1

Le GP de France sera le 1000e de Ferrari en F1
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021