Course - Vettel s'impose, premier doublé Ferrari depuis 2010

partages
commentaires
Course - Vettel s'impose, premier doublé Ferrari depuis 2010
Par : Benjamin Vinel
28 mai 2017 à 13:48

Sebastian Vettel a remporté la 75e édition du Grand Prix de Monaco, marquée notamment par le spectaculaire accident de Pascal Wehrlein.

Kimi Raikkonen, Ferrari SF70-H
Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W08
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR12
Sergio Perez, Force India VJM10
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-17
Stoffel Vandoorne, McLaren MCL32
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Felipe Massa, Williams FW40
Pascal Wehrlein, Sauber C36
Lance Stroll, Williams FW40
Marcus Ericsson, Sauber C36
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS17
Esteban Ocon, Force India VJM10
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08
Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-17
Daniil Kvyat, Scuderia Toro Rosso STR12
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB13
Sebastian Vettel, Ferrari SF70-H
Jenson Button, McLaren MCL32

La grille de départ de ce Grand Prix de Monaco était certainement inhabituelle : c'est la deuxième fois que les Ferrari monopolisent la première ligne en Principauté depuis 1979, alors que Kimi Räikkönen a signé sa première pole position depuis le Grand Prix de France 2008.

Valtteri Bottas a sauvé les meubles pour Mercedes avec la troisième place en qualifications devant les Red Bull, mais Lewis Hamilton, en difficulté avec sa monoplace et gêné par un drapeau jaune, n'était que 13e sur la grille.

Son compatriote Jenson Button, quant à lui, a pris le départ des stands après que les réglages de sa MCL32 ont été modifiés sous parc fermé. Le Champion du monde 2009 a reçu un message d'encouragement de Fernando Alonso à quelques secondes du départ, auquel il a répondu : "Je vais uriner dans ta voiture !"

Tous les pilotes ont opté pour les ultratendres en ce début de course, à l'exception des Sauber en supertendres.

Le départ s'est déroulé sans accroc, sans le moindre changement de position dans le top 8. Hamilton n'a gagné qu'une place en dépassant Stoffel VandoornePascal Wehrlein et Jenson Button sont rentrés au stand dès la fin du premier tour, l'Allemand se débarrassant de ses supertendres, Button faisant au contraire le pari de chausser les pneus à bandes rouges. La Sauber a toutefois été relâchée sous le nez de la McLaren, ce qui lui a valu une pénalité de cinq secondes.

Les écarts se sont quelque peu creusés en début de course, puisqu'après quatre tours, Räikkönen comptait deux secondes d'avance sur Vettel et quatre sur Bottas. Après dix passages, le pilote Mercedes était relégué à six secondes, tandis que Vettel se maintenait à deux secondes de son coéquipier. Quant à Hamilton, il restait coincé derrière Kvyat, au 12e rang, avec un écart qui s'accroissait même.

Hülkenberg abandonne

Le premier événement de la course a eu lieu au 16e tour lorsque Nico Hülkenberg a immobilisé sa Renault au Portier, victime d'un supposé problème de boîte de vitesses. Sergio Pérez en a profité pour rentrer au stand changer de pneus, avec un nouvel aileron avant à la clé – le précédent était endommagé.

 

Après 20 tours, Räikkönen restait en tête avec une seconde et demie d'avance sur Vettel, sept sur Bottas et 35 sur Hamilton, qui occupait désormais le dixième rang à la faveur de l'abandon de Hülkenberg et de l'arrêt de Pérez. Le Mexicain s'impatientait justement derrière la Williams de Stroll, manifestement plus lente.

Pendant ce temps, Marcus Ericsson se plaignait de son manque d'équilibre après un gros travers dans la Piscine, alors dernier des pilotes ne s'étant pas encore arrêtés : "Cette voiture est inconduisible !". Max Verstappen s'est également fait remarquer avec une pirouette similaire.

C'est au 26e tour que les leaders ont commencé à rattraper les retardataires, alors que Vettel se trouvait désormais dans la zone DRS de son équipier. En effet, le rythme de Räikkönen était en train de se dégrader, si bien que Bottas était revenu à moins de trois secondes du leader.

Tout se joue dans les stands

La hiérarchie n'a toutefois pas évolué. Max Verstappen a été le premier des hommes de tête à rentrer au stand, en l'occurrence à la fin du 32e tour, dans l'espoir de faire l'undercut à la Mercedes de Valtteri Bottas. Le Néerlandais a repris la piste au sixième rang, derrière Ricciardo et Sainz. Bottas est logiquement rentré au passage suivant et est parvenu à ressortir des stands juste devant son rival.

Kimi Räikkönen leur a emboîté le pas à la fin du 34e tour, mais lui a repris la piste devant Sainz. Ce dernier s'est arrêté trois boucles plus tard, tout comme Daniel Ricciardo au passage suivant... et l'Australien a pris l'avantage à la fois sur son coéquipier Verstappen et sur Bottas, ces derniers s'étant retrouvés dans le trafic !

Dénouement identique chez Ferrari, où Vettel a changé de pneus à la fin du 39e tour, précisément à la mi-course, reprenant la piste en tête de la course, devant Räikkönen, grâce à une excellente série de tours !

 

Plus loin dans le peloton, Esteban Ocon a subi une crevaison et a été contraint d'effectuer un deuxième arrêt. Kevin Magnussen a également changé de pneus une seconde fois.

Bien plus rapide que son coéquipier, Sebastian Vettel a creusé l'écart à raison d'une seconde au tour jusqu'à avoir huit secondes d'avance au 47e tour. C'est alors que Lewis Hamilton a fait son arrêt obligatoire : le pilote Mercedes a chaussé les pneus supertendres et a repris la piste au septième rang, seulement devancé par les autres pilotes de top team et Carlos Sainz.

L'homme le plus rapide en piste était toutefois Daniel Ricciardo, qui a rapidement réduit l'écart sur Kimi Räikkönen à coups de secondes. L'avance du Finlandais s'est néanmoins stabilisée aux alentours des deux secondes par la suite.

Wehrlein à la verticale

Coup de théâtre au 60e tour : après avoir passé toute la course derrière Pascal Wehrlein, Jenson Button a plongé à l'intérieur au Portier, mais les deux monoplaces se sont accrochées... et celle de Wehrlein s'est retrouvée contre le Tecpro, à la verticale, sur son flanc gauche ! Les deux pilotes, indemnes, ont abandonné, et la voiture de sécurité est intervenue.

 

Le peloton s'est donc regroupé, avec Vettel en tête devant Raikkönen, Ricciardo, Bottas, Verstappen, Sainz et Hamilton. Les freins des monoplaces ont refroidi pendant ces tours au ralenti, et Marcus Ericsson a réussi l'exploit de s'accidenter dans le mur de Sainte-Dévote en dépassant le Safety Car pour récupérer son tour de retard.

Vettel intouchable

La course a repris ses droits à 12 tours du but. Ricciardo et Vandoorne se sont eux aussi fait piéger au premier virage, avec une simple touchette qui a failli coûter cher au pilote Red Bull d'une part, et l'abandon pour la McLaren d'autre part. Quant à Daniil Kvyat, il a été contraint à l'abandon après un accrochage avec Sergio Pérez à La Rascasse, dans une tentative de dépassement certainement audacieuse du Mexicain, qui est rentré au stand.

Dans le top 7, la hiérarchie n'a plus évolué. Sebastian Vettel a pris la poudre d'escampette de nouveau et s'est imposé devant son coéquipier Kimi Räikkönen : première victoire pour Vettel à Monaco depuis 2011, premier succès pour Ferrari en Principauté depuis 2001 et premier doublé pour la Scuderia depuis le Grand Prix d'Allemagne 2010.

Daniel Ricciardo complète le podium devant Valtteri Bottas, Max Verstappen et Carlos Sainz, auteur d'une superbe performance au volant de la Toro Rosso.

À noter que Sergio Pérez signe le quatrième meilleur tour en course de sa carrière, le second à Monaco... mais se classe dernier, juste derrière son coéquipier Esteban Ocon !

 Grand Prix de Monaco

 PiloteÉquipeTempsPts
01 S. Vettel Ferrari 78 tours 25 
02 K. Räikkönen Ferrari +3.1 18
03 D. Ricciardo Red Bull +3.7 15 
04  V. Bottas Mercedes +5.5 12
05  M. Verstappen Red Bull +6.1 10
06  C. Sainz Toro Rosso +12.0 8
07 L. Hamilton Mercedes +15.8
08  R. Grosjean Haas +18.1 4
09 F. Massa Williams +19.4 2
10   K. Magnussen Haas +21.4 1
11 J. Palmer Renault +22.7  
12  E. Ocon Force India +23.7  
13 S. Pérez Force India +39.0  
   L. Stroll Williams Abandon  
  D. Kvyat Toro Rosso Abandon   
   S. Vandoorne McLaren Abandon  
  M. Ericsson Sauber Abandon  
   J. Button McLaren Abandon  
   P. Wehrlein Sauber Abandon  
   N. Hülkenberg Renault Abandon  
Article suivant
Wolff : La Mercedes W08 se comporte "comme une diva"

Article précédent

Wolff : La Mercedes W08 se comporte "comme une diva"

Article suivant

Championnat - Les classements après le Grand Prix de Monaco

Championnat - Les classements après le Grand Prix de Monaco
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP de Monaco
Lieu Monte Carlo
Auteur Benjamin Vinel
Type d'article Résumé de course