EL1 - Ricciardo à l'aise ; Haas goûte aux murs

partages
commentaires
EL1 - Ricciardo à l'aise ; Haas goûte aux murs
Guillaume Navarro
Par : Guillaume Navarro
28 juil. 2017 à 09:33

Daniel Ricciardo s'est montré le plus rapide de la première séance d'essais libres, sur le Hungaroring, chaussé des pneus supertendres.

Valtteri Bottas, Mercedes-Benz F1 W08
Antonio Giovinazzi, Haas F1
Stoffel Vandoorne, McLaren MCL32
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08
Kimi Raikkonen, Ferrari SF70H
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB13 avec de la peinture flow-viz sur l'aileron arrière
Fernando Alonso, McLaren
Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W08
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS17
Kimi Raikkonen, Ferrari
Alfonso Celis Jr, Sahara Force India F1 VJM10
Lewis Hamilton, Mercedes-Benz F1 W08
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB13, au large
Daniil Kvyat, Scuderia Toro Rosso STR12

22°C dans l’air, 27°C en piste, temps sec : les conditions de piste sont excellentes pour la première séance d’essais libres du Grand Prix de Hongrie.

La 11e manche du championnat 2017 est importante pour se forger une idée de la lutte qui se trame en seconde moitié de saison : après avoir clairement perdu la main par rapport à Mercedes depuis quelques manches sur lesquelles l’importance de la puissance moteur était avérée, Ferrari espère se replacer à un niveau de compétitivité pouvant permettre à ses pilotes de jouer la victoire, et retrouver le comportement vu à Monaco.

Comme sur tous les tracés cette saison, les temps sont immédiatement impressionnants : premier homme à s’acquitter d’un tour lancé chronométré, Daniel Ricciardo est en effet déjà dans les temps du meilleur second secteur signé en qualifications 2016 dès ses premiers hectomètres ! Badigeonnée de peinture de visualisation des flux d’air sur l’aileron arrière, la monoplace Red Bull ne reste que très peu en piste avant de retourner au garage, où est entrepris un changement de fond plat. On ne mégote pas sur le développement !

Les premiers tours de roues de McLaren ne sont pas sans quelques contretemps, mais n’ont rien de dramatique : après seulement cinq minutes de séance, Alonso est victime d’une crevaison dans son tour d’installation, tandis que Vandoorne rencontre un ennui plus préoccupant dans le virage 3, partant en tête-à-queue après ce qu’il décrit dans la radio comme étant un "arrêt total" de l’unité de puissance. Capable de réenclencher la première, le Belge regagne son stand pour une inspection.

 

Agressivité dans les courbes, sorties de piste impressionnantes

Saleté de la piste associée à des réglages d’adhérence encore approximatifs ? Adaptation à la vitesse de passage en courbe tellement différente cette année ? Bourrasques de vent ? Quelles qu’en soient les raisons, les sorties de pistes sont nombreuses et spectaculaires.

Cela commence par une perte de contrôle de Grosjean dans le virage 10, se concluant par un contact entre le mur de pneus et l’aileron arrière de la Haas #8. Par précaution, l’intégrité de la boîte de vitesses du franco-suisse doit être vérifiée par les mécaniciens au garage.

C’est quelques instants après une pirouette tout aussi rapide au même endroit suite à un coup de sous-virage que Vettel évite le même destin.

En revanche, Antonio Giovinazzi, dans la seconde Haas uniquement pour la séance d’EL1, termine brutalement dans le mur du virage 11. L’accident impose la neutralisation de la séance par drapeau rouge pendant quelques minutes.

 

Évaluation du comportement des pneus

Sur une piste encore "verte" ayant besoin d’être sérieusement dépoussiérée par le passage répété des monoplaces, difficile pour les pilotes de pouvoir collecter des données représentatives des composés Pirelli tendre et supertendres, alors qu'ils se préparent à une course à un arrêt unique. 

Reste que ces F1 2017 sont définitivement redoutables : il faut attendre seulement un peu plus d’une heure pour voir le chrono de Ricciardo tomber en 1'18"486 : à une fraction du record absolu du circuit signé par la Ferrari de Rubens Barrichello, en 2004 (1'18"436).

La toute fin de séance est animée par une sortie de piste de Jolyon Palmer, monté très agressivement sur le vibreur de la sortie du virage 4, et provoquant la perte de son aileron avant et une crevaison. Avec seulement quelques secondes restantes au compteur, la direction de course prend la décision de mettre un terme définitif à la séance. 

 Grand Prix de Hongrie - Essais Libres 1

 PiloteÉquipe TrsTempsÉcart 
1 australia Daniel Ricciardo  Red Bull 31 1'18.486  
2 finland Kimi Räikkönen  Ferrari 20 1'18.720 0.234
3 united_kingdom Lewis Hamilton  Mercedes 31 1'18.858 0.372
4 netherlands Max Verstappen  Red Bull 27 1'19.162 0.676
5 finland Valtteri Bottas  Mercedes 30 1'19.248 0.762
6 germany Sebastian Vettel  Ferrari 21 1'19.563 1.077
7 spain Fernando Alonso  McLaren 21 1'19.987 1.501
8 belgium Stoffel Vandoorne  McLaren 24 1'20.005 1.519
9 germany Nico Hülkenberg  Renault 25 1'20.150 1.664
10 united_kingdom Jolyon Palmer  Renault 27 1'20.461 1.975
11 brazil Felipe Massa  Williams 28 1'20.540 2.054
12 mexico Sergio Pérez  Force India 23 1'20.574 2.088
13 russia Daniil Kvyat  Toro Rosso 27 1'20.780 2.294
14 spain Carlos Sainz Toro Rosso 25 1'20.917 2.431
15 canada Lance Stroll  Williams 29 1'20.974 2.488
16 france Romain Grosjean  Haas 20 1'21.313 2.827
17 mexico Alfonso Celis Jr.  Force India 24 1'21.602 3.116
18 sweden Marcus Ericsson  Sauber 31 1'21.785 3.299
19 italy Antonio Giovinazzi  Haas 8 1'22.251 3.765
20 germany Pascal Wehrlein  Sauber 29 1'22.490 4.004
Article suivant
Pérez veut un contrat pour 2018 avant la Belgique

Article précédent

Pérez veut un contrat pour 2018 avant la Belgique

Article suivant

La FIA assure que le carénage aéro rendra le Halo plus attirant

La FIA assure que le carénage aéro rendra le Halo plus attirant
Charger les commentaires