EL2 - L'Azérie noire se poursuit pour Rosberg

Même les GP les plus redondants du calendrier F1 rencontrent des problèmes d’organisation et des dizaines de mini-crises à résoudre sur chaque évènement.

EL2 - L'Azérie noire se poursuit pour Rosberg
Valtteri Bottas, Williams FW38
Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H
Sergio Perez, Sahara Force India F1 VJM09
Nico Hülkenberg, Sahara Force India F1 VJM09
Max Verstappen, Red Bull Racing RB12
Sergio Perez, Sahara Force India F1 VJM09
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team R.S.16
Jenson Button, McLaren MP4-31
Un commissaire avec le système de drapeaux lumineux
Valtteri Bottas, Williams FW38
Felipe Nasr, Sauber C35
Kimi Raikkonen, Ferrari SF16-H
Carlos Sainz Jr, Scuderia Toro Rosso STR11

Il n’aura donc pas été surprenant de voir une erreur de jugement due à un manque d’expérience venir donner du travail aux organisateurs du GP d’Azerbaïdjan entre les deux séances d’Essais Libres.

Des vibreurs endommagés par le passage de massifs véhicules de maintenance ont ainsi dû être remplacés entre les EL1 et ces EL2 de vendredi après-midi, mais n’ont pas affecté le bon déroulement des EL2 sur une piste en constante évolution. À l’exception de la chute d’un petit branchage d’arbre sur la piste dans la dernière demi-heure de séance, rien n’est venu perturber l’acclimatation du F1 Circus avec Bakou.

Excursions dans les échappatoires et "excursion en bus"

Les 90 minutes de séance ont confirmé, s’il était besoin, la difficulté d’appréhension de ce nouveau tracé atypique par des pilotes encore à la recherche de points de repère et de grip. La gestion des risques dans les freinages des virages à angles fermés est clairement la première source de préoccupation : comme à Singapour, les échappatoires sont particulièrement neutralisantes si une monoplace vient y échouer. Sans moyen de rejoindre la piste sans réaliser un donut ou activer la marche arrière depuis la majorité d’entre eux, les très nombreuses errances vues en Essais Libres seraient extrêmement coûteuses en qualifications ou en course.

Cette seconde séance a permis à Daniel Ricciardo de reprendre la piste comme si rien n’était arrivé après un gros travail de ses mécaniciens sur la partie arrière détruite de la Red Bull, suite à un contact contre le mur en EL1. Vettel et Bottas se sont montrés particulièrement appliqués sur la réalisation de longs relais avec les deux types de pneumatiques les plus tendres proposés ce weekend. L'Allemand a toutefois du mal à conserver des températures optimales dans ses pneus en raison du trafic provoqué par une McLaren et se plaint dans la radio du "tour de bus de Bakou fait par Fernando".

Faiblesse dans l’armure Mercedes ?

Le delta de performance entre le début et la fin de la séance a été logiquement plus faible que dans la matinée : débutant en 1’45’’102 en pneu tendre, Hamilton a par la suite établi la référence en gomme supertendre avec un temps de 1’44’’223 (0.690s plus vite que son équipier Rosberg).

Un Rosberg qui a dû terminer la séance à pied après avoir rencontré des ennuis d’unité de puissance dans les 20 dernières minutes de séance et été immédiatement intimé par son équipe de s’immobiliser. Räikkönen n'a pas été épargné non plus, avec une panne de MGU-K le voyant contraint de se garer.

Le week-end du leader du championnat est-il mis en péril par une menace de pénalité de 5 places pour un changement lié à la transmission, alors bloquée en quatrième rapport ? La réponse sera bientôt connue…

GP d'Europe - Essais Libres 2

 PiloteÉquipeTrsTempsÉcart
1  Lewis Hamilton    Mercedes 33 1'44.223  
2  Nico Rosberg    Mercedes 26 1'44.913 0.690
3  Sergio Pérez    Force India 37 1'45.336 1.113
4  Valtteri Bottas    Williams 35 1'45.764 1.541
5  Nico Hülkenberg    Force India 37 1'45.920 1.697
6  Carlos Sainz Jr.    Toro Rosso 35 1'46.027 1.804
7  Max Verstappen    Red Bull 35 1'46.068 1.845
8  Sebastian Vettel    Ferrari 36 1'46.219 1.996
9  Jenson Button    McLaren 32 1'46.234 2.011
10  Daniel Ricciardo    Red Bull 32 1'46.293 2.070
11  Fernando Alonso    McLaren 27 1'46.498 2.275
12  Romain Grosjean    Haas 29 1'46.681 2.458
13  Kimi Räikkönen    Ferrari 32 1'46.694 2.471
14  Daniil Kvyat    Toro Rosso 35 1'46.744 2.521
15  Esteban Gutiérrez    Haas 26 1'46.830 2.607
16  Felipe Massa    Williams 28 1'47.060 2.837
17  Kevin Magnussen    Renault 38 1'47.329 3.106
18  Rio Haryanto    Manor 33 1'47.487 3.264
19  Marcus Ericsson    Sauber 22 1'47.772 3.549
20  Jolyon Palmer    Renault 35 1'47.794 3.571
21  Pascal Wehrlein    Manor 36 1'48.018 3.795
22  Felipe Nasr    Sauber 38 1'48.081 3.858
partages
commentaires
Pérez pas distrait par la rumeur Ferrari
Article précédent

Pérez pas distrait par la rumeur Ferrari

Article suivant

Ferrari - "La vitesse n'est pas au rendez-vous"

Ferrari - "La vitesse n'est pas au rendez-vous"
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021