Formule 1
03 juil.
-
05 juil.
Événement terminé
10 juil.
-
12 juil.
Événement terminé
17 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
2 jours
31 juil.
-
02 août
EL1 dans
16 jours
C
GP du 70e Anniversaire
07 août
-
09 août
EL1 dans
23 jours
14 août
-
16 août
EL1 dans
30 jours
28 août
-
30 août
EL1 dans
44 jours
04 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
51 jours
C
GP de Toscane
11 sept.
-
13 sept.
Prochain événement dans
58 jours
25 sept.
-
27 sept.
EL1 dans
72 jours

Explication : L'erreur qui a causé l'accrochage Rosberg/Hamilton

partages
commentaires
Explication : L'erreur qui a causé l'accrochage Rosberg/Hamilton
Par :
Traduit par: Fabien Gaillard
16 mai 2016 à 12:30

Le Grand Prix d’Espagne est devenu fou en quelques secondes au départ quand les favoris de la course Nico Rosberg et Lewis Hamilton se sont accidentés alors qu’ils se battaient pour la première place.

Il est rapidement apparu que le catalyseur de la situation, et en particulier la grosse différence de vitesse entre les deux Mercedes, a été causé par Rosberg qui avait choisi le mauvais réglage moteur.

Et même si Rosberg disait dimanche soir que son équipe et lui enquêtaient toujours sur la raison de ce mauvais réglage moteur, il apparaît simplement qu’il n’a pas sélectionné le bon mode sur la grille.

 

Le volant de Nico Rosberg, Mercedes, vue détaillée
Le volant de Nico Rosberg, Mercedes, vue détaillée

Photo de: Giorgio Piola

La semaine passée, nous jetions un œil aux fonctionnalités du volant de la Mercedes et en particulier du volant de Nico Rosberg.

Nous avions constaté à ce moment-là que le sien était agrémenté d’instructions pour l’aider dans les procédures qu’il devait mettre en place à des moments-clés pendant la course - ce sont ces instructions qui ont révélé exactement ce qui s'est mal passé.

De telles instructions, sur la droite du volant, ont exclusivement à voir avec la procédure de départ, offrant un guide pas à pas pour les procédures qui doivent être accomplies lors du tour de formation et au moment du placement sur la grille.

Les instructions (première image) montrent clairement que l'antépénultième étape est de sélectionner ‘STRAT 3’ : un pré-réglage qui détermine la quantité d’essence que le moteur utilise, la quantité d’énergie électrique déployée et le niveau de récolte de l’énergie par le MGU-K, dépendant de la position prévalente de l’accélérateur.

 

Tout cela peut être surpassé et affiné avec les différents boutons et molettes autour du volant mais c'est habituellement entrepris pendant la course pour gérer la performance.

Le volant Mercedes AMG-F1
Le volant Mercedes AMG-F1

Photo de: Giorgio Piola

Dans le cas de Rosberg, il apparaît qu'il a oublié cette étape car il n'a pas fait le changement en passant sur 'STRAT 3', et est resté à la place sur 'STRAT 12' quand il s’est positionné sur son emplacement.

Ce mode signifie qu’il était en économie d’essence et d’énergie qui est utilisé pour la mise en grille afin d’économiser du carburant et de permettre un déploiement maximum de l’énergie pour le départ quand le mode correct est sélectionné.

L'utilisation par Rosberg de la 'STRAT 12' au départ n'a en fait pas été dévastatrice lors de l'envol. Il a été capable de bien démarrer et a dépassé Hamilton à l'aspiration parce qu'il a pu utiliser l'énergie déjà stockée.

Mais en raison de la façon dont l'ERS utilise l'énergie des batteries et du MGU-H directement, il peut être admis que la 'STRAT 12' a agi de façon à ne pas déployer les deux à plein régime sur une période de temps soutenue.

À la place, cela a épuisé la batterie pendant un moment avant de 'réduire la puissance', ce qui veut dire qu'elle récolte de l'énergie au lieu d'en déployer. Cela signifie qu'en s'engageant dans le virage 3, Rosberg devait probablement faire sans l'apport des 160 ch du MGU-K.

Vous noterez que, depuis la caméra embarquée sur la voiture de Hamilton, quand Rosberg prend le virage 3 et commence à ralentir, le feu arrière de sa voiture clignote : c’est un signal d’avertissement pour le pilote suivant que le pilote qui le précède est en mode d’économie d’énergie. Hamilton était instantanément avisé de l'erreur commise par Rosberg et a cherché à capitaliser dessus.

Devant, Rosberg a aussi réalisé son erreur. Sa caméra embarquée montre qu'il a rectifié le mode STRAT, tournant le bouton de STRAT 12 sur la gauche vers STRAT 3 sur la droite.

Ensuite il a rapidement effectué un changement de répartition des freins pour le virage 4, avant d’enfoncer le bouton ‘OT’ (dépassement) en haut à gauche - ce qui lui aurait donné un boost instantané en offrant un déploiement d'énergie maximal.

Cependant, le mal était déjà fait, car Hamilton - qui était sur le mode correct, STRAT 3 - revenait rapidement. En un clin d'oeil, les événements ont échappé à tout contrôle, laissant une équipe Mercedes sous le choc de son premier GP sans point depuis 2011.

Article suivant
Comment Red Bull a aidé Verstappen à remporter une victoire choc

Article précédent

Comment Red Bull a aidé Verstappen à remporter une victoire choc

Article suivant

Max Verstappen élu "Pilote du Jour" du GP d'Espagne

Max Verstappen élu "Pilote du Jour" du GP d'Espagne
Charger les commentaires