Ferrari n'a pas l'intention de changer son aileron avant

partages
commentaires
Ferrari n'a pas l'intention de changer son aileron avant
Par :
24 mai 2019 à 07:23

La Scuderia Ferrari semble avoir obtenu des réponses quant aux faiblesses de sa monoplace 2019, et écarte le scénario d'un changement de philosophie avec son aileron avant. À Maranello, on est avant tout en quête d'une meilleure aéro et d'un équilibre optimal avec la SF90.

En dépit des difficultés rencontrées depuis le début de la saison, et de la domination sans partage de Mercedes lors des cinq premiers Grands Prix, Ferrari va rester fidèle à son concept d'aileron avant. La Scuderia n'entend pas tout changer pour emprunter la voie alternative de l'écurie de Brackley. Après l'échec cuisant du Grand Prix d'Espagne, l'écurie italienne a mené des analyses poussées et n'excluait pas la possibilité d'avoir fait fausse route avec la philosophie générale de sa monoplace. Ce scénario semble aujourd'hui en partie écarté, Mattia Binotto précisant que le concept d'aileron pensé pour mieux gérer les flux d'air autour des pneus n'était pas à l'origine du manque de performance constaté depuis le début de l'année.

Lire aussi :

"Je pense que nous n'avons pas besoin de changer notre aileron avant", assure le directeur de Ferrari. "C'est simplement un concept différent de Mercedes, mais ça ne veut pas dire que nous avons atteint son maximum aujourd'hui. Nous n'avons pas l'intention de changer le concept d'aileron. Le style utilisé par Mercedes a été étudié au début de notre projet, c'est une comparaison que nous avions faite au départ pour une voie de développement. Au cours de la saison, on essaie toujours de faire une double vérification pour être sûr d'avoir fait le bon choix, mais nous ne prévoyons pas de changement actuellement."

Les pneus 2019 ont tout changé

Sebastian Vettel, Ferrari SF90

Pour Ferrari, la priorité du moment reste d'accélérer le développement de la SF90 afin de lui procurer un meilleur appui aérodynamique, sachant que l'accent qui a été mis sur la réduction de la traînée n'a probablement pas facilité la gestion des pneus jusqu'ici.

"Cette saison, les pneus sont assez différents de ceux de l'an dernier", rappelle Mattia Binotto. "La principale différence, c'est que l'an dernier nous avions une très bonne chauffe des gommes et nous étions pleinement concentrés sur le fait de refroidir les pneus autant que possible, de manière à ce qu'ils continuent à fonctionner, car plus la température était basse, plus l'adhérence était meilleure. À cet égard, les pneus de cette année sont différents. Ce que l'on peut appeler la fenêtre, l'objectif de température pour avoir la meilleure adhérence avec les pneus, est beaucoup plus difficile à atteindre."

"Comment peut-on y parvenir ? On peut le faire grâce aux températures des freins, à travers les roues, mais il y a aussi l'aéro. Il n'y a pas que l'appui aéro qui est précieux, mais aussi la manière dont on l'équilibre à haute et à basse vitesse. On pourrait même dire que ça dépend comment on cible l'efficacité du développement aérodynamique par rapport à l'appui maximum en lui-même. Je crois que nous avons une voiture qui est plutôt efficace, comme on peut le voir dans les lignes droites, mais ça ne veut pas dire que nous avons la voiture qui a le plus d'appui sur la grille. C'est bien de s'interroger sur le fait de rechercher ou non à atteindre d'autres objectifs pour atteindre une meilleure performance."

Lire aussi :

Tout en travaillant sur l'aéro de sa monoplace, Ferrari va également chercher des améliorations dans d'autres domaines pour affiner l'ensemble. Toujours dans l'optique de mieux gérer les gommes, la suspension avant pourrait également faire l'objet de modifications afin d'aller chercher davantage de performance.

"Nous manquons de grip avec les pneus car nous ne sommes pas capables de les faire fonctionner correctement", résume Mattia Binotto. "C'est une interaction entre l'aérodynamique et la mécanique, un équilibre général. On peut régler la voiture pour qu'elle soit excellente à haute vitesse, mais il manquera alors de l'équilibre et de la performance à basse vitesse. Si la voiture est bien équilibrée, alors elle est performante à moyenne, haute et basse vitesse. Ce qui nous manque, c'est le réglage optimal dans toutes les conditions. Nous devons développer la monoplace. Nous devons progresser donc oui, il pourrait y avoir des changements au niveau de la suspension avant, tout comme nous pourrions changer l'aéro, changer le refroidissement. Mais je ne pense pas que la suspension en elle-même soit quelque chose de principalement mauvais."

Article suivant
Ferrari envisage de reprendre Simone Resta à Alfa Romeo

Article précédent

Ferrari envisage de reprendre Simone Resta à Alfa Romeo

Article suivant

Renault révèle la cause de ses problèmes récents

Renault révèle la cause de ses problèmes récents
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Ferrari Boutique
Auteur Basile Davoine
Soyez le premier à recevoir
toute l'actu