Gasly et AlphaTauri entre soulagement et déception

Les deux AlphaTauri sont passées en Q3 au Grand Prix de Bahreïn, mais contre toute attente, c'est une pointe de déception qui domine.

Gasly et AlphaTauri entre soulagement et déception

Pierre Gasly huitième, Daniil Kvyat dixième. Au Grand Prix de Bahreïn, AlphaTauri a connu sa deuxième meilleure performance d'ensemble de l'année en qualifications, n'ayant fait mieux qu'à Imola (Gasly quatrième, Kvyat huitième). Pourtant, Gasly ne peut s'empêcher d'être déçu de passer à 0"174 de la quatrième place occupée par la Red Bull d'Alexander Albon.

"Disons que je suis content parce que cela reste de bonnes qualifs, et je pense avoir fait un bon tour", analyse le Français. "J'ai fait un tour propre avec mon second train de pneus en Q3. Simplement, je ne m'attendais peut-être pas à ce que la Renault fasse un tel pas en avant en qualifications, ils étaient probablement un peu plus rapides que ce qu'ils ont montré durant le reste du week-end. Et je savais que ce serait serré avec Sergio [Pérez]. Au final, nous ne sommes qu'à un dixième et demi de la quatrième place, ce qui signifie que nous avions une voiture très compétitive. Mais il se trouve que nous sommes à l'autre bout de ce dixième et demi. C'est quand même une de nos meilleures qualifs de l'année."

Lire aussi :

Gasly était dans le top 6 lors des trois séances d'essais libres et n'était donc pas étonné de voir les deux AlphaTauri en Q3. En revanche, il a été surpris par le regain de forme des Renault, sixième et septième sur la grille alors qu'elles étaient aux portes du top 10 en EL3.

"Nous savions que nous étions assez performants", poursuit le Normand. "Après, c'est toujours le fait de savoir qui va faire un pas en avant au moment des qualifications. C'est vrai que les Renault ont vraiment trouvé beaucoup de performance ce soir. Nous ne pensions peut-être pas qu'ils en trouveraient autant. Nous, de notre côté, c'était l'objectif – nous savons que c'est compliqué, mais en tout cas c'était l'objectif d'avoir les deux voitures en Q3."

Pierre Gasly, AlphaTauri

Ce résultat représente en tout cas un "soulagement" après un week-end catastrophique à Istanbul, où les pilotes de la petite Scuderia se sont qualifiés 15e et 17e et n'ont jamais été en mesure de marquer des points.

"Il y a certainement un sentiment de soulagement", indique Jonathan Eddolls, ingénieur de course en chef. "La Turquie a été un petit accident de parcours. Nous avions marqué des points dans dix courses consécutives, ce qui était absolument fantastique. Nous sommes allés en Turquie, et nous étions très compétitifs le vendredi sur le sec, mais collectivement nous n'avons simplement pas assez bien réagi aux conditions très difficiles du samedi, nous nous sommes mal qualifiés et nous avons eu du trafic en course. Ce n'était donc pas un super week-end, mais nous en avons tiré beaucoup de leçons."

"Je trouve ça fantastique d'être déçu avec deux voitures en Q3, dont une huitième. Cela montre le chemin parcouru par cette équipe. Nous sommes parvenus à économiser deux trains de pneus pour Pierre pour ce dernier segment. Il n'y a eu aucune erreur. Nous ne pouvions pas faire bien mieux. Comme vous le dites, il y avait un dixième et trois quarts d'écart avec la quatrième place, 31 millièmes avec la sixième place. On parle de chiffres si petits. C'est dommage de ne pas avoir obtenu cette position sur la grille, mais je pense que nous sommes satisfaits en tant qu'équipe d'y avoir mis les deux voitures. Comme je l'ai dit, c'est super d'être déçu de ça."

partages
commentaires

Voir aussi :

Wolff : Le mécanisme de convergence serait "une humiliation publique"
Article précédent

Wolff : Le mécanisme de convergence serait "une humiliation publique"

Article suivant

Pneus : Les pilotes s'agacent, Hamilton veut un concurrent à Pirelli

Pneus : Les pilotes s'agacent, Hamilton veut un concurrent à Pirelli
Charger les commentaires
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021