Gasly critique le manque de "fair-play" d'Ocon

Suite à la passe d'armes qui les a opposés au Grand Prix du Mexique, Pierre Gasly critique le manque de "fair-play" de son rival de toujours, Esteban Ocon.

Gasly critique le manque de "fair-play" d'Ocon

Esteban Ocon et Pierre Gasly ont longuement bataillé lors de la course à Mexico, d'abord du 17e au 23e tour lorsqu'ils étaient respectivement 14e et 15e, puis de la 50e à la 53e boucle. C'est à ce moment-là que Gasly a chipé la 12e place à Ocon, non sans mal, car ce dernier lui a donné du fil à retordre. Gasly juge même que son adversaire s'est montré trop agressif en le tassant au virage 4.

"C'est toujours pareil", déplore le pilote Toro Rosso. "On sait que quand nous sommes proches en piste, il y a beaucoup de chances que quelque chose se produise. Il ne devait pas être ravi que je sois parvenu à le rattraper et à le dépasser en partant dernier. Il m'a tassé, j'ai dû sortir. J'aurais pu faire le forcing au virage 5 avec un contact, mais ça ne valait pas le coup, j'allais avoir une autre opportunité ensuite."

Lire aussi :

"Pour moi, ce n'était pas fair-play : il faut laisser la largeur d'une voiture. On peut être agressif, ça ne me dérange pas, mais cela semble être une zone grise. Il n'y avait clairement pas la largeur d'une voiture. Au final, je m'en moque un peu : j'ai fini devant lui, j'ai marqué un point et pas lui."

"Peut-être que j'en parlerai à Charlie, juste pour savoir, parce que si c'est autorisé, la prochaine fois je saurai ce que je pourrai faire. Je crois que Brendon a eu une pénalité – je n'ai pas encore vu les images – pour quelque chose qui n'était, apparemment, pas aussi agressif."

Pierre Gasly, Toro Rosso, lors de la conférence de presse
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR13, leads Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18

Les commissaires n'ont en effet pas jugé utile de pénaliser Ocon : selon leur interprétation, le pilote Force India a laissé la largeur d'une voiture à Gasly, et ce dernier est sorti de la piste seul à cause d'un blocage de roue.

Ocon a justement été impliqué dans un incident avec l'autre Toro Rosso, celle de Brendon Hartley, marqué par un contact entre les deux monoplaces et une pénalité de cinq secondes pour le Néo-Zélandais, qui écope par ailleurs de deux points de pénalité sur sa licence. Cette fois, il a été établi qu'il n'avait pas laissé suffisamment de place.

"Pour Ocon, je viens de voir la vidéo et il était un peu dans mon angle mort", commente Hartley, finalement classé 14e. "Je pensais lui avoir laissé un peu plus de place, mais je n'avais pas de mauvaise intention et j'ai été pénalisé. C'était serré, mais quand il y a un contact, il faut faire quelque chose, et c'était sûrement plus de ma faute que de la sienne."

"Je défendais durement, mais il s'est mis dans une position embarrassante au virage 2, avec seulement la moitié de sa voiture à ma hauteur. Je pense que j'aurais pu dépasser Marcus [Ericsson], je lui mettais beaucoup de pression, mais après les dégâts [consécutifs au contact avec Ocon], je ne pouvais pas vraiment attaquer. Il manquait un gros bout du fond plat."

Brendon Hartley, Toro Rosso STR13, devant Esteban Ocon, Racing Point Force India VJM11
Brendon Hartley, Toro Rosso STR13, dans son cockpit

Blocage de roue pour Hartley, point pour Gasly

La course de Hartley avait de toute façon pris une mauvaise tournure dès le départ : "La ligne droite menant aux premier et quatrième virages ne nous a pas favorisés avec l'ancienne spécification de l'unité de puissance, nous étions un peu désavantagés. J'ai bloqué le frein avant, fait un plat sur mon pneu, ce qui signifie que nous avons fait une stratégie à un arrêt avec un autre arrêt en plus au premier tour."

Quant à Pierre Gasly, il a hérité de la dixième place grâce à l'abandon de Daniel Ricciardo, un résultat particulièrement bienvenu étant donné qu'il s'élançait du fond de grille et qu'il ne disposait pas du package optimal de la STR13.

"Je suis vraiment content de ce point. Cela s'annonçait difficile de remonter dans le top 10 en partant dernier. La course a été très longue, avec beaucoup de stratégie, de gestion des pneus. Il fallu rester calme, et au final, nous sommes parvenus à marquer ce point avec le moteur Spec 2, et sans l'évolution [aéro], malgré tous ces facteurs. Nous pouvons être satisfaits de notre remontée", conclut-il.

Propos recueillis par Edd Straw

partages
commentaires
Vidéo - Le top 10 du GP du Mexique

Article précédent

Vidéo - Le top 10 du GP du Mexique

Article suivant

Leclerc : "À la fin, on avait le rythme des leaders !"

Leclerc : "À la fin, on avait le rythme des leaders !"
Charger les commentaires
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021