Le GP d'Afrique du Sud absent du calendrier F1 2024

La Formule 1 a abandonné le projet d'intégrer le Grand Prix d'Afrique du Sud au calendrier de la saison 2024, mais une course à Kyalami pour l'année suivante n'est toujours pas exclue.

Vue aérienne de Kyalami

Depuis plusieurs années, le retour de l'Afrique au calendrier du Championnat du monde de Formule 1 se fait ressentir. L'Afrique du Sud semble aujourd'hui être le candidat le plus crédible, Stefano Domenicali, PDG du championnat, ayant tenu plusieurs discussions avec les dirigeants du circuit de Kyalami, l'un des deux tracés africains disposant d'un Grade 2 FIA (un Grade 1 étant obligatoire pour l'organisation d'un Grand Prix).

"Il y a des régions du monde qui veulent avoir [une course de] Formule 1 et l'une des régions que nous voulons développer est l'Afrique. Nous sommes un Championnat du monde et c'est une région dans laquelle nous ne sommes pas présents", expliquait-il l'an dernier.

Si la présence de l'Afrique du Sud au calendrier F1 2023 était attendue, notamment en raison de l'annulation du GP de Chine, le championnat s'est finalement passé de rendez-vous sur ce continent pour la 30e année consécutive. Un scénario qui devrait se répéter pour 2024 : selon les informations de Motorsport.com, le retour sur de la Formule 1 en Afrique pourrait de nouveau être reporté afin de s'assurer de la viabilité économique de l'événement et afin que le contrat passé avec le championnat puisse arriver à son terme.

Rappelons que certains des récents ajouts au calendrier F1 (Valence en 2008, la Corée du Sud en 2010, l'Inde en 2011 et le Vietnam en 2020) ne sont pas arrivés au bout de leur contrat avec la F1 pour cette même raison.

Toujours en 2022, Domenicali expliquait sur Sky Sports : "Lorsque nous faisons quelque chose de nouveau, nous devons nous assurer que ce soit fait avec les bons partenaires et que les fondamentaux soient stables pour rester [au calendrier] plus longtemps. Ce serait mauvais d'aller [sur un circuit africain] une année et qu'il disparaisse si les conditions ne sont pas correctes."

Par ailleurs, le report d'un Grand Prix à Kyalami fait suite aux accusations de l'ambassadeur des États-Unis en Afrique du Sud, selon lesquelles le pays aurait fourni des armes à la Russie, qui a vu sa relation avec la F1 prendre fin l'année dernière à la suite de l'invasion de l'Ukraine.

Spa prolongé d'un an

Et l'échec des discussions au sujet de l'intégration de l'Afrique du Sud au calendrier profite à un autre pays. Longtemps menacé par l'arrivée de nouvelles destinations phares, le GP de Belgique est parvenu de justesse à conserver sa place pour la saison 2023. Cela est notamment passé par la signature d'un accord d'une seule année et par le recul de l'épreuve au mois de juillet.

Mais puisque Kyalami n'est plus envisagé pour la saison 2024, les dirigeants du circuit de SPa-Francorchamps ont pu accepter une extension de contrat d'un an et ainsi être assurés de voir les F1 rouler dans l'Ardenne belge pour une année de plus.

Avec Matt Kew

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Five things to get you up to speed
Article suivant Pirelli face à Bridgestone pour le prochain contrat de pneus F1 ?

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France