Le GP d'Australie espère une nouvelle date

Bien que l'annulation du Grand Prix d'Australie ait été annoncée ce vendredi, les organisateurs de la course espèrent trouver une nouvelle date.

Le GP d'Australie espère une nouvelle date
Charger le lecteur audio

Le Grand Prix d'Australie n'aura pas lieu ce week-end en raison de la pandémie de coronavirus, qui a poussé la Formule 1 à également reporter les manches suivantes à Bahreïn et au Vietnam. Cependant, lorsque la course de Melbourne a été rayée du programme moins de deux heures avant le début des essais libres, c'est bien une annulation qui a été mentionnée. La raison, explique Andrew Westacott, PDG de l'Australian Grand Prix Corporation, est la clarté nécessaire pour les spectateurs : il fallait éviter tout ambiguïté quant au timing d'un possible report.

Lire aussi :

"Il est important de dire que nous avons utilisé le mot 'annulation' en raison de l'immédiateté du timing", déclare Westacott. "Il était important de s'assurer que les fans qui étaient ici à Melbourne sachent que ce n'était pas un report, du moins n'aient pas l'impression que ce fût un report de quelques heures ou quelques jours. Le mot 'annulation' a été utilisé délibérément."

Tout comme Bahreïn, le Vietnam, la Chine, voire les Pays-Bas et l'Espagne, l'Australie va désormais espérer une nouvelle date au calendrier dans ce qui s'annonce comme un véritable casse-tête. L'on se rappelle néanmoins que lorsqu'elle était organisée à Adélaïde, de 1985 à 1995, l'épreuve avait toujours lieu entre le 26 octobre et le 15 novembre.

"J'ai appris que dans le monde de la Formule 1, il ne faut jamais dire jamais", poursuit Westacott au sujet d'un éventuel report. "Avec Chase Carey, la FIA et la Formule 1, nous avons clairement travaillé sur l'instant présent. Nous allons passer les problèmes en revue, mais n'avons pas commencé à réfléchir à un report. C'est un sujet de discussion normal qui sera abordé avec le temps."

Cependant, la piste semi-urbaine de l'Albert Park constitue un circuit temporaire, dont les installations vont devoir être démontées maintenant quoi qu'il en soit. "Nous ne pouvons pas laisser ça là pendant des mois. L'une des choses que nous respectons ici, ce sont les activités sportives. Nous sommes conscients que l'un de nos privilèges est d'occuper un beau parc dans le quartier d'affaires de Melbourne ; nous voulons donc minimiser l'impact de la construction et du démontage. Nous pensons démonter et enlever ces infrastructures pour les retourner aux clubs sportifs de l'Albert Park et de Melbourne", conclut Westacott.

Propos recueillis par Luke Smith

partages
commentaires
Ocon et Renault, un destin national
Article précédent

Ocon et Renault, un destin national

Article suivant

Comment la F1 peut réintégrer des GP reportés au calendrier

Comment la F1 peut réintégrer des GP reportés au calendrier