"Difficile à gérer" selon Steiner, Grosjean rappelle le passé

Tirant le bilan de cinq ans de collaboration, Günther Steiner perçoit Romain Grosjean comme un pilote "difficile à gérer". Le Français n'est pas resté sans répondre.

"Difficile à gérer" selon Steiner, Grosjean rappelle le passé

Comme chien et chat, Günther Steiner et Romain Grosjean le seront visiblement jusqu'au bout ! Non conservé par l'écurie Haas F1 pour la saison prochaine, le pilote français est tourné depuis plusieurs semaines déjà vers la quête d'une nouvelle carrière dans une autre discipline. Ce week-end, le Grand Prix de Bahreïn marque la première étape de sa tournée d'adieux à la Formule 1, qu'il quittera au soir du rendez-vous d'Abu Dhabi, mi-décembre.

Lire aussi :

Entre le pilote tricolore et son directeur d'équipe, les relations ont parfois été tumultueuses, marquées par des déclarations sans langue de bois de l'un ou de l'autre. Jamais en reste au moment de remettre son pilote à sa place, Steiner a toujours pratiqué ainsi, et la situation a sans aucun doute explosé davantage au grand jour lorsque Netflix a commencé à introduire ses caméras dans le paddock il y a deux ans. À quelques jours de la séparation définitive, le patron de l'équipe américaine ne change rien à son discours. Interrogé sur l'apport de Grosjean, premier pilote à avoir rejoint le projet lorsque Haas a fait son entrée en F1 en 2016, il en souligne l'ampleur. Mais n'hésite pas non plus à évoquer une gestion parfois difficile de son pilote…

"Je dis toujours que chaque défi est une opportunité, et je crois que Romain peut parfois constituer un défi, mais quand nous l'avons dans un bon jour, au bon moment, c'est un grand atout pour l'équipe", résume Steiner. "Nous devons aussi le remercier pour ce qu'il a fait pour nous. Il a cru en Haas dès le début, il a été avec nous pendant cinq ans, ce qui montre aussi que nous avons cru en lui. Nous aurions pu le laisser partir au bout de trois ou quatre ans, mais nous l'avons gardé. Parfois il est un peu 'Romain', j'appelle ça 'être Romain' car il n'y a pas de mot pour ça ! Il est difficile à gérer, mais sinon, il a été un grand atout pour l'équipe et je crois qu'il entrera dans l'histoire de Haas F1, il en fait partie pour toujours."

La réponse de Grosjean

Romain Grosjean, Haas VF-20

Présent devant la presse ce jeudi à Sakhir, Grosjean n'a pas tardé à avoir eu vent des derniers propos en date de celui qui est encore aujourd'hui son patron. "Je ne veux pas trop entrer dans les détails", prévient-il, avant de donner tout de même quelques arguments pour plaider sa cause, renvoyant notamment Steiner à ses homologues du passé du côté d'Enstone.

"Je pense avoir apporté beaucoup à l'équipe", estime Grosjean. "J'ai eu des mauvais moments, oui, j'ai fait des erreurs, mais qui n'en fait pas ? Et puis, quand on a une mauvaise voiture, il faut pouvoir piloter à 105 % pour que tout aille bien, et quand on pilote à ce niveau, il y a de grandes chances de faire des erreurs. Quand on a une super voiture, on peut piloter à 99,8 % et ça permet d'être plus régulier. J'ai connu les deux situations, c'est pour ça que je peux le dire. Est-ce que je suis difficile à gérer ? Je ne sais pas. Mais certains l'ont très bien fait avec moi par le passé, donc j'imagine que c'est possible."

Sur la question de son avenir, qui pourrait se dessiner du côté de l'IndyCar ou de l'Endurance, Grosjean se montre patient. "Pas de nouvelles pour le moment de mon côté", répond-il. "J'espère que ça arrivera bientôt. La porte de la Formule 1 ? Il ne faut jamais dire jamais, mais le principal objectif pour moi à l'avenir est d'être là où je peux me battre pour des podiums et des victoires, car c'est quelque chose qui me manque trop aujourd'hui."

partages
commentaires
Les panneaux lumineux obligatoires et permanents en F1 et MotoGP
Article précédent

Les panneaux lumineux obligatoires et permanents en F1 et MotoGP

Article suivant

Pour Sergio Pérez, c'est Red Bull ou rien en 2021

Pour Sergio Pérez, c'est Red Bull ou rien en 2021
Charger les commentaires
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021