Haas refuse de rembourser Uralkali et réclame une compensation

L'écurie Haas a rejeté la demande de son ex-sponsor titre, Uralkali, de restituer les 13 millions de dollars déjà versés et réclame également une compensation financière de 8,6 millions de dollars pour "perte de bénéfices".

Mick Schumacher, Haas VF-22

Carl Bingham / Motorsport Images

Juste après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, à la fin du mois de février, l'écurie Haas a mis fin de manière unilatérale à son partenariat avec Uralkali. Une décision prise en raison de la proximité entre Dmitry Mazepin, propriétaire de la société, et le président russe Vladimir Poutine. Autre conséquence, le fils de l'oligarque, Nikita Mazepin, avait perdu son volant au profit de Kevin Magnussen.

Devant ce revirement de situation, Uralkali avait réagi en précisant envisager un recours en justice pour récupérer l'argent déjà versé à Haas dans le cadre de ce sponsoring, précisant que l'essentiel de la somme prévue pour la saison 2022 était déjà en possession de l'écurie américaine. Uralkali a contesté la rupture de contrat initiée par Haas et exigé le remboursement de 12 millions d'euros (13 M$).

Il apparaît aujourd'hui que l'écurie a formellement refusé et qu'une réponse a été adressée par courrier pour contester la position d'Uralkali. Dans cette lettre, à laquelle a eu accès Motorsport.com, Haas insiste sur son bon droit d'avoir mis fin à l'accord au nom d'une clause contractuelle qui obligeait Uralkali à ne pas "porter atteinte, contester, ridiculiser ou affaiblir la réputation publique ou l'image positive de Haas".

Haas prétend que les liens entre la famille Mazepin et le Kremlin, dans un contexte de sanctions imposées par l'Union Européenne, ont déclenché cette clause. Cependant, aucune sanction n'avait encore été imposée à l'une ou l'autre partie au moment de la rupture du contrat. Dans sa lettre, Haas explique également pourquoi la somme ne devrait, selon elle, pas être remboursée.

"Selon une jurisprudence unanime, la partie qui résilie l'accord pour une violation de l'autre partie n'est pas tenue de restituer à cette dernière ce qu'elle a déjà reçu en vertu de l'accord", peut-on lire. "La demande d'Uralkali d'obtenir le remboursement de l'acompte versé à hauteur de 12 000 000 d'euros est donc sans fondement et rejetée."

Haas avait retiré le nom d'Uralkali au cours des essais hivernaux à Barcelone.

Haas avait retiré le nom d'Uralkali au cours des essais hivernaux à Barcelone.

Au contraire, Haas réclame une compensation financière, considérant avoir subi une perte de bénéfice en raison de la rupture de l'accord avec Uralkali. Cette demande est chiffrée à huit millions d'euros et attendue dans un délai rapide. Et tant que cette compensation ne sera pas perçue, Haas estime ne pas être tenu de confier un volant à Nikita Mazepin. "Tant que le montant susmentionné n'aura pas été payé à Haas, il n'y aura aucune obligation pour Haas de donner une monoplace, et aucune livraison de monoplace n'aura lieu", précise le courrier.

D'après une source proche du dossier, Haas a aussi refusé de verser à Nikita Mazepin son salaire pour la courte durée durant laquelle il a travaillé pour l'écurie avant l'annulation de son contrat. La posture de l'écurie américaine aurait stupéfait Uralkali.

"Tout le monde comprend que le monde traverse une situation difficile, mais il est manifestement ridicule de prétendre que Haas a le droit de conserver l'argent versé dans le cadre d'un contrat auquel elle a mis fin unilatéralement et sans fournir aucun des services convenus", estime cette source. "Ils semblent d'accord pour dépenser de l'argent russe, et en demandent même plus, mais ne veulent plus de russes dans leur entourage. C'est un traitement vraiment choquant à l'égard d'un sponsor titre qui s'est engagé la saison dernière, lorsque l'écurie avait cruellement besoin de ressources."

Les représentants d'Uralkali et de Nikita Mazepin ont refusé de commenter la situation et ont renvoyé vers les dernières communications officielles qui avaient été faites. Approchée par nos soins, l'écurie Haas n'avait toujours pas répondu à l'heure de publier ces lignes.

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Ces 2°C qui ont placé Hamilton "dans une situation difficile"
Article suivant La FIA répond aux critiques sur la voiture de sécurité

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France