Haas n'a "rien à cacher" sur sa relation avec Ferrari

Günther Steiner l'a assuré, la FIA peut venir enquêter dans les locaux de Haas quand elle le souhaite puisque l'écurie américaine n'a "rien à cacher" concernant ses liens avec Ferrari.

Guenther Steiner, Team Principal, Haas F1 parle à la presse

Depuis 2021, Haas jouit d'une relation privilégiée avec son motoriste, Ferrari. En plus de bénéficier de nombreuses pièces conçues par le Cheval Cabré, l'écurie américaine compte dans ses rangs de nombreux employés ayant travaillé pour la Scuderia et opère même dans un bâtiment lui étant spécifiquement dédié au sein de l'usine de Maranello.

Bien que les liens qui unissent Haas à Ferrari n'enfreignent pas le règlement, certaines équipes ne sont pas ravies par la situation. Plusieurs structures du milieu de grille, des concurrents directs de Haas, mais aussi Toto Wolff, directeur de Mercedes, ont milité pour une réécriture des règles afin de restreindre les collaborations entre équipes.

Cette idée se limite à de simples paroles pour le moment, la FIA n'ayant pas été saisie officiellement et aucune enquête n'ayant été ouverte pour le moment. Cela ne préoccupe pas Günther Steiner toutefois, le directeur de Haas confiant que la FIA surveille déjà le fonctionnement de son équipe.

"Je crois qu'il n'y a pas eu de plainte ou de protestation officielle", a-t-il indiqué dans le paddock d'Imola. "Je pense qu'ils ont simplement publiquement exprimé leurs préoccupations ou leur mécontentement. Je ne pense pas qu'il y ait eu quoi que ce soit d'officiel. Vous devez poser la question à la FIA, parce que la FIA n'a pas à nous informer [en cas d'enquête]."

"La FIA nous suit de près et sait ce que nous faisons. Hier encore, ils étaient dans nos bureaux pour faire une inspection – et je les y invite, ils peuvent venir une fois par semaine, une fois par jour, quand ils veulent. Nous n'avons rien à cacher. Nous respectons le règlement donc je ne sais pas ce que fait la FIA, s'il y a une enquête en cours, si elle a répondu aux personnes qui lui ont posé des questions, je n'en sais rien."

Lire aussi :

Malheureusement pour Haas, cette polémique éclipse le bon début de saison de l'équipe américaine, qui a volontairement sacrifié le développement de sa précédente voiture pour se concentrer pleinement sur la F1 de 2022, répondant à un nouveau Règlement Technique. Après trois courses, Haas pointe à la septième place du championnat en ayant récolté 12 unités, un total qui n'avait plus été atteint depuis 2019. Haas n'est toutefois pas frustré que le paddock s'intéresse davantage à ses liens avec Ferrari qu'à ses performances sur la piste puisque, selon lui, c'est devenu une habitude. 

"Je dirais qu'après un certain temps, on s'y habitue", a-t-il affirmé. "Je préfère ça, qu'on nous dise que nous faisons quelque chose qui ne va pas parce que nous faisons du bon travail, plutôt que d'être comme l'année dernière et que tout le monde se sente désolé pour nous. Je préfère que ce soit l'inverse. À la fin, on verra ce que ça donne. Ce n'est pas la première fois que ça arrive. Alors au bout d'un moment, on s'y habitue."

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Moteurs F1 2022 : où en sont les pilotes à Imola ?
Article suivant Horner : Honda a "résolu" le problème moteur de Verstappen

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France