Haas "un peu en retard" sur le développement pour 2017

partages
commentaires
Haas
Valentin Khorounzhiy
Par : Valentin Khorounzhiy
Traduit par: Fabien Gaillard
6 nov. 2016 à 13:00

L'ingénieur de course en chef de Haas, Ayao Komatsu, déclare que l'équipe est "un petit peu en retard" sur ses objectifs en matière de développement de la nouvelle voiture répondant à la réglementation 2017.

Ayao Komatsu, Haas F1 Team et Guenther Steiner, Team Principal Haas F1 Team
Romain Grosjean, Haas F1 Team et Jenson Button, McLaren Honda
Ayao Komatsu, ingénieur de course Haas F1 Team lors de la conférence de presse de la FIA
Esteban Gutierrez, Haas F1 Team VF-16 et Kevin Magnussen, Renault Sport F1 Team RS16
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-16 devance Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS16
Esteban Gutierrez, Haas F1 Team VF-16
Esteban Gutierrez, Haas F1 Team
Romain Grosjean, Haas F1 Team
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-16
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-16
Esteban Gutierrez, Haas F1 Team
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-16
Esteban Gutierrez, Haas F1 Team sur la grille
Esteban Gutierrez, Haas F1 Team VF-16
Esteban Gutierrez, Haas F1 Team VF-16
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-16
Esteban Gutierrez, Haas F1 Team alors que la grille entend l'hymne national
Esteban Gutierrez, Haas F1 Team VF-16 et Daniil Kvyat, Scuderia Toro Rosso STR11 en lutte pour une position
Esteban Gutierrez, Haas F1 Team VF-16
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-16
Esteban Gutierrez, Haas F1 Team
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-16

Komatsu, qui a suivi Romain Grosjean chez Haas après un long passage chez Lotus, a pris part à la première saison au-delà des attentes de la structure américaine, qui semble presque sûre de terminer huitième au classement constructeurs après une campagne lors de laquelle elle a inscrit 29 points jusqu'ici.

Mais Komatsu avertit que le changement de règlement en 2017 va être pour Haas un "immense défi" dans le but de conserver le niveau de développement nécessaire pour rester dans le rythme d'écuries plus établies.

"Le changement de règlement ajoute une autre dimension. Mais, même si nous ne changions pas le règlement, nous aurions besoin de faire ce que nous faisons maintenant pour mettre toutes sortes de choses en place", explique Komatsu à Motosport.com.

"Que signifie une nouvelle réglementation ? Les voitures vont pas mal changer ; cela veut dire que l'année prochaine, nous aurons besoin de plus d'évolutions. Cette année, nous n'avons pas eu beaucoup d'améliorations - ça n'a pas été trop grave parce que notre base de travail était bonne et que le règlement était stable."

"Comme nous avons pu en savoir plus sur la voiture et comme nous avons pu fonctionner plus professionnellement, notre compétitivité s'est améliorée."

"Mais imaginez que nous ayons le même niveau de progrès l'année prochaine que cette année, nous tomberions dans la hiérarchie. Parce que les grosses équipes, elles vont apporter des tas et des tas d'évolutions parce que le règlement est nouveau."

"La voiture de la première course, elle ne sera pas mûre. Donc ils auront beaucoup, beaucoup d'évolutions. Nous devons continuer comme cela l'année prochaine. Ça sera un immense challenge. Ce qui nous a pris cinq courses à régler cette année, nous devrons le faire en une course l'année prochaine."

Quand il lui est demandé si l'équipe était dans les temps avec la voiture 2017, il répond : "Je ne dirais pas que tout est dans les temps. Nous sommes un peu en retard. Mais nous progressons bien. Je ne dirais pas que nous sommes dans les temps."

Une lutte difficile pour garder la 8e place

Malgré le fait que Haas soit actuellement bien devant Renault, Manor et Sauber au classement constructeurs, Komatsu estime que l'écurie américaine aura du mal à rester au même niveau relatif de performance en 2017.

"Si vous regardez les trois équipes de pointe, elles sont loin. Ferrari, Mercedes, Red Bull, ils sont loin. Ensuite, vous avez Force India, Williams, ensuite McLaren, Toro Rosso et puis nous."

"En termes de points, nous sommes derrière Toro Rosso et McLaren, mais en termes de compétitivité, je pense que nous avons été assez proches. Donc c'est très serré pour pouvoir être 6e, mais avec différentes choses dont nous manquons ou que nous devons améliorer en tant que nouvelle équipe, nous sommes 8e."

"Mais l'année prochaine, même essayer de rester où nous sommes sera un immense challenge. Évidemment, McLaren-Honda va connaître une immense amélioration. Il s'agit d'une équipe d'usine. Les moteurs Honda vont progresser aussi. Je suis sûr que McLaren va faire un bon travail."

"Toro Rosso, leur aérodynamique est très bonne et ils auront un moteur Renault l'année prochaine. Je suis sûr que le moteur Renault va être bien meilleur l'année prochaine. Ensuite, nous aurons l'équipe d'usine Renault, qui est derrière nous pour le moment en 9e place. Mais leurs progrès seront immenses. Donc même pour conserver la 8e place, nous aurons besoin d'une progression immense."

"Je ne pense pas pouvoir dire que je suis confiant pour l'année prochaine. Je pense que nous devons être humbles. Mais nous avons vraiment besoin de comprendre que le challenge de l'année prochaine, même pour rester où nous nous trouvons, est immense. Parce que nous ne sommes pas une équipe d'usine."

L'équipe doit grandir "naturellement"

Komatsu croit que le défi de l'année prochaine sera le fait que Haas ne disposera pas du genre de main d'oeuvre disponible pour certaines de ses rivales. "Sur le papier, nous ne pouvons pas lutter - je pense que nous pouvons, mais ça ne va pas être simple."

Concernant les projets pour agrandir l'équipe, il déclare : "Nous devons grandir à un certain rythme. Donc, de toute façon, je cherche aujourd'hui à engager environ six personnes. Ça ne semble pas beaucoup quand Renault dit 80 personnes. Mais six en plus de ce que nous avons actuellement, c'est énorme."

"Je vous donne un exemple. Niveau piste, nous avons deux ingénieurs de course, deux ingénieurs de performance, deux ingénieurs de contrôle, un qui contrôle l'aéro et moi. Huit personnes. C'est le minimum absolu. Vraiment, le minimum absolu. En termes de performance, c'est huit personnes."

"Maintenant nous allons engager six personnes pour nous aider. Donc ces gens seront à l'usine. Mais de nouveau, c'est presque le double. Ce n'est pas comme Renault, où ce qui était 400 devient 480. C'est huit qui devient 14."

"Il faut grandir assez vite mais aussi assez lentement afin de ne pas perdre la concentration, et grandir naturellement, afin de ne pas se perdre, fondamentalement. Mais c'est bien, parce que c'est limité en termes de ressources et de gens, il faut vraiment réfléchir et identifier où se situe la zone importante que nous devons renforcer ? De quoi manquons-nous ? De quel genre de gens avons-nous besoin ? Quels ensembles de compétences recherchons-nous ?"

"Donc vous y réfléchissez très soigneusement. Ce n'est pas du genre : 'OK, nous avons besoin de 10 personnes ici, boum, engageons 10 personnes'. Nous ne pouvons pas faire ça."

"La bonne chose concernant cette équipe est que l'attention est vraiment bonne et que les lignes de communication sont très bonnes. Donc il faut conserver cela et ensuite grandir lentement, mais en essayant d'être assez rapide. Ce n'est pas facile, mais c'est un bon challenge."

Propos recueillis par Erwin Jaeggi

Article suivant
Moteur 2016 - Sauber assume son choix pour miser sur le châssis

Article précédent

Moteur 2016 - Sauber assume son choix pour miser sur le châssis

Article suivant

Red Bull à Interlagos pour assurer la deuxième place des constructeurs

Red Bull à Interlagos pour assurer la deuxième place des constructeurs
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Haas F1 Team
Auteur Valentin Khorounzhiy
Type d'article Interview