Formule 1
12 mars
-
15 mars
EL1 dans
17 jours
C
GP de Bahreïn
19 mars
-
22 mars
EL1 dans
25 jours
02 avr.
-
05 avr.
EL1 dans
38 jours
C
GP d'Espagne
07 mai
-
10 mai
EL1 dans
73 jours
C
GP de Monaco
21 mai
-
24 mai
EL1 dans
86 jours
04 juin
-
07 juin
EL1 dans
101 jours
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
EL1 dans
109 jours
25 juin
-
28 juin
EL1 dans
122 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
EL1 dans
129 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
144 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
EL1 dans
157 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
EL1 dans
185 jours
03 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
192 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
EL1 dans
206 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
EL1 dans
213 jours
08 oct.
-
11 oct.
EL1 dans
227 jours
C
GP des États-Unis
22 oct.
-
25 oct.
EL1 dans
242 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
EL1 dans
249 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
EL1 dans
263 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
EL1 dans
276 jours

Hamilton ne s'est pas défendu devant les commissaires

partages
commentaires
Hamilton ne s'est pas défendu devant les commissaires
Par :
18 nov. 2019 à 07:47

Admettant son erreur dès l'arrivée du Grand Prix du Brésil, Lewis Hamilton n'a pas cherché à se justifier devant les commissaires sportifs, qui l'ont pénalisé pour son accrochage avec Alex Albon.

Pénalisé de cinq secondes après l'arrivée du Grand Prix du Brésil, Lewis Hamilton a chuté de la troisième à la septième place. Impliqué dans un accrochage avec Alexander Albon alors qu'il tentait de le dépasser dans l'avant-dernier tour, le sextuple Champion du monde avait immédiatement admis son erreur avant de monter sur le podium, mais les commissaires souhaitaient prendre le temps d'entendre les protagonistes avant de prendre une décision.

Lire aussi :

Cependant, le Britannique n'est pas allé s'expliquer devant les commissaires. Le directeur sportif de Mercedes, Ron Meadows, s'est rendu à la convocation en faisant passer le message selon lequel son pilote reconnaissait qu'il était en tort, ne laissant pas d'autre choix au collège que celui de sanctionner Hamilton.

"Ils allaient faire une enquête après la course", explique le directeur de course Michael Masi. "Ils ont dont convoqué les deux pilotes. Mais l'équipe a reconnu l'infraction. Ils sont venus et ont dit : 'Ce n'est pas la peine de nous convoquer. Lewis l'a reconnu', d'après ce que Ron a dit. Il y avait une enquête, mais il y a l'équipe qui vient et qui dit : 'Nous avons fait une erreur'. Du coup, ça devient une enquête très simple de l'autre côté !"

La gestion des événements a contrasté avec la manière dont Daniil Kvyat a été pénalisé lors des deux Grands Prix précédents. À chaque fois impliqué dans un accrochage dans le dernier tour, le Russe avait été sanctionné quasiment instantanément. Michael Masi reconnaît que les commissaires se sont retrouvés dans une situation délicate dimanche soir à Interlagos, car ils voulaient donner une chance à Hamilton de donner son point de vue, et qu'il y avait en même temps un caractère d'urgence pour espérer envoyer le bon pilote sur le podium.

"J'ai pris une pénalité. Je l'accepte totalement car j'arrivais de derrière", a réagi Hamilton. "Des accrochages avec d'autres, on ne me voit jamais faire ça. Avec le recul, j'aurais pu attendre, mais le recul est toujours quelque chose de formidable."

Grand bénéficiaire de la pénalité infligée à Hamilton, Carlos Sainz a été privé de véritable podium compte tenu de la sanction établie plus d'une heure après l'arrivée. L'Espagnol a toutefois eu le droit aux honneurs et au champagne, après avoir récupéré sa coupe, et a pu célébrer ce premier podium pour McLaren depuis 2014 en bonne et due forme dans la soirée.

Carlos Sainz Jr, McLaren, célèbre sa troisième place sur le podium

Article suivant
Malgré les doutes, Sainz conserve bien son 1er podium !

Article précédent

Malgré les doutes, Sainz conserve bien son 1er podium !

Article suivant

Grosjean : "C'est une année de misère..."

Grosjean : "C'est une année de misère..."
Charger les commentaires