Hamilton ne prendra pas "plus de risques que d'habitude"

Pour le Britannique, la donne est claire : comme à Austin le week-end dernier, il doit signer un gros résultat pour rester dans la course au titre mondial, tandis que Nico Rosberg dispose déjà d’une première occasion d’être sacré.

Avec trois Grands Prix encore à disputer, Lewis Hamilton doit effacer un déficit de 26 points sur son coéquipier, mais aborde la course mexicaine sans une pression énorme, rappelant qu’il n’est plus totalement maître de son destin.

"J’aborde ça de la même manière que chaque course", explique le pilote Mercedes. "Peut-être légèrement plus détendue que les autres, car j’ai accepté l’idée qu’il y a des choses qui sont hors de mon contrôle. Tout ce que je peux contrôler, c’est ce que je fais dans la voiture. Alors je place toute mon énergie sur ça, en espérant décrocher le même résultat que le week-end dernier. Mais si ce n’est pas le cas, il faut repartir de l’avant."

"Je ne crois pas que je prendrai plus de risques que d’habitude. Je pense être un pilote qui prend des risques, mais je ne crois pas que j’en prendrai plus que les autres. Je serait assurément prudent par rapport à ce qu’il y a autour de moi, comme toujours. Je me bats, c’est sûr. Tant que mon cœur bat, j’ai toujours cette envie de piloter pour gagner, et il y a encore une opportunité, même si ce n’est que 1%, et je vais me battre."

S'il y a un moment pour moi où je dois être meilleur que je ne l'ai jamais été, c'est lors de ces trois dernières courses.

Lewis Hamilton

"Évidemment, je dois gagner toutes les courses, mais je le sais depuis le dernier Grand Prix. Les gens peuvent interpréter ça comme ils veulent, mais je sais que je dois gagner. Et je vais simplement essayer de faire le meilleur travail possible, tout ce que je peux pour préparer ma voiture pour les qualifications, pour bien la piloter en piste, et appliquer tout ce que j’ai appris ces dernières années. S’il y a un moment pour moi où je dois être meilleur que je ne l’ai jamais été, c’est lors de ces trois dernières courses."

L’inquiétude permanente de la fiabilité

Ce que ne maîtrise pas Hamilton, c’est notamment le volet fiabilité, qui lui a déjà coûté très cher depuis le début de la saison. Le week-end dernier, un changement du système de carburant sur son unité de puissance en cours de week-end l’a d’ailleurs largement préoccupé, tandis que le scénario terrible de la Malaisie reste dans tous les esprits chez Mercedes.

"Ce sera le cas jusqu’au drapeau à damier à Abu Dhabi", prévient Hamilton. "J’ai le sentiment que ça arrivera, car je suis avec mon huitième moteur, et j’ai rencontré bien plus de problèmes que ceux de l’autre côté cette année. Je suis confiant dans le fait que tout le monde fait ce qu’il peut…"

"Les gars travaillent dur pour s’assurer que rien ne se passe, pour aller de l’avant, mais une fois encore, il y a des choses qui ne sont tout simplement pas entre nos mains. Souvent cette année, il y a des choses qui sont hors de contrôle qui se sont produites, et le plus important, c’est que nous avons appris de ça et grandit avec, et nous continuerons à le faire."

Présentation vidéo du GP du Mexique

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP du Mexique
Circuit Autodromo Hermanos Rodriguez
Pilotes Lewis Hamilton
Équipes Mercedes
Type d'article Actualités
Tags fiabilité, mexique, titre