Lowe : Williams est meilleur que Mercedes dans certains domaines

Nouveau directeur technique de Williams, Paddy Lowe dresse un premier constat flatteur pour l'écurie de Grove, l'estimant plus forte que Mercedes dans certains domaines.

Lowe : Williams est meilleur que Mercedes dans certains domaines
Lance Stroll, Williams FW40 s'arrête aux stands
Paddy Lowe, Directeur Exécutif Technique de Mercedes AMG F1
Le logo Williams sur le motorhome
Lance Stroll, Williams FW40
Lance Stroll, Williams FW40
Lance Stroll, Williams FW40
Lance Stroll, Williams FW40
Lance Stroll, Williams FW40
Felipe Massa, Williams FW40
Lance Stroll, Williams FW40
Felipe Massa, Williams FW40
Charger le lecteur audio

Après avoir quitté Mercedes à l'issue de la saison dernière, Paddy Lowe a officiellement fait son retour chez Williams, où il avait déjà travaillé au début des années 90. Nommé directeur technique tout en devenant actionnaire de l'écurie britannique, il relativise l'incidence de son arrivée sur les résultats à court terme, mais il a déjà identifié les forces de la structure.

"La première étape est de faire connaissance avec l'équipe, et de voir comment je peux lui apporter de la valeur", explique Paddy Lowe à Motorsport.com. "Le défi, c'est comment faire ce qu'il y a de mieux avec ce qui est disponible pour en tirer les meilleurs avantages et la meilleure valeur. Ce n'est pas différent de travailler avec une base en particulier, comme j'aurais pu le faire avec une autre équipe, ou avec ce que nous avons ici. Le processus est le même, et il y a sans aucun doute des choses chez Williams qui sont déjà bien meilleures que ce qu'ils ont chez Mercedes." 

"Je dois voir quelles sont les forces et quels sont les écarts, puis bâtir là-dessus. Au cours de ces dernières années, on m'a demandé de nombreuses fois 'quel est le secret ?', mais ce serait extrêmement déplacé pour quiconque de penser que l'on peut arriver dans une équipe et de trouver soudainement une sorte de miracle ou de baguette magique."

Laisser les sentiments de côté

Lowe ne cache pas une certaine émotion à retrouver Williams une vingtaine d'années après y être passé une première fois. Néanmoins, il ne s'attarde pas sur les sentiments, alors qu'il sera à pied d'œuvre cette semaine lors du Grand Prix d'Australie.

"C'est intéressant, car on a bien sûr des sentiments à propos de ce que l'on a fait [dans une autre équipe], des sentiments qu'il faut laisser dans un no man's land quand on est entre deux boulots", confie-t-il. "Je suspecte fortement que, lorsque j'aurai atterri en Australie et que je serai tourné à 100% vers ma nouvelle équipe, mes seules pensées concerneront le lieu où nous sommes et la manière dont nous pouvons être meilleurs."

"Ça disparaît automatiquement avec l'intensité dans laquelle on s'immerge en Formule 1. [Revenir chez Williams] est une histoire incroyable, je dois encore réaliser. C'était un moment émouvant de revenir, cela fait presque 30 ans depuis que j'ai commencé avec Williams, à la fin de l'année 1987, et c'est très, très spécial de revenir et de prendre la place de mon patron de l'époque, Patrick [Head]."

"En même temps, le côté sentimental n'importe pas, il s'agit d'aller de l'avant et pas de raconter de vieilles histoires. Je suis très enthousiaste pour l'avenir, et je suis déjà très heureux de ce que j'ai vu et de la manière dont nous pouvons construire là-dessus."

Propos recueillis par Dieter Rencken

Mug Williams 2016
Mug Williams, sur Motorstore.com
partages
commentaires
Brawn : "Pas d'autres motivations" que d'améliorer la F1
Article précédent

Brawn : "Pas d'autres motivations" que d'améliorer la F1

Article suivant

Renault souhaite une influence majeure des constructeurs en F1

Renault souhaite une influence majeure des constructeurs en F1
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021