Mercedes protégé par des clauses dans le contrat d'Albon

La propriété intellectuelle du moteur Mercedes ne devrait pas être menacée par la présence d'Alexander Albon chez Williams.

Mercedes protégé par des clauses dans le contrat d'Albon

On le sait, Toto Wolff n'était pas ravi à l'idée que Williams recrute Alexander Albon. L'actuel pilote de réserve Red Bull a été confirmé comme titulaire ce mercredi par la structure de Grove, au sein de laquelle il épaulera Nicholas Latifi. La nature de ses liens avec la marque au taureau a naturellement été remise en question dans ce contexte, étant donné que Red Bull et Mercedes se livrent un duel sans merci pour le titre mondial cette saison et que Williams utilise les moteurs à l'étoile.

Lire aussi :

Directeur de Mercedes AMG F1, Wolff avait déclaré le week-end dernier qu'Albon devrait être libéré de son contrat Red Bull pour que sa présence chez Williams soit acceptée. Il semble que ce soit le cas – bien que Red Bull conserve des "options futures" sur Albon – et l'Autrichien a quelque peu nuancé son discours depuis lors.

"Nous avons toujours respecté l'autorité d'une équipe dans le choix de ses pilotes. J'ai été chez Williams et je ne n'aurais pas voulu que qui que ce soit interfère dans notre décision sur les pilotes", assure Wolff, qui a été membre du conseil d'administration Williams de 2009 à 2012 et actionnaire de 2009 à 2016. "Et de la même manière, nous n'avons aucun droit contractuel que nous aurions pu utiliser ou aurions utilisé, car je ne pense pas que ce soit correct de se mêler de la décision de l'écurie sur les pilotes."

"Ce qui était important pour nous était, si un pilote venant d'un autre motoriste rejoint l'équipe, qu'il y ait des clauses de confidentialités très strictes et claires sur la propriété intellectuelle. Cela a toujours été en grande harmonie avec Williams, ils savent exactement pourquoi nous voulons ça et ce qu'il est important de protéger."

Wolff ajoute que Mercedes a "absolument" obtenu les clauses souhaitées dans le contrat d'Albon : "En somme, il est pilote Williams pour les 12 prochains mois. Il n'a aucun lien avec Red Bull dans ce laps de temps."

Et bien qu'Albon ait arraché le baquet Williams au nez et à la barbe d'un protégé de Mercedes, Nyck de Vries, Wolff salue le retour de l'Anglo-Thaïlandais sur la grille : "À vrai dire, bien que cela ne me regarde pas, je soutiens absolument Alex Albon. Il mérite d'être en F1, c'est quelqu'un de super, et je suis content pour lui qu'il soit dans la voiture. Il est là, il n'a pas eu de place chez AlphaTauri ou chez Red Bull, mais il est chez Williams désormais, espérons qu'il va y rester longtemps."

Quant à Christian Horner, il minimise également l'influence qu'a eue Mercedes sur ces discussions et se félicite de ce dénouement. "Williams était très intéressé, ce qui est toujours un bon point de départ", commente le directeur de Red Bull Racing. "Je dois dire que nos négociations avec eux ont été très directes. Il y a eu quelques petits obstacles, mais j'étais ravi que nous puissions trouver une bonne conclusion pour Alex, pour Williams et pour Red Bull."

partages
commentaires
EL2 - Hamilton en tête, Sainz part à la faute
Article précédent

EL2 - Hamilton en tête, Sainz part à la faute

Article suivant

Monza, la fin tragique de Ronnie Peterson

Monza, la fin tragique de Ronnie Peterson
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021