Mercedes et Ferrari sont "alignés à 100%" en F1, selon Zetsche

Le président de Mercedes, Dieter Zetsche, a affirmé que le constructeur allemand et Ferrari étaient sur la même longueur d'onde concernant leur vision de la F1 malgré la lutte qui les oppose en piste.

Même si la concurrence est féroce entre les deux écuries, 2017 ayant marqué le retour au premier plan de la Scuderia, les relations en dehors de la piste sont très bonnes entre les deux marques, qui partagent une même vision de l'avenir et de ce que devrait être la Formule 1, notamment vis-à-vis de la technologie moteur actuelle pour laquelle elles ont dépensé beaucoup d'argent.

Dieter Zetsche a utilisé une métaphore bien connue pour décrire les rôles joués par Sergio Marchionne, le président de Ferrari, et lui-même : "Nous sommes le bon policier et le méchant policier", a-t-il confié à Autocar, en référence notamment aux sorties musclées de l'Italien depuis plusieurs semaines.

"Nous luttons l’un contre l’autre comme des fous en piste et essayons de tirer le moindre dixième d’avantage, mais dans le même temps, nous sommes alignés à 100% concernant nos idées sur la Formule 1 et nos actions stratégiques en Formule 1. Nous sommes bons amis."

Ainsi, si la Scuderia n'a pas manqué de brandir immédiatement la menace d'un départ face au tournant pris par le projet de réglementation moteur pour 2021, Mercedes s'est montré plus nuancé, mais avec au final la même idée sous-jacente. "Nous sommes là pour rester en Formule 1", assure Zetsche dans un premier temps, avant d'ajouter : "Mais évidemment, la plateforme en elle-même doit conserver du sens et se développer positivement."

"Quand quelqu'un domine, ça n'aide pas"

Sur le plan sportif, Mercedes est sorti d'une période de trois années d'hyper domination en remportant le premier championnat de la seconde ère du V6 turbo hybride, marquée par un changement réglementaire important qui a favorisé l'aérodynamique. D'aucuns voient dans ce nouveau succès, bien qu'il ait été obtenu au terme d'une confrontation directe et longtemps serrée, le signe d'une nouvelle domination à venir.

Pour Zetsche, il faut effectivement un resserrement des performances et il estime que le nouveau règlement a permis d'aller dans ce sens, en redistribuant les cartes. "J’ai dit à de nombreuses reprises que le meilleur scénario serait de remporter le championnat pour un point lors de la dernière course. Ayant été sur les circuits lors de la dernière moitié de la saison passée, je n’étais pas sûr de ma déclaration !"

"Pour être clair, nous voulons avoir du succès et nous voulons que la plateforme ait du succès, et quand quelqu’un domine, ça n’aide pas. Il faut des concurrents plus forts et des changements de règles qui donnent de nouvelles voitures à tout le monde et, dans une certaine mesure, la saison passée a représenté ce changement."

Alors que Liberty Media continue de se pencher sur la meilleure façon de rapprocher la F1 des fans, en préparant notamment une série de nouveautés visant justement à améliorer les interactions, sur les circuits ou en dehors, le patron de Mercedes estime que toutes les opportunités n'ont pas été saisies, notamment sur les plans virtuel et numérique.

"Je pense que c’est un spectacle qui est assez bon, mais il y a du potentiel. Je pense que l’aspect numérique peut être mieux exploité. Il devrait y avoir des opportunités pour engager les fans, par exemple, vous pourriez être dans votre living room et essayer de faire partie d’une équipe sur votre écran, et tenter de battre les autres écuries virtuellement."

Enfin, pour lui, il faut s'assurer que la discipline attire toujours les spectateurs dans les tribunes : "Il ne doit pas seulement être question de la plus grande somme d’argent que vous pouvez soutirer [aux spectateurs]."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Ferrari , Mercedes
Type d'article Actualités
Tags dieter zetsche