Mercedes "manque simplement de rythme" face à Red Bull

Le manque de vitesse de pointe a coûté cher à Mercedes lors des qualifications en France, mais Toto Wolff estime que le déficit de performance face à Red Bull demeure général.

Mercedes "manque simplement de rythme" face à Red Bull

Mercedes espérait reprendre ses esprits sur un tracé plus traditionnel et non urbain, après deux week-ends délicats à Monaco puis Bakou. Pour le moment, c'est en partie le cas, mais l'écurie allemande continue de souffrir face à Red Bull Racing, qui fait mieux que lui tenir la dragée haute.

Sur le circuit Paul Ricard, c'est la vitesse de pointe qui fait défaut à la W12 dans son affrontement face à la RB16B, et c'est un critère qu'il a fallu prendre en compte pour les choix aéro. Néanmoins, l'équipe de Brackley a conservé un aileron arrière qui n'est pas le plus déchargé qui soit et assume cette option, assurant qu'une autre décision n'aurait pas pour autant modifié l'issue des qualifications.

Au Castellet, Max Verstappen s'est emparé de la pole position avec deux dixièmes et demi d'avance sur Lewis Hamilton, le Néerlandais utilisant quant à lui un aileron arrière avec peu d'appui pour exploiter toute la vitesse de pointe disponible en ligne droite.

Interrogé sur le fait d'avoir mis de côté l'aileron à faible appui, Toto Wolff se montre clair. "Nous pensons, d'après les simulations, que c'était la version la plus lente", indique-t-il au micro de Sky Sports. "On peut voir qu'ils [Red Bull] étaient rapides en ligne droite. Si nous montons l'aileron à faible appui, nous perdrons beaucoup plus dans les virages."

Lire aussi :

Cette conviction est éloignée de celle du clan Red Bull, où Christian Horner s'est dit certain que le choix d'aileron arrière des deux écuries expliquait en grande partie les différences de chrono et avait donné l'avantage aux siens. Néanmoins, Toto Wolff est persuadé que le déficit de la monoplace de Brackley était de toute manière trop important sur un tour, dans tous les compartiments.

"C'est un week-end difficile car nous manquons tout simplement de rythme", martèle le directeur de Mercedes. "C'est la vérité. Ça semblait bien pire que là où nous avons finalement terminé, mais nous devons gagner partout [en performance]. Il n'y a pas un seul domaine sur lequel nous ne nous penchons pas afin de progresser."

Parvenant à décrocher la deuxième place sur la grille, juste devant l'autre Mercedes de Valtteri Bottas, Lewis Hamilton ne cache pas une grande part d'incertitude sur le niveau réel de son équipe et de sa monoplace, admettant qu'il ne savait "pas vraiment à quoi s'attendre ce week-end".

"Naturellement, nous avons été dans le top 5 ou le top 4 tout le week-end", reconnaît-il. "Mais ça n'a pas été génial, même si c'est évidemment pire d'être encore plus loin. Nous savions que les Red Bull étaient fortes partout. Circuit urbain ou pas, ça ne semble pas être important, ils sont très forts. Et nous, il y a des domaines dans lesquels nous continuons à travailler pour progresser. Bien sûr, j'ai entendu que nous perdions essentiellement du terrain en ligne droite, donc nous allons essayer de comprendre."

partages
commentaires
Verstappen : "Un grand jour" pour Red Bull
Article précédent

Verstappen : "Un grand jour" pour Red Bull

Article suivant

Leclerc a évité un "désastre" en qualifications

Leclerc a évité un "désastre" en qualifications
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021