Mode qualifs ou non, Mercedes va "rester la référence"

De l'aveu de Mercedes comme de l'un de ses rivaux, l'interdiction des modes moteur différents en Grand Prix ne devrait pas changer grand-chose à la hiérarchie en Formule 1.

Mode qualifs ou non, Mercedes va "rester la référence"

Ce n'est qu'une question de temps avant que la Formule 1 n'interdise l'utilisation de modes moteur différents lors des qualifications et de la course. Cette mesure, qui devait entrer en vigueur ce week-end au Grand Prix de Belgique et a été repoussée d'une semaine pour Monza, est censée niveler les performances des différents groupes propulseurs, Mercedes semblant notamment bénéficier d'un surplus de puissance gigantesque en Q3.

Cependant, compte tenu de l'avantage dont jouit le constructeur allemand en qualifications – au moins sept dixièmes sur les cinq derniers Grands Prix – il paraît peu probable que cela l'empêche d'obtenir la pole position, comme l'explique Toto Wolff, directeur de Mercedes AMG F1 : "En F1, tirer vers le bas les leaders – ou du moins ceux qui sont censés être les leaders – a toujours été bon pour le sport. Nous considérons cela comme un défi."

Lire aussi :

"Nous avons un bon mode qualifs et nous sommes en mesure de donner ce petit surplus de puissance dans la dernière phase. Mais si ce n'est plus possible pour nous car tout doit être constant, alors ce n'est pas un déficit pour nous. Au contraire, nous pensons pouvoir transformer cela en davantage de performance en course. C'est quelque chose qui est un grand défi pour nous, que nous allons relever une fois la règle mise en place."

En effet, Mercedes pourrait même obtenir davantage de puissance le dimanche grâce à cette nouvelle règle. "Je pense que nous ne manquons pas de performance le samedi", poursuit Wolff. "Jusque-là, nous avions une certaine marge. Nous avons eu des difficultés lors de certaines courses, où nous étions assez limités quant aux modes moteur puissants, et si la F1 bannit certains modes d'unité de puissance en cours de saison, je pense qu'en réalité cela nous aidera en course."

"Si l'on peut éviter d'endommager son unité de puissance lors de ces quelques tours qualificatifs disponibles en Q3 et lors de certains tours en course, le risque de dégâts chute complètement. Cinq tours de mode qualifs en moins, c'est 25 tours de performance supplémentaire en course, et c'est quelque chose qui nous donnera davantage de performance, à notre avis."

"Il faut prendre en compte que même si cela risque de nous handicaper davantage en qualifications – ce dont je ne suis pas sûr, et ce ne sont que deux dixièmes environ – cela va handicaper tous les autres de la même manière. Mais nous sommes toujours à la limite de ce que nous pouvons extraire de l'unité de puissance, et si nous sommes limités au niveau des modes de qualifications, alors nous serons plus forts en course."

Quant à Andreas Seidl, dont l'écurie McLaren est motorisée par Renault mais adoptera les unités de puissance Mercedes à partir de 2021, il estime l'avantage de la marque à l'étoile si conséquent que ce groupe propulseur demeurera plus puissant que les autres quoi qu'il arrive.

"À vrai dire, je n'ai pas de vue d'ensemble de ce qu'est la différence des différents modes pour les différents motoristes, car je suis sûr que chaque motoriste a différents modes disponibles entre les qualifications et la course, ainsi que pendant la course. Je serais donc surpris si un motoriste n'avait qu'un mode disponible", commente Seidl, alors que les pilotes Ferrari ont affirmé que la Scuderia ne changeait pas de mode entre les qualifications et la course.

"À quel point la différence est grande entre les différents motoristes, je ne peux pas en juger. Je pense que c'est vraiment un sujet qui a besoin d'être résolu entre les motoristes et la FIA. Quels que soient les changements de règlement, avec les capacités et les compétences dont dispose Mercedes, je suis sûr qu'ils vont rester la référence en cette ère moderne des unités de puissance hybrides", conclut l'Allemand.

partages
commentaires

Voir aussi :

Affaire Racing Point : Renault veut retirer son appel

Article précédent

Affaire Racing Point : Renault veut retirer son appel

Article suivant

AlphaTauri : "Gasly est de plus en plus bon et confiant"

AlphaTauri : "Gasly est de plus en plus bon et confiant"
Charger les commentaires
Un calendrier de 23 Grands Prix en péril Prime

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril

Après l’annonce de l’annulation du Grand Prix de Singapour à cause des restrictions sanitaires en vigueur, la Formule 1 cherche des alternatives pour conserver un calendrier de 23 courses. Mais ce projet audacieux est-il voué à l’échec ?

Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré Prime

Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré

Jean Alesi a immédiatement marqué la Formule 1 lors de ses débuts avec Tyrrell, mais sa décision de rejoindre Ferrari plutôt que Williams en 1991 était une erreur de jugement, dans une saison au cours de laquelle les luttes politiques internes ont miné le développement de la monoplace...

Formule 1
11 juin 2021
Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego Prime

Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego

Les pilotes ont tendance à être égoïste, mais pas Riccardo Patrese. Retour sur la carrière d'un véritable gentleman.

Formule 1
9 juin 2021
Les notes du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021

Après le Grand Prix d'Azerbaïdjan, sixième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
7 juin 2021
Comment Honda a transformé son moteur en rival de Mercedes Prime

Comment Honda a transformé son moteur en rival de Mercedes

Pour la première fois de l'ère turbo hybride, Red Bull mène les deux championnats après sa victoire au Grand Prix de Monaco.

Formule 1
5 juin 2021
Comment Amazon aide à façonner le futur de la F1 Prime

Comment Amazon aide à façonner le futur de la F1

Le partenariat entre la Formule 1 et Amazon Web Services se traduit par de nombreux graphiques servant à approfondir la compréhension des Grands Prix. Mais la discipline cherche également à améliorer le spectacle proposé en piste aux spectateurs.

Formule 1
2 juin 2021
Pourquoi la survie du GP de Monaco n'est pas menacée Prime

Pourquoi la survie du GP de Monaco n'est pas menacée

Les avis sont divisés sur la place du Grand Prix de Monaco au sein du calendrier de la Formule 1. Néanmoins, l'épreuve continue d'offrir un défi unique pour les pilotes et les équipes.

Formule 1
1 juin 2021
Pourquoi les qualifications freinent la progression de Pérez Prime

Pourquoi les qualifications freinent la progression de Pérez

À Monaco, Sergio Pérez a réalisé sa meilleure course depuis qu'il a rejoint Red Bull en s'élançant de la neuvième place sur la grille pour atteindre la quatrième position sous le drapeau à damier.

Formule 1
31 mai 2021