Moss - Hamilton n'est pas encore parmi les plus grands
Lewis Hamilton, Mercedes F1 et Sir Stirling Moss à Monza
Lewis Hamilton, Mercedes F1 et Sir Stirling Moss à Monza
Lewis Hamilton, Mercedes F1 et Sir Stirling Moss à Monza
Lewis Hamilton, Mercedes F1 et Sir Stirling Moss à Monza
Charger le lecteur audio

La semaine dernière, Stirling Moss et Lewis Hamilton se sont croisés dans le cadre d'une opération mise en place par Mercedes à Monza. L'un pilotait une Flèche d'Argent il y a 60 ans, l'autre a été sacré avec l'an passé et vise une nouvelle couronne cette année.

Déjà double Champion du Monde, Hamilton se rapproche également du panthéon des plus grands pilotes de l'Histoire en termes de chiffres, enchainant les pole positions et les victoires. Mais Moss estime que le Britannique n'a pas encore rejoint le gotha de la F1, bien qu'il s'en rapproche.

"Je ne crois pas encore que Lewis est grand", a confié Moss. "Nous savons que Vettel est là, et Alonso. Et Lewis est légèrement moins valorisé que quelqu'un comme Jim Clark, mais il est certainement sur ce chemin."

Des époques incomparables

Aujourd'hui âgé de 85 ans, celui qui fut quatre fois vice-champion du Monde derrière Fangio puis Hawthorn reconnait aussi que les époques ne sont pas comparables.

"Je pense que s'il décroche le titre cette année, il devrait être considéré de la même manière, mais il faut être très prudent. Car le fait que lui le fasse est une chose, mais ce que Clark a fait pour arriver au même stade est différent. C'est très difficile de juger cela."

Malgré son respect pour le pilote, Moss s'est souvent montré critique envers Hamilton. Il ne manque pas d'être piquant aujourd'hui encore, assurant que "la chose qui intéresse vraiment Lewis est la musique, pas la course".

Mais il ne dévalorise pas les accomplissements de l'ancien pilote McLaren, qui a pu découvrir la Mercedes des années 50 à Monza la semaine passée. Et si beaucoup disent que les monoplaces modernes sont aujourd'hui plus simples à piloter, Moss assure qu'il ne ferait pas le fier à leur volant : "Le volant a 32 boutons, et je n'ai pas la moindre idée de ce à quoi sert chacun d'entre eux."

partages
commentaires
McLaren - Un "énorme changement" de culture et de philosophie
Article précédent

McLaren - Un "énorme changement" de culture et de philosophie

Article suivant

Haas F1 n'entend pas être "l'équipe B" de Ferrari

Haas F1 n'entend pas être "l'équipe B" de Ferrari