Touché par Ricciardo puis Bottas, Ocon a encore joué de malchance

Esteban Ocon estime qu'il avait le rythme pour viser "la cinquième ou sixième place" du Grand Prix de Turquie. Deux accrochages en ont voulu autrement.

Touché par Ricciardo puis Bottas, Ocon a encore joué de malchance

Auteur d'un départ canon sur la grille détrempée du Grand Prix de Turquie, Esteban Ocon était bien placé pour émerger du premier enchaînement de virages en troisième position. "Je ne crois pas que nous aurions pu conserver la troisième place très longtemps, mais au moins tout se présentait bien", confirme le pilote français. "La cinquième ou sixième place était probablement un objectif réaliste avec le rythme que nous avions, ça aurait été bien de terminer comme ça."

Malheureusement pour le pilote Renault, ce n'est pas ce scénario qui s'est produit. Il a d'abord été la victime collatérale de son coéquipier Daniel Ricciardo qui, en tentant d'éviter Lewis Hamilton sur sa gauche, l'a envoyé en tête-à-queue en le heurtant sur sa droite. "J'ai pris un super départ, probablement mon meilleur de l'année", souligne le pilote tricolore. "J'ai eu le temps de revoir un peu les images. C'est juste un incident très malheureux au virage 1. Lewis était à l'intérieur de Daniel, qui a ouvert un peu la trajectoire et ça m'a touché à l'arrière. Je suis parti en tête-à-queue."

Lire aussi :

Ce n'est toutefois pas à cause de cet incident qu'Ocon a perdu gros. Quelques instants plus tard, c'est Valtteri Bottas qui a raté son freinage et a harponné le pilote Renault, sans qu'aucune enquête des commissaires ne soit finalement ouverte. "Je suis reparti, j'étais encore sur une belle dynamique. Ça aurait pu être pire, mais j'ai été heurté par Valtteri au virage 9", décrit Ocon. "Il a manqué le point de freinage, donc deux fois la même chose, mais cette fois j'ai dû rentrer au stand à cause d'une crevaison. C'est ce qui a complètement compromis ma course. Je suis tout de même revenu jusqu'à la 11e position alors que nous étions loin, donc le rythme était très costaud. Je crois qu'il y avait de bons points à aller chercher. On dirait que j'ai beaucoup de malchance récemment et j'espère que ça va s'inverser."

Renault doit se contenter d'un seul point marqué à l'issue de ce Grand Prix de Turquie, récolté par Daniel Ricciardo à la dixième place. L'Australien était le premier gêné d'avoir causé la perte de son coéquipier au départ, mais reste intimement convaincu qu'il ne pouvait rien faire d'autre. Plus globalement, il regrette un sérieux manque de régularité de sa monoplace dans les conditions aussi particulières de cette course.

"Nous ne repartons pas d'ici super contents", admet-il. "Nous savions que ce serait une course un peu folle. Mais c'est lors de celles-ci que l'on peut vraiment capitaliser, sauf que tout était déjà un peu perdu au premier virage. J'ai juste revu quelques images, c'est ce que j'ai ressenti sur le moment mais je voulais m'assurer qu'il n'y avait vraiment rien que je puisse faire différemment pour éviter de m'accrocher avec Esteban. Le départ était vraiment bon, mais j'ai dû lever le pied car je n'avais nulle part où aller. Esteban était bien parti car il était à l'extérieur, Lewis aussi car il était à l'intérieur, et j'étais un peu pris en sandwich. C'est dommage, c'est sûr."

"Ensuite, il y a eu des moments en course où nous avions un peu de rythme mais ce n'était pas suffisamment constant. C'était le plus gros problème. À un moment donné, Carol, mon ingénieur, m'a dit que j'étais le plus rapide en piste. Et je crois que deux tours plus tard, les pneus étaient complètement morts donc nous n'avions pas un rythme de course durable pour vraiment nous battre."

partages
commentaires
Racing Point a élucidé la perte de rythme brutale de Stroll

Article précédent

Racing Point a élucidé la perte de rythme brutale de Stroll

Article suivant

Le directeur de Pirelli F1 testé positif au COVID-19

Le directeur de Pirelli F1 testé positif au COVID-19
Charger les commentaires
Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1 Prime

Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1

Ses jours étant apparemment comptés, le MGU-H semble devoir être supprimé des futures règles moteur de la Formule 1, afin d'attirer de nouveaux constructeurs. Bien que cela puisse apparaître comme un changement de direction, les avantages pour les équipes et les fans pourraient faire de cette décision un choix judicieux.

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire Prime

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire

La Formule 1 reprend ses droits pour le Grand Prix de Russie, deux semaines après le dernier épisode du combat entre Max Verstappen et Lewis Hamilton. Alors que les incidents de Silverstone et de Monza ont suscité la controverse, ils manquaient heureusement d'un élément qui, jusqu'à présent, sépare la lutte pour le titre de 2021 des pires exemples de batailles peu glorieuses...

Formule 1
23 sept. 2021
Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Formule 1
22 sept. 2021
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021