Touché par Ricciardo puis Bottas, Ocon a encore joué de malchance

Esteban Ocon estime qu'il avait le rythme pour viser "la cinquième ou sixième place" du Grand Prix de Turquie. Deux accrochages en ont voulu autrement.

Touché par Ricciardo puis Bottas, Ocon a encore joué de malchance

Auteur d'un départ canon sur la grille détrempée du Grand Prix de Turquie, Esteban Ocon était bien placé pour émerger du premier enchaînement de virages en troisième position. "Je ne crois pas que nous aurions pu conserver la troisième place très longtemps, mais au moins tout se présentait bien", confirme le pilote français. "La cinquième ou sixième place était probablement un objectif réaliste avec le rythme que nous avions, ça aurait été bien de terminer comme ça."

Malheureusement pour le pilote Renault, ce n'est pas ce scénario qui s'est produit. Il a d'abord été la victime collatérale de son coéquipier Daniel Ricciardo qui, en tentant d'éviter Lewis Hamilton sur sa gauche, l'a envoyé en tête-à-queue en le heurtant sur sa droite. "J'ai pris un super départ, probablement mon meilleur de l'année", souligne le pilote tricolore. "J'ai eu le temps de revoir un peu les images. C'est juste un incident très malheureux au virage 1. Lewis était à l'intérieur de Daniel, qui a ouvert un peu la trajectoire et ça m'a touché à l'arrière. Je suis parti en tête-à-queue."

Lire aussi :

Ce n'est toutefois pas à cause de cet incident qu'Ocon a perdu gros. Quelques instants plus tard, c'est Valtteri Bottas qui a raté son freinage et a harponné le pilote Renault, sans qu'aucune enquête des commissaires ne soit finalement ouverte. "Je suis reparti, j'étais encore sur une belle dynamique. Ça aurait pu être pire, mais j'ai été heurté par Valtteri au virage 9", décrit Ocon. "Il a manqué le point de freinage, donc deux fois la même chose, mais cette fois j'ai dû rentrer au stand à cause d'une crevaison. C'est ce qui a complètement compromis ma course. Je suis tout de même revenu jusqu'à la 11e position alors que nous étions loin, donc le rythme était très costaud. Je crois qu'il y avait de bons points à aller chercher. On dirait que j'ai beaucoup de malchance récemment et j'espère que ça va s'inverser."

Renault doit se contenter d'un seul point marqué à l'issue de ce Grand Prix de Turquie, récolté par Daniel Ricciardo à la dixième place. L'Australien était le premier gêné d'avoir causé la perte de son coéquipier au départ, mais reste intimement convaincu qu'il ne pouvait rien faire d'autre. Plus globalement, il regrette un sérieux manque de régularité de sa monoplace dans les conditions aussi particulières de cette course.

"Nous ne repartons pas d'ici super contents", admet-il. "Nous savions que ce serait une course un peu folle. Mais c'est lors de celles-ci que l'on peut vraiment capitaliser, sauf que tout était déjà un peu perdu au premier virage. J'ai juste revu quelques images, c'est ce que j'ai ressenti sur le moment mais je voulais m'assurer qu'il n'y avait vraiment rien que je puisse faire différemment pour éviter de m'accrocher avec Esteban. Le départ était vraiment bon, mais j'ai dû lever le pied car je n'avais nulle part où aller. Esteban était bien parti car il était à l'extérieur, Lewis aussi car il était à l'intérieur, et j'étais un peu pris en sandwich. C'est dommage, c'est sûr."

"Ensuite, il y a eu des moments en course où nous avions un peu de rythme mais ce n'était pas suffisamment constant. C'était le plus gros problème. À un moment donné, Carol, mon ingénieur, m'a dit que j'étais le plus rapide en piste. Et je crois que deux tours plus tard, les pneus étaient complètement morts donc nous n'avions pas un rythme de course durable pour vraiment nous battre."

partages
commentaires
Racing Point a élucidé la perte de rythme brutale de Stroll

Article précédent

Racing Point a élucidé la perte de rythme brutale de Stroll

Article suivant

Le directeur de Pirelli F1 testé positif au COVID-19

Le directeur de Pirelli F1 testé positif au COVID-19
Charger les commentaires
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021