Touché par Ricciardo puis Bottas, Ocon a encore joué de malchance

Esteban Ocon estime qu'il avait le rythme pour viser "la cinquième ou sixième place" du Grand Prix de Turquie. Deux accrochages en ont voulu autrement.

Touché par Ricciardo puis Bottas, Ocon a encore joué de malchance

Auteur d'un départ canon sur la grille détrempée du Grand Prix de Turquie, Esteban Ocon était bien placé pour émerger du premier enchaînement de virages en troisième position. "Je ne crois pas que nous aurions pu conserver la troisième place très longtemps, mais au moins tout se présentait bien", confirme le pilote français. "La cinquième ou sixième place était probablement un objectif réaliste avec le rythme que nous avions, ça aurait été bien de terminer comme ça."

Malheureusement pour le pilote Renault, ce n'est pas ce scénario qui s'est produit. Il a d'abord été la victime collatérale de son coéquipier Daniel Ricciardo qui, en tentant d'éviter Lewis Hamilton sur sa gauche, l'a envoyé en tête-à-queue en le heurtant sur sa droite. "J'ai pris un super départ, probablement mon meilleur de l'année", souligne le pilote tricolore. "J'ai eu le temps de revoir un peu les images. C'est juste un incident très malheureux au virage 1. Lewis était à l'intérieur de Daniel, qui a ouvert un peu la trajectoire et ça m'a touché à l'arrière. Je suis parti en tête-à-queue."

Lire aussi :

Ce n'est toutefois pas à cause de cet incident qu'Ocon a perdu gros. Quelques instants plus tard, c'est Valtteri Bottas qui a raté son freinage et a harponné le pilote Renault, sans qu'aucune enquête des commissaires ne soit finalement ouverte. "Je suis reparti, j'étais encore sur une belle dynamique. Ça aurait pu être pire, mais j'ai été heurté par Valtteri au virage 9", décrit Ocon. "Il a manqué le point de freinage, donc deux fois la même chose, mais cette fois j'ai dû rentrer au stand à cause d'une crevaison. C'est ce qui a complètement compromis ma course. Je suis tout de même revenu jusqu'à la 11e position alors que nous étions loin, donc le rythme était très costaud. Je crois qu'il y avait de bons points à aller chercher. On dirait que j'ai beaucoup de malchance récemment et j'espère que ça va s'inverser."

Renault doit se contenter d'un seul point marqué à l'issue de ce Grand Prix de Turquie, récolté par Daniel Ricciardo à la dixième place. L'Australien était le premier gêné d'avoir causé la perte de son coéquipier au départ, mais reste intimement convaincu qu'il ne pouvait rien faire d'autre. Plus globalement, il regrette un sérieux manque de régularité de sa monoplace dans les conditions aussi particulières de cette course.

"Nous ne repartons pas d'ici super contents", admet-il. "Nous savions que ce serait une course un peu folle. Mais c'est lors de celles-ci que l'on peut vraiment capitaliser, sauf que tout était déjà un peu perdu au premier virage. J'ai juste revu quelques images, c'est ce que j'ai ressenti sur le moment mais je voulais m'assurer qu'il n'y avait vraiment rien que je puisse faire différemment pour éviter de m'accrocher avec Esteban. Le départ était vraiment bon, mais j'ai dû lever le pied car je n'avais nulle part où aller. Esteban était bien parti car il était à l'extérieur, Lewis aussi car il était à l'intérieur, et j'étais un peu pris en sandwich. C'est dommage, c'est sûr."

"Ensuite, il y a eu des moments en course où nous avions un peu de rythme mais ce n'était pas suffisamment constant. C'était le plus gros problème. À un moment donné, Carol, mon ingénieur, m'a dit que j'étais le plus rapide en piste. Et je crois que deux tours plus tard, les pneus étaient complètement morts donc nous n'avions pas un rythme de course durable pour vraiment nous battre."

partages
commentaires
Racing Point a élucidé la perte de rythme brutale de Stroll
Article précédent

Racing Point a élucidé la perte de rythme brutale de Stroll

Article suivant

Le directeur de Pirelli F1 testé positif au COVID-19

Le directeur de Pirelli F1 testé positif au COVID-19
Charger les commentaires
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021
L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1 Prime

L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1

Initialement controversé en raison de son effet sur l'esthétique et le poids des Formule 1, le Halo a gagné en reconnaissance depuis son introduction en 2018. Pat Symonds se penche sur la création d'un sauveur de vies.

Formule 1
18 déc. 2021