Pourquoi le Vietnam a annulé une course qui n'aurait pas eu lieu

L'annonce la semaine passée de l'annulation du Grand Prix du Vietnam 2020 a surpris beaucoup de fans de F1 qui avaient déjà depuis longtemps fait une croix sur la perspective de voir l'épreuve se tenir.

Pourquoi le Vietnam a annulé une course qui n'aurait pas eu lieu
Charger le lecteur audio

Depuis plusieurs mois désormais, le calendrier 2020 complet de la Formule 1 est arrêté, après avoir été grandement chamboulé par la pandémie de COVID-19 et ses conséquences diverses. Et dans ce programme condensé, composé d'une immense majorité de tracés européens, le Vietnam ne figurait pas. Pourquoi donc l'annulation de l'épreuve a-t-elle été annoncée officiellement alors qu'elle ne devait de toute manière pas se tenir ?

Ce qui peut instantanément être écarté, c'est de croire que les organisateurs vietnamiens pensaient pouvoir malgré tout entrer au dernier moment au calendrier. Les sources sont claires sur le fait que l'accord sur l'annulation du GP a été scellé il y a plusieurs semaines, donc les officiels sont déjà depuis longtemps concentrés sur 2021.

Lire aussi :

Au lieu de cela, il faut se pencher sur les processus en place depuis que la saison F1 a été impactée par le coronavirus, au printemps. Le Grand Prix du Vietnam inaugural devait se tenir en avril dernier à Hanoï. Et même si des doutes importants existaient en raison du développement, à l'époque, de ce qui était encore une épidémie qui semblait contenue en Asie, les responsables de la F1 et les organisateurs sont restés convaincus, jusqu'à fin mars, que la course se tiendrait bien.

Cependant, quelques jours après l'annulation du GP d'Australie, FIA et FOM ont annoncé que la course vietnamienne était "reportée". À l'époque, il était espéré que la pandémie serait sous contrôle d'ici quelques mois et qu'il serait possible de retrouver une place. En juillet, alors que la saison 2020 était enfin lancée, les autorités avaient encore l'ambition d'accueillir la course en 2020, éventuellement fin novembre.

Mais, à mesure que la Formule 1 comprenait les défis liés à l'organisation de Grands Prix à l'ère du COVID-19, les responsables se sont focalisés sur les épreuves qu'ils pouvaient organiser de façon réaliste, principalement en Europe. L'incertitude autour du développement de la pandémie dans les Amériques ou en Asie a conduit la discipline à tourner le dos à ces continents, en dehors des "environnement contrôlés" de Bahreïn et d'Abu Dhabi.

En août, un grand nombre des épreuves qui avaient été simplement "reportées" ont été effectivement annulées, et le focus s'est déplacé vers l'établissement d'un calendrier 2021. Dans de telles situations, et pour éviter que la F1 ne se place pas en porte-à-faux vis-à-vis de ses propres engagements, les promoteurs prennent eux-mêmes la décision de renoncer à 2020, après consultation des responsables de la discipline.

Lire aussi :

En juin, quand quelques courses ont été annulées, la façon de rédiger la nouvelle était claire à ce sujet : "Nos promoteurs en Azerbaïdjan, Singapour et au Japon ont pris la décision d'annuler leurs courses pour la saison 2020." Au moment de l'annonce de la version finale du calendrier 2020, le Vietnam était donc absent mais sans avoir été officiellement annulé.

Ainsi, s'il semble bien que les organisateurs aient accepté que l'épreuve ne se tiendrait pas cette année, il fallait encore valider cela de façon formelle auprès des autorités locales. Après tout, les débuts du Grand Prix du Vietnam ont reçu le soutien total des autorités vietnamiennes qui se sont impliquées dans toutes les décisions majeures. Il fallait donc que l'annulation vienne des plus hautes sphères du gouvernement.

Alors que l'organisation d'une nouvelle course en F1 est déjà une aventure pour les autorités, la bureaucratie vietnamienne ne s'est pas avérée très rapide. La simple confirmation de l'annulation de la course a donc pris du temps. Et, en fin de compte, une fois que le gouvernement avait définitivement validé cette annulation, il semblait correct de procéder à une annonce plutôt qu'à passer cela sous silence, même si la nouvelle était évidente aux yeux de tous.

Alors que les responsables de la F1 et de la FIA vont devoir valider les plans pour 2021 prochainement, avec un calendrier qui devrait être plus "normal", le Vietnam reste au cœur de la stratégie de la discipline.

partages
commentaires

Voir aussi :

Les pilotes F1 ravis du retour des graviers à Spa
Article précédent

Les pilotes F1 ravis du retour des graviers à Spa

Article suivant

Renault : La situation d'Ocon "n'est pas un désastre"

Renault : La situation d'Ocon "n'est pas un désastre"