Formule 1
29 août
-
01 sept.
Événement terminé
05 sept.
-
08 sept.
Événement terminé
19 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
EL1 dans
4 jours
14 nov.
-
17 nov.
EL1 dans
25 jours
C
GP d'Abu Dhabi
28 nov.
-
01 déc.
EL1 dans
39 jours

Règles 2021 : Les équipes F1 craignent une formule monotype "GP1"

partages
commentaires
Règles 2021 : Les équipes F1 craignent une formule monotype "GP1"
Par :
Co-auteur: Guillaume Navarro
26 sept. 2019 à 14:30

Les directeurs d'équipes F1 demeurent préoccupés par le fait que les nouvelles règles qui entreront en vigueur en 2021 ne permettent pas suffisamment de différenciation de design, tandis que tous tentent de faire comprendre aux dirigeants de la discipline qu'il n'est pas souhaitable d'arriver à une "Formule GP1" employant un châssis à la silhouette commune.

Parmi les grands sujets occupant activement les membres du paddock F1 en ce moment se trouve une longue liste de tentatives de réécritures des règles commerciales, techniques et sportives de la discipline. Le but : générer plus de spectacle et d'attrait pour la discipline, notamment avec un plateau plus resserré.

La mise en place de standards techniques inquiète cependant grandement les équipes, y compris celles qui ne se trouvent pas dans une position de top team. Ainsi, Frédéric Vasseur (Alfa Romeo) se révèle "juste un petit peu effrayé par le fait que la place accordée à la liberté soit trop faible au final", risquant ainsi de faire dévier la F1 vers une série "monotype, alors qu'elle ne sera pas monotype et que nous dépenserons des millions pour cela."

De nombreuses équipes ont publiquement fait connaître leur inquiétude au sujet de designs possiblement trop "normatifs", alors que les régulateurs ont entrepris un programme de recherche et développement unique en son genre autour de Ross Brawn pour définir les règles 2021. La F1 dispose d'une maquette à l'échelle 50% dans une soufflerie et teste notamment des idées d'aileron avant, qui ont été présentées aux équipes lundi.

Lire aussi :

Avant cette présentation, Toto Wolff, directeur de Mercedes, s'était dit encouragé par une réunion tenue avec Chase Carey, le PDG de la F1, ainsi que Jean Todt, président de la FIA, au cours du week-end du Grand Prix de Singapour. "Il n'est clairement dans l'intention de personne d'avoir une Formule GP1 avec des autos à la même silhouette et tout ça", a clarifié Wolff. "L'aérodynamique doit être un facteur de différenciation et c'est accepté par tous les actionnaires autour de la table. Il nous faut faire une autre série de tours autour des règles et regarder de nouveau cela pour voir comment trouver un compromis entre ce qui se trouve actuellement sur la table et qui est très, très limité en termes de développement aéro, et l'autre côté, où il y a autant de liberté qu'actuellement."

La date butoir de la F1 pour amener l'écriture définitives des règles 2021 est déjà le mois prochain, ce qui ne laisse que très peu de temps pour trouver ce compromis.

Christian Horner, directeur de Red Bull Racing, exprime des doutes quant au fait que "tout département aéro ayant lu ces règles puisse être particulièrement excité à leur sujet. Pour les aérodynamiciens, des designs normatifs ne font pas partie de leur ADN", commente le Britannique. "Il y a probablement des visages qui font la moue au département aéro, mais ce n'est pas uniquement chez Red Bull. Nos forces de ces dernières années ne se sont pas trouvées purement dans le domaine aéro. Il s'agit plus de digérer ces règles : elles posent des questions qui seront mises en avant dans les prochains meetings, sans aucun doute. Nous semblons en avoir un nombre incalculable et nous verrons comment cela finira."

Lire aussi :

Günther Steiner (Haas) est d'accord avec le qualificatif employé par Horner lorsqu'il dit que ces nouvelles règles proposées par la F1 sont trop restrictives. Zak Brown (McLaren) pense que "plus de liberté exprimée" dans le domaine technique peut aller de pair avec des budgets capés.

"Si les règles étaient un peu plus ouvertes, que ce soit au niveau aéro ou ailleurs, on aurait alors plus de choix et cela donnerait des voitures aux allures un peu différentes de ce qui se fait aujourd'hui", analyse Brown, à qui cela ne déplairait pas.

Renault, en revanche, penche plutôt du côté des équipes pouvant trouver un intérêt dans une standardisation de certains aspects créatifs de la F1 dans lesquels l'équipe est actuellement dépassée, même si Cyril Abiteboul ne l'exprime pas tout à fait de cette manière. "En regardant vers 2021, on voit un changement tel que je pense qu'il n'est pas mal de débuter avec des choses qui soient relativement limitantes", estime le Français. "Nous nous devons de faire attention car la dernière fois qu'il y a eu des changements de règles si énormes – en 2014 –, cela a créé un cycle dont je comprends pourquoi il est tant critiqué par les gens. Cela a verrouillé le différenciateur de performance et c'est la raison pour laquelle je crois qu'il n'est pas mal de faire cela au début puis d'ouvrir."

Lire aussi :

 

Article suivant
Verstappen : La forme de Red Bull face à Ferrari est "très curieuse"

Article précédent

Verstappen : La forme de Red Bull face à Ferrari est "très curieuse"

Article suivant

Hamilton : La grille inversée, une "excuse" pour de mauvaises décisions

Hamilton : La grille inversée, une "excuse" pour de mauvaises décisions
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Scott Mitchell