Ricciardo pense que "l'ego des pilotes" jouera un rôle en Autriche

Le pilote Renault Daniel Ricciardo estime que l'ego des pilotes va entrer en jeu au moment de la reprise de la discipline reine, en Autriche.

Daniel Ricciardo fera partie des très rares pilotes qui auront déjà parcouru le tracé du Red Bull Ring avant la reprise, grâce aux essais menés par Renault avec la monoplace 2018 la semaine passée. Malgré tout, l'Australien ne s'attend pas à ce que le moindre avantage tiré de ce roulage ne dure pendant le week-end du GP d'Autriche. "Nous aurons beaucoup d'essais, donc le week-end de course va se passer normalement", a-t-il déclaré dans un podcast de la F1. "Nous aurons beaucoup de temps dans le baquet avant la course."

"Mais ensuite les lumières vont s'éteindre et, assurément, tout le monde fera 'je me suis mieux entraîné lors de ma quarantaine' ou 'je suis moins rouillé que toi'. Je suis sûr que l'ego de certains pilotes va entrer en jeu. Ou alors tout le monde va être vraiment prudent, 'ça fait bizarre !' Je pense que ça va être très intéressant. Nous ne savons pas vraiment combien de courses nous allons avoir cette année, donc il va probablement y avoir la mentalité 'faisons en sorte que celle-ci compte'."

Lire aussi :

Il affirme en tout cas que le test à Spielberg a été utile, surtout pour réhabituer son corps aux contraintes du pilotage après une pause forcée de trois mois. "C'était bon d'y revenir. Les premiers tours, ça faisait un peu bizarre. C'est comme tout : quand vous faites quelque chose quasiment toute votre vie, il ne faut pas longtemps pour retrouver des sensations, et tout semble normal très rapidement."

"Mais clairement, la première fois, en montant [dans la voiture] et en quittant les stands, les premiers tours, c'était un peu étrange. Mais je suis vraiment content que nous l'ayons fait, juste pour retirer les toiles d'araignées, même le genre de douleur générale après le premier jour, je sens que je l'ai surmontée désormais."

"C'était une bonne chose de retrouver le mode travail. Même si la quarantaine était belle à la ferme [en Australie], la vraie compétition et le travail sérieux me manquaient. Évidemment, nous avons piloté la R.S.20 en essais avant le début de cette pandémie. Je vais dire qu'un grand chemin a été parcouru en deux ans ; en fait, c'est bien de piloter une voiture vieille de deux ans, parce que ça montre les progrès faits par la discipline."

Ricciardo espère en tout cas que Renault sera en position de mener le peloton derrière les équipes du top 3. "Tout ce que nous avons actuellement, c'est un test en février. Nous avons en quelque sorte fait notre analyse après les tests, et nous avons essayé de savoir où chacun se situait. Tout ce que je peux dire, c'est que pour la voiture de tête en milieu de peloton, il était vraiment difficile de savoir si c'était nous ou pas. Il semble qu'au moins trois des équipes du milieu de peloton se tenaient en moins d'un dixième."

"L'année dernière, l'Autriche a peut-être été pour nous le pire week-end de l'année. Je pense que si nous pouvions arriver et être à l'avant du milieu de peloton, je pense que ça serait une bonne chose pour nous sur le reste de la saison."

Lire aussi :

Les essais du Red Bull Ring ont également offert à Renault la possibilité de tester et de s'habituer aux nouveaux protocoles dans la ligne des stands et les garages introduits par la FIA pour la lutte contre le COVID-19. "C'était clairement différent, tous nos débriefings, toutes nos réunions, se déroulaient par le biais d'appels vidéo. La plupart d'entre nous étions assis au même endroit, mais à distance, donc nous faisions tous notre débriefing par vidéo, tout le monde portait le masque dans le garage."

"Et le mécanicien qui vous attache, je lui ai dit de ne pas s'approcher trop près de moi ! C'est assez intime quand ils commencent à vous attacher, les sangles d'entrejambe et tout ça. Tout le monde s'y habitue, je pense qu'il y a juste un peu plus de prise en compte de l'espace personnel. Comme toute chose, quand il y a un changement, on prend un peu de temps pour s'adapter, mais avec le temps, on finit par le faire."

partages
commentaires
Après le COVID-19 et pour la diversité : la F1 lance #WeRaceAsOne
Article précédent

Après le COVID-19 et pour la diversité : la F1 lance #WeRaceAsOne

Article suivant

Pas d'évolution de l'état de santé d'Alex Zanardi

Pas d'évolution de l'état de santé d'Alex Zanardi
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021