Ricciardo compare Liuzzi à Schumacher et Merhi à Verstappen

Daniel Ricciardo ne tarit pas d'éloges sur certains pilotes qu'il a croisés lors de sa carrière et qui n'ont jamais eu de succès en Formule 1.

Ricciardo compare Liuzzi à Schumacher et Merhi à Verstappen
Charger le lecteur audio

Dans un post Twitter où il dévoile l'identité des cinq pilotes les plus sous-estimés selon lui, Daniel Ricciardo mentionne un certain Vitantonio Liuzzi. Ce dernier, Champion du monde de karting en 2001, avait outrageusement dominé le championnat de F3000 en 2004 avant de courir en Formule 1 sporadiquement de 2005 à 2011, avec neuf arrivées dans les points en 80 Grands Prix disputés chez Red Bull, Toro Rosso, Force India et HRT. Les deux hommes ont été associés le temps de neuf courses au sein de la structure espagnole, avec une F111 condamnée au fond de grille par son manque de performance. Âgé de 38 ans, Liuzzi n'a plus couru en sport auto depuis 2017.

"Il est, d'après ce qu'ont toujours dit les gens, l'un des meilleurs pilotes de karting à avoir jamais existé", écrit Ricciardo. "Quand j'étais jeune et que je courais en karting, même dans les magazines de karting australiens, c'est Liuzzi qui apparaissait dans les pubs, il était le Schumacher du karting à l'époque. Il a atteint la F1, donc il a clairement progressé depuis, mais il n'a jamais concrétisé en F1, ça n'a pas fonctionné pour lui."

Lire aussi :

"Mais il était rapide et m'a fait ouvrir les yeux quand j'étais rookie chez HRT. Il était en fin de carrière F1 et je peux désormais admettre que je l'ai peut-être un peu sous-estimé, j'ai vraiment été surpris par sa vitesse pure. Il était probablement handicapé par son rythme de course, mais sa capacité à pousser la voiture dans ses retranchements sur un tour a vraiment attiré mon attention. Je me rappelle Budapest lors de ma première année en 2011, je pensais avoir fait un tour parfait en qualifications et il était quand même devant moi, donc je me suis dit que ce gars était rapide ! La vitesse pure, il l'avait à 100%."

Vitantonio Liuzzi, HRT F111 devance son coéquipier Daniel Ricciardo, HRT F111

Ricciardo chante également les louanges de Roberto Merhi, auteur de 14 départs en Grand Prix avec Manor ; ils se sont d'abord croisés lors de la saison 2007 de Formule Renault 2.0 Italie, avec la quatrième place pour Merhi (Jenzer Motorsport) et la sixième pour Ricciardo (RP Motorsport) derrière un trio de pilotes Red Bull au sein de l'écurie Epsilon Euskadi. Merhi a rejoint cette dernière l'année suivante en Formule Renault 2.0 WEC, vice-Champion derrière Ricciardo (SG Formula), à qui le titre a toutefois échappé de justesse en Eurocup FR2.0 la même année face à Valtteri Bottas ; Merhi, lui, était quatrième. L'Espagnol a récemment été aperçu en Asian Le Mans Series.

"Merhi n'a fait qu'une année en F1, en 2015, mais avant ça nous avons couru en Formule Renault Italie en 2007 quand je suis arrivé en Europe", relate Ricciardo. "Nous étions les deux meilleurs rookies cette année-là malgré des voitures qui n'étaient pas les plus compétitives ; je l'ai donc remarqué d'emblée. Nous avons fait l'Eurocup l'année suivante avec Bottas, mais je considérais quand même Merhi comme ma principale menace."

"Il était un peu comme Max [Verstappen] dans la mesure où il était capable de piloter la voiture à la limite avec une maîtrise fantastique : il avait la vitesse et l'absence de peur nécessaires pour prendre des risques, et je sentais que j'allais gravir les échelons avec lui. Je pense que ça a mal tourné pour lui quand la gestion des pneus est devenue un facteur – son style convenait à la Formule Renault car c'était la meilleure manière de piloter ces voitures, avec un survirage constant et une certaine instabilité. Il adoptait ce style à la perfection, ce qui était impressionnant, mais cela ne s'est pas concrétisé en F1. Les pneus étaient toujours sur le fil du rasoir, super sensibles et plus fragiles. Je pense que cette approche ne fonctionnait peut-être pas, tout simplement."

Les autres pilotes considérés comme sous-estimés par Ricciardo sont le regretté Jules Bianchi, le Champion du monde 2009 Jenson Button et Marcus Ericsson.

partages
commentaires
Vettel : "Des combats que je n'aurais pas dû mener" chez Ferrari
Article précédent

Vettel : "Des combats que je n'aurais pas dû mener" chez Ferrari

Article suivant

Ricciardo : "Non, je ne regrette pas" de quitter Renault

Ricciardo : "Non, je ne regrette pas" de quitter Renault
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021