Russell sans pression après des essais "pas idéaux du tout"

partages
commentaires
Russell sans pression après des essais
Par :
14 mars 2019 à 19:30

Au volant d'une monoplace qui est clairement la moins rapide du plateau, George Russell n'a rien à perdre pour ses débuts en Formule 1.

L'écurie Williams a connu des essais hivernaux catastrophiques à Barcelone, où elle a manqué les deux premières journées et demie d'essais à cause d'un retard dans la construction de la FW42. Le meilleur temps de cette dernière en Catalogne était un 1'18"130, à environ une seconde des écuries de milieu de tableau.

Lire aussi :

Paradoxalement, cela permet à George Russell d'aborder le premier Grand Prix de sa carrière, en Australie, avec un état d'esprit plutôt léger : "De mon côté et du côté de l'équipe, nous y allons sans pression sur les épaules. Tout le monde s'attend à ce que nous finissions derniers loin derrière, à ce que les roues se décrochent quand nous sortirons du garage. Si nous faisons quoi que ce soit d'autre, ça aura l'air d'un exploit. Donc j'y vais juste pour prendre du plaisir, en tirer le meilleur."

"Nous avons une bonne base avec cette voiture, la maniabilité est bonne et les gars peuvent vraiment se concentrer sur le fait de la rendre plus rapide et d'y mettre davantage d'appui. Quand on la compare à l'an dernier, où ils avaient d'énormes problèmes d'équilibre et ont passé tout leur temps à essayer de surmonter ça... Nous ne sommes peut-être pas au niveau, mais nous avons de bonnes bases sur lesquelles construire."

George Russell, Williams FW42

ll n'empêche que le manque de roulage en essais hivernaux est un handicap, autant pour le Champion F2 en titre que pour son coéquipier Robert Kubica, qui fait son retour en Formule 1 après huit ans d'absence.

"Il est clair que ce n'est pas idéal du tout", reconnaît Russell. "Mais je suis complètement en phase avec la vision de Williams. Ils ont connu une saison très difficile l'an dernier, et on ne peut pas redresser la barre du jour au lendemain. Il faut mener un processus progressif, sans précipiter quoi que ce soit. Je suis là pour le long terme. C'est un compromis que nous devons faire maintenant pour en tirer les bénéfices plus tard."

Lire aussi :

De plus, même lorsque Williams est parvenu à prendre la piste à Barcelone, le roulage de la FW42 a été limité par l'impossibilité de changer les éléments trop usés en raison de l'absence d'exemplaires supplémentaires. Que se passera-t-il en cas d'accident ce week-end ?

"À vrai dire, je ne suis pas conscient de la situation au niveau des pièces de rechange. Je n'ai pas vraiment posé la question, car je ne prévois pas de crasher la voiture ! Mon job, c'est de rester sur la piste, c'est pour ça que je suis payé", conclut Russell.

Propos recueillis par Edd Straw

Article suivant
Norris voit McLaren en meilleure position que début 2018

Article précédent

Norris voit McLaren en meilleure position que début 2018

Article suivant

Bottas a retrouvé un régime sain grâce aux nouvelles règles

Bottas a retrouvé un régime sain grâce aux nouvelles règles
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP d'Australie
Lieu Melbourne Grand Prix Circuit
Pilotes George Russell
Équipes Williams
Auteur Benjamin Vinel
Soyez le premier à recevoir
toute l'actu