Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola

Technique - Ce qu'il faut retenir de la Ferrari SF71H

La Scuderia Ferrari a effectué de gros progrès en 2017, mais comme c’est souvent le cas dans l’industrie de la musique, il est difficile de produire deux grands succès de suite…

Il faut toutefois avouer que la Ferrari SF71H représente une nette évolution de la voiture de l’an passé. Elle possède toujours un angle d’attaque agressif et son empattement a été allongé afin de mieux répartir les masses suite à l’introduction obligatoire du Halo cette année. Certaines modifications et améliorations permettront sûrement une meilleure efficacité aérodynamique.

Détails de l'aileron avant de la Ferrari SF71H
Détails de l'aileron avant de la Ferrari SF71H

Photo de: Ferrari

L’aileron avant sera sûrement modifié au cours des premiers Grands Prix de la saison. On note toutefois que le plan principal dispose de deux fentes peu conventionnelles, séparées par une section fermée.

La fente intérieure [1], qui travaille avec les extrémités des volets, est probablement utilisée pour activer le vortex Y250 d’une façon très précise. L’extrémité du volet inférieur, qui est reliée au plan principal, dispose aussi d’une fente [2] semblable à celle utilisée l’an dernier sur la Toro Rosso et la McLaren.

La fente extérieure [3] est assez conventionnelle et sert à améliorer l’efficacité générale de l’aileron tout en réduisant sa sensibilité à la plongée. Il est intéressant de noter que les deux fentes ne sont pas réunies, ce qui démontre l’importance de les faire travailler individuellement.

La taille de l’écope de frein a été diminuée [4], ce qui permet de réduire ses perturbations aérodynamiques. Ferrari continue d'utiliser un essieu avant soufflant.

Détails de nez de la Ferrari SF71H
Détails de nez de la Ferrari SF71H

Photo de: Ferrari

Les supports d’aileron avant ressemblent beaucoup à ceux de la McLaren de l’an passé. On note la présence de deux fentes verticales [5] et d’une extension arrière carénée [6]. Tout cela a pour objectif de faciliter l’écoulement de l’air à travers le nez de la voiture et sûrement d’améliorer le vortex Y250, le rendant plus puissant dès sa formation sous l’aileron.

La SF71H conserve le même S-duct que la voiture précédente, mais sans les petites ailettes qui caractérisaient la SF70H.

Détails de l'avant de la Ferrari SF71H
Détails de l'avant de la Ferrari SF71H

Photo de: Ferrari

Les déflecteurs [7] ressemblent beaucoup à ceux de la fin de la saison passée et s’étirent vers l’avant. Ils sont arqués vers l’extérieur, mais sont parallèles au châssis dans leur partie supérieure afin de diriger l’air loin des pontons. La longueur, l’emplacement et la forme des dérives sont rendus possibles par la présence de trois échancrures verticales qui permettent à la pression de se dissiper entre les surfaces, d'empêchent la séparation des flux et permettant d'élargir la plage de fonctionnement.

Ferrari a encore amélioré la forme des pontons. Le déplacement de la structure d’impact supérieure a permis l’an dernier de remodeler et de déplacer les pontons. Cette idée a été reprise sur plusieurs autres voitures 2018.

L’entrée d’air avant [8] est un peu plus petite de celle de l’an dernier, approfondissant la gorge de dégagement et permettant un meilleur passage aux flux d’air. Les radiateurs sont maintenant beaucoup plus inclinés et doivent être mieux alimentés en air frais. Pour cette raison, l’autre entrée d’air, supérieure [9], a été légèrement reculée et agrandie. Elle est désormais située à l’air libre, pourrait-on dire, et non plus partiellement dissimulée par le conditionneur de flux d’air comme l’an dernier.

Le nouveau conditionneur conserve sa forme de l’an denier, mais a été reculé afin de contourner le coin du ponton. Le bec de bord d’attaque à fente encadre le coin supérieur et connecte le conditionneur à la dérive latérale.

Un autre élément est fixé dessous. Une paire de générateurs de vortex [10] est connectée au flanc du ponton, ce qui devrait empêcher les flux d’air de demeurer coincés dans cet espace.

Rétroviseurs de la Ferrari SF71H
Rétroviseurs de la Ferrari SF71H

Photo de: Ferrari

La Scuderia innove avec des rétroviseurs fort ingénieux. Le caisson n’est plus fermé, mais ouvert. Au lieu de percuter une surface solide, l’air va donc traverser le rétroviseur et ressortir tout autour du miroir. Ceci devrait améliorer l’efficacité de la surface supérieure du ponton et mieux alimenter la prise d’air secondaire.

Halo de la Ferrari SF71H
Halo de la Ferrari SF71H

Photo de: Ferrari

La structure en titane du Halo est munie d’un mini carénage. Dans le cas de Ferrari, il s’agit d’une ailette simple posée sur le dessus de la structure, destinée à minimiser les turbulences et à réaligner les flux d’air vers la boîte à air du moteur. Cette dernière a été revue dans le but de mieux alimenter le moteur en air frais.

Avant de la Ferrari SF71H
Avant de la Ferrari SF71H

Photo de: Ferrari

Les pontons sont très enveloppants, et se resserrent dans la région de la bouteille de coca. Le capot moteur a été revu et dispose maintenant d’un T-wing abaissé. L’aileron arrière provient de la voiture 2017, mais on doit s’attendre à des modifications dès les premiers essais en piste à Barcelone.

 
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Ferrari
Type d'article Analyse
Topic Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola