Vettel et Ferrari impuissants mais optimistes

Le quadruple Champion du monde n'a pas pu se battre pour la pole position à Abu Dhabi, face à des Mercedes largement supérieures aux Ferrari.

Vettel et Ferrari impuissants mais optimistes
Sebastian Vettel, Ferrari, Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 et Sebastian Vettel, Ferrari
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H
Les mécaniciens Ferrari travaillent sur la voiture de Kimi Raikkonen, Ferrari SF70H
Kimi Raikkonen, Ferrari SF70H
Kimi Raikkonen, Ferrari SF70H
Charger le lecteur audio

Légèrement en retrait par rapport aux Mercedes depuis le début du week-end, Sebastian Vettel n'a pas pu s'immiscer réellement dans la lutte pour la pole position à Abu Dhabi. L'Allemand a toutefois assuré la troisième place sur la grille de départ, avec un écart de l'ordre de la demi-seconde par rapport au poleman Valtteri Bottas.

Une fois encore, à l'image de la saison, Ferrari va s'en remettre à son rythme de course réputé meilleur que celui en qualifications, mais la W08 semble pour le moment sur une autre planète à Yas Marina. Le podium sera toutefois l'objectif minimum d'un Sebastian Vettel qui doit encore assurer le titre honorifique de vice-Champion du monde, que peut encore mathématiquement convoiter Bottas.

"Ils [Mercedes] ont toujours l'avantage ici en qualifications, mais la séance a été bonne", résume Vettel. "C'est dommage d'être si loin, mais nous pouvons être plus proches en course. Valtteri a fait un tour génial, bravo à lui. Un bon résultat n'est pas impossible ici, nous verrons."

"L'année est plus ou moins terminée, nous voulons finir avec dignité, nous voulons mener Ferrari sur le podium et peut-être gagner la course. Nous verrons ce que nous pouvons faire. Je suis évidemment l'un des pilotes qui sont dans la voiture, donc c'est mon travail, et jusqu'à présent nous avons plutôt bien fait les choses."

"Je me battais un peu avec la voiture dans la séquence des virages 5-6-7, mais globalement, nous sommes contents de la voiture sur un tour. J'ai vu que nous perdions du temps dans le deuxième secteur."

Si Vettel a sans doute décroché le meilleur résultat possible, la Scuderia peut nourrir le regret de n'avoir pas verrouillé la deuxième ligne, où s'est invitée la Red Bull de Daniel Ricciardo, au nez et à la barbe de Kimi Räikkönen, cinquième.

"J'avais de bonnes sensations avec la voiture, mais j'ai eu du mal à faire fonctionner les pneus en qualifications", déplore le Champion du monde 2007. "Une fois qu'ils fonctionnaient, j'étais content, mais il y avait toujours des glissades çà et là, c'était loin d'être idéal. C'est plus délicat que je ne m'y attendais."

partages
commentaires
Pour sa dernière course, Massa va "tout risquer"
Article précédent

Pour sa dernière course, Massa va "tout risquer"

Article suivant

Todt fait confiance aux médecins de la FIA si Kubica revient

Todt fait confiance aux médecins de la FIA si Kubica revient
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021