Wolff : "C'est à Hamilton de décider s'il est assez en forme"

Toto Wolff n'a aucune inquiétude pour l'état de forme de Lewis Hamilton avant le Grand Prix d'Abu Dhabi, soulignant que la décision de participer à l'épreuve revient à son pilote.

Wolff : "C'est à Hamilton de décider s'il est assez en forme"

De retour à la compétition après une dizaine de jours d'isolement et surtout après avoir contracté le COVID-19, Lewis Hamilton a reconnu à l'issue des qualifications du Grand Prix d'Abu Dhabi qu'il ne se sentait "pas à 100%" et que la course ce dimanche serait une épreuve à affronter. "Ce ne sera clairement pas la plus facile des courses, d'un point de vue physique, mais je vais gérer ça et absolument tout donner", a-t-il promis après avoir pris la troisième place sur la grille de départ. "L'un des symptômes est que cela épuise vraiment. J'essaie de dormir autant que possible, mais recharger les batteries n'est pas aussi facile que d'habitude. En plus, [j'ai perdu] beaucoup de poids en l'espace d'une semaine. Bref, je ne me sens pas complètement pareil que la dernière fois que j'ai couru. Mais cela ne va aucunement m'empêcher de tout donner."

Lire aussi :

Les déclarations du septuple Champion du monde ont éveillé quelques interrogations sur l'intérêt qu'il soit présent à tout prix ce week-end pour reprendre le volant, après avoir vu George Russell le remplacer lors du Grand Prix précédent à Sakhir. La situation n'inquiète toutefois pas son écurie et Toto Wolff a insisté sur deux points : le Britannique est selon lui en assez bonne forme pour courir, et la décision de rouler à Yas Marina lui appartenait pleinement.

"Nos pilotes sont toujours impatients à l'idée de remonter dans une voiture de course, même s'ils ne sont pas à 100%", a expliqué le directeur de Mercedes samedi soir. "Je pense que c'est ce à quoi il fallait s'attendre après dix jours de COVID-19, on ne se retrouve pas à son meilleur niveau, mais je crois qu'il l'est absolument suffisamment pour courir. C'est totalement à lui de décider s'il est assez en forme ou non. C'est un pilote expérimenté, il connaît très bien sa propre santé, et il a été testé négatif. Parfois, les pilotes ne sont pas parfaitement en forme mais ils courent quand même, et je pense que nous sommes dans cette situation."

Déjà assuré du titre, Hamilton tentera de décrocher cet après-midi sa 12e victoire de la saison, lui qui avait enchaîné cinq succès consécutifs avant d'être stoppé dans son élan par le coronavirus. Viendra ensuite le temps de boucler les négociations contractuelles qui n'ont cessé d'être reportées. Car si le nom du pilote Mercedes a été couché sur la liste des engagés provisoire pour 2021, publiée samedi par la FIA, rien n'est encore officiel.

"Je me demandais qui mettre, soit Lewis soit moi !", a plaisanté Wolff à ce sujet. "Mais au bout du compte, j'ai opté pour Lewis. Oui, espérons bientôt [pour la finalisation du contrat]. Nous avons été retardés par le fait qu'il soit tombé malade, et ce n'est pas le bon moment pour en discuter. Nous avions prévu d'en discuter l'autre semaine, donc ce sera un peu plus tard. Mais je ne veux pas donner de date, car je ne veux pas être harcelé quant aux raisons pour lesquelles ce n'est pas encore signé."

partages
commentaires
Duels en qualifications : le point après le GP d'Abu Dhabi
Article précédent

Duels en qualifications : le point après le GP d'Abu Dhabi

Article suivant

McLaren annonce la vente d'un tiers de son écurie

McLaren annonce la vente d'un tiers de son écurie
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021