Zhou se livre sur les abus racistes subis en ligne

Zhou Guanyu s'est dit "assez surpris" par le niveau de violence auquel il a été confronté sur Internet avant ses débuts en Formule 1 avec Alfa Romeo, affirmant que cela lui a "fait mal".

Zhou se livre sur les abus racistes subis en ligne
Charger le lecteur audio

Zhou Guanyu est devenu en 2022 le tout premier pilote chinois à prendre le départ d'un Grand Prix de Formule 1, aligné par Alfa Romeo aux côtés de Valtteri Bottas. Arrivé en provenance de la F2, où il figurait parmi les pilotes réguliers du plateau, il a tout de même fait face à des critiques et des abus en ligne à propos de son niveau et de son statut de "pilote payant", à savoir un pilote soutenu financièrement par des entreprises et qui a obtenu son baquet par ce biais.

Cela a particulièrement été souligné au moment de l'annonce de son arrivée chez Alfa Romeo en lieu et place d'Antonio Giovinazzi, l'Italien tançant "l'argent roi" dans le monde "impitoyable" de la F1. Zhou avait par la suite souligné que le point glané dès son premier GP, à Bahreïn, était la "meilleure réponse" à adresser à ses détracteurs. Depuis, le Chinois a inscrit quatre points en terminant huitième au Canada.

"J'ai pu prouver ma valeur et changer l'opinion de la plupart des observateurs, donc je suis très heureux de ce côté-là", a déclaré Zhou à Motorsport.com dans une interview réalisée avant la pause estivale. "Ça me fait un peu mal. Quand vous atteignez votre rêve – j'ai terminé dans les trois premiers en F2 et j'avais assuré les points de Super Licence – et quand les gens ne suivent pas vraiment votre parcours et disent des choses comme ça, de mon côté ça me fait un peu mal."

Lorsqu'on lui a demandé si les commentaires en ligne le blessaient, Zhou a répondu : "Oui, de nos jours, les gens utilisent beaucoup internet et les réseaux sociaux. Quand c'est arrivé, j'ai été assez surpris par le nombre de personnes qui ont fait des commentaires racistes ou des choses comme ça."

"Vous avez toujours des supporters qui vous soutiennent, mais beaucoup d'entre eux ne suivent pas vraiment la F2 ou les catégories junior. Ils suivent juste la F1, ils regardent qui vous êtes, que vous venez de Chine, [et se disent] que c'est la seule raison pour laquelle vous obtenez un baquet, peu importe la raison."

"Ça m'a fait mal, parce que lorsque vous avez un rêve et que vous l'atteignez enfin, vous vous attendez à ce que les gens vous félicitent, et non à ce qu'ils vous envoient ces messages et essaient de vous rabaisser. Mais je ne me laisse pas abattre par le simple fait de lire ces commentaires ou que les gens me balancent des mauvaises choses. Le mieux que je puisse faire est de faire tout ce que je peux sur la piste. Je pense que nous avons démontré cela. Je suis très heureux maintenant."

Zhou Guanyu, Alfa Romeo C42

Zhou Guanyu, Alfa Romeo C42

Zhou a confié avoir constaté un changement dans le type de messages qu'il recevait désormais de la part des fans, et que certains s'étaient même excusés auprès de lui via les réseaux sociaux pour les propos qu'ils avaient tenus avant ses débuts. "Les réseaux sociaux sont une bonne chose, ils donnent à chaque sport, à chaque personne, la possibilité de montrer leur personnalité à des gens qui n'ont pas la chance d'être proches d'eux. Mais il y a aussi l'inconvénient des gens qui vous lancent des méchancetés sans raison. Mais je pense que dans l'ensemble, je suis tout à fait capable de gérer tout cela."

"C'est différent de ce que j'imaginais lorsque j'ai signé le contrat. Quand vous êtes en F2, tout le monde espère que vous allez occuper un baquet en F1. En 2021, tout le monde voulait que j'occupe le siège chez Alpine. C'est assez étrange de voir comment une demi-année change tout, juste parce que vous avez [le baquet]. C'est juste normal pour tout le monde."

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

Marko : Tsunoda est déjà au niveau de Gasly sur un tour
Article précédent

Marko : Tsunoda est déjà au niveau de Gasly sur un tour

Article suivant

Haas n'a pas à attendre le choix de Ferrari sur Schumacher

Haas n'a pas à attendre le choix de Ferrari sur Schumacher