Le baquet d'Albon convoité par plus de 15 pilotes

La baquet d'Alexander Albon chez Nissan e.dams fait des envieux ! Alors que l'Anglo-Thaïlandais se dirige vers la Formule 1, nombreux sont ceux qui ont manifesté leur intérêt pour son volant en Formule E.

Le baquet d'Albon convoité par plus de 15 pilotes

Candidat au titre de Formule 2 au sein de l'écurie sarthoise, Alexander Albon avait initialement signé un contrat de trois ans avec Nissan e.dams en Formule E, mais Red Bull a finalement jeté son dévolu sur son ancien protégé pour le deuxième baquet Toro Rosso en Formule 1 et négocie désormais le rachat de ce contrat.

Lire aussi :

Sans surprise, ce qui est l'un des deux derniers baquets libres pour la saison 2018-19 – l'autre, chez Dragon Racing, devrait revenir à Maximilian Günther – suscite un certain engouement, comme le révèle Jean-Paul Driot, cofondateur de Nissan e.dams, à Motorsport.com.

"Il y a tellement de pilotes qui nous ont appelés lors de ces deux jours, je n'arrivais pas à y croire !" s'exclame-t-il. "Des pilotes qui ont appelé, qui ont envoyé des e-mails – si je vous donne les noms, vous n'allez pas en croire vos oreilles – incroyable ! Je pense qu'il y en a au moins 15, voire 20."

Jean Paul Driot et Sébastien Buemi, Renault e.Dams
Les LED sur le halo de Sébastien Buemi, Nissan e.Dams

Rowland, candidat évident

Parmi eux, évidemment, Oliver Rowland. Le Britannique de 26 ans avait participé à l'E-Prix de Punta del Este 2015 avec Mahindra et s'est classé troisième du championnat de Formule 2 chez DAMS en 2017. C'est à lui que l'équipe a fait appel pour piloter la monoplace n°22, celle d'Albon, lors de la dernière journée d'essais de pré-saison, à Valence.

Lire aussi :

"Oliver fait partie des candidats, car nous pensions à lui comme troisième pilote de toute façon", poursuit Driot. "Nous le connaissons bien, parce qu'il a couru en Formule 2 avec nous l'année où [Charles] Leclerc y courait également [en 2017]. Et il a été performant, il a remporté trois courses et a fait des pole positions. Nous le connaissons également parce qu'il était en Formule Renault 3.5 [dont il est le Champion 2015, ndlr]."

Oliver Rowland, Nissan e.Dams
Oliver Rowland, Nissan e.Dams, Nissan IMO1
Oliver Rowland, Nissan e.Dams, Nissan IMO1
Oliver Rowland, Nissan e.Dams

Lors de sa journée d'essais, Rowland a parcouru 85 tours, avec notamment un relais de 21 boucles, le plus long de la semaine pour Nissan e.dams.

"C'était bien", commente le principal intéressé pour Motorsport.com. "Je me suis concentré sur la préparation des courses. Ça allait, j'ai pris mes marques et j'ai passé en revue le programme établi pour les gars et pour Nissan. C'était bien de rouler sous la pluie, nous avions l'air très compétitifs. Je n'ai pas vraiment cherché la performance l'après-midi [sur le sec], mais c'était bien."

Mais où se trouve Nissan dans la hiérarchie ? "C'est vraiment dur à dire pour moi, je n'ai pas été impliqué dans les essais [privés]", rappelle Rowland. "Mais ça avait l'air bien, et le rythme avait l'air bon. Je ne sais même pas qui est la référence ou quoi que ce soit de ce genre. Mais c'était important pour moi de comprendre la voiture au mieux et aussi simplement de rassembler les données et ce dont ils ont besoin."

Quant à la possibilité de courir pour Nissan en 2018-19, l'Anglais indique : "Je suis venu là comme pigiste de luxe, un peu comme je l'avais fait avec Nicholas Latifi au début de l'année [lorsque Latifi avait été hospitalisé au moment des essais F2, ndlr]. Mais on verra. Bien sûr, j'aimerais courir en Formule E, donc nous verrons ce qu'ils décident."

Propos recueillis par Alex Kalinauckas

partages
commentaires
Nissan e.dams "très mécontent" du cas Albon
Article précédent

Nissan e.dams "très mécontent" du cas Albon

Article suivant

Audi n'a pas le même avantage qu'en 2017-18, selon Di Grassi

Audi n'a pas le même avantage qu'en 2017-18, selon Di Grassi
Charger les commentaires
Les quatre roues motrices, idéales pour les bolides électriques Prime

Les quatre roues motrices, idéales pour les bolides électriques

Les courses sur circuit favorisent traditionnellement les tractions ou les propulsions. Cependant, pour les championnats électriques, une répartition équitable de la puissance est parfaite.

Formule E
15 oct. 2021
Le naufrage de Trulli GP, narré par sa victime Vitantonio Liuzzi Prime

Le naufrage de Trulli GP, narré par sa victime Vitantonio Liuzzi

Après que sa carrière en Formule 1 a tourné court, Vitantonio Liuzzi a tenté de trouver un second souffle en Formule E. Malgré des débuts prometteurs, une décision catastrophique de Trulli GP l'a stoppé net sur sa lancée.

Formule E
6 oct. 2021
Les problèmes révélés par le départ de Mercedes de la Formule E Prime

Les problèmes révélés par le départ de Mercedes de la Formule E

Le retrait de Mercedes de la Formule E à la fin de la saison 2022 contribuera au grand vide laissé par les autres constructeurs Audi et BMW, eux aussi sur le départ. Bien que l'équipe puisse rester en place sous une autre forme, la sortie du nouveau Champion des constructeurs souligne les problèmes actuels de la Formule E.

Formule E
22 août 2021
Pourquoi Audi avait à la fois tort et raison sur la faille réglementaire Prime

Pourquoi Audi avait à la fois tort et raison sur la faille réglementaire

Avec le retrait imminent d'Audi en Formule E, l'équipe n'avait rien à perdre à Londres en tentant de propulser Lucas di Grassi en tête de la course, en l'appelant au stand sous régime de voiture de sécurité. Le mépris envers l'équipe, qui a fait passer la gloire avant l'éthique, devrait plutôt être dirigé vers le règlement qui a permis une telle manœuvre.

Formule E
1 août 2021
Le fiasco de la Formule E à Valence sape le talent des ingénieurs Prime

Le fiasco de la Formule E à Valence sape le talent des ingénieurs

Malgré les tentatives de présenter la farce de Valence comme un échec des équipes à bien anticiper la situation, la Formule E et la FIA ne peuvent échapper aux critiques, surtout au moment où elles veulent assurer la présence à long terme des constructeurs.

Formule E
28 avr. 2021
Comment la "blague" de l'E-Prix de Valence a terni l'image de la Formule E Prime

Comment la "blague" de l'E-Prix de Valence a terni l'image de la Formule E

L’E-Prix de Valence était très attendu ce week-end, puisqu’il s’agissait de la première course du championnat organisée sur un circuit permanent. Mais après une première épreuve marquée par une réduction d’énergie et avec seulement neuf pilotes classés, la Formule E se retrouve une nouvelle fois sous le feu des critiques.

Formule E
26 avr. 2021
Ce début de saison plus controversé que jamais pour la Formule E Prime

Ce début de saison plus controversé que jamais pour la Formule E

La nouvelle saison du Championnat du monde de Formule E a commencé un peu plus tard que prévu en Arabie saoudite, mais le temps perdu a clairement été rattrapé avec de multiples rebondissements sur la piste et en dehors. Pour bien des raisons, c'était une manche d'ouverture explosive, et cela pourrait avoir des répercussions.

Formule E
9 mars 2021
L'enjeu crucial de la nouvelle saison de Formule E Prime

L'enjeu crucial de la nouvelle saison de Formule E

La saison de Formule E à venir est peut-être la plus importante depuis sa création, et pas simplement car c'est la première en tant que Championnat du monde. DS Techeetah a survolé la dernière campagne en date, mais celle qui commencera ce week-end en Arabie saoudite pourrait renouer avec le suspense.

Formule E
25 févr. 2021