Lapierre : "Pas à la hauteur de ce qu'on attendait" pour Alpine

Alpine devra se contenter de la troisième marche du podium après sa première apparition en catégorie reine depuis de longues années aux 24 Heures du Mans.

Lapierre : "Pas à la hauteur de ce qu'on attendait" pour Alpine

B.D., Le Mans - Un mélange de déception et de fierté, c'est ce que traduisaient les premiers mots des pilotes Alpine à l'issue de la 89e édition des 24 Heures du Mans ce dimanche. Présentée comme l'outsider principal de Toyota, l'équipe française n'a pas réussi à constituer une réelle menace pour le constructeur japonais, qui a signé un doublé malgré des problèmes techniques à gérer sur ses Hypercars. S'il est ravi d'avoir pu communier à nouveau avec le public, Nicolas Lapierre était partagé après la troisième place obtenue au classement général, avec quatre tours de retard sur les vainqueurs.

"C'était magnifique de voir tous les supporters et les fans, qui nous ont bien manqué l'an dernier ; avec les drapeaux français et les drapeaux Alpine on a vraiment senti un bel engouement autour de notre participation et on tient à les remercier", insiste le pilote tricolore. "C'est une troisième position qui n'est pas à la hauteur de ce qu'on attendait mais qui était la meilleure position qu'on puisse obtenir aujourd'hui. Toyota était plus fort que nous, bravo à eux. À nous de bien travailler mais pour une première dans la catégorie reine, je crois que l'on peut être fier de ce que l'on a accompli." 

Nicolas Lapierre a lui-même commis une petite erreur durant la première heure de course, lorsque la piste était humide, partant en tête-à-queue avant de reprendre la piste. En début de nuit, c'est Matthieu Vaxiviere qui est parti à la faute, se retrouvant dans les graviers de la première chicane des Hunaudières. S'il assume son erreur, l'écart final démontre bien qu'elle n'a pas eu de réelle incidence dans le résultat final.

"Depuis le début de course, on avait une visibilité assez claire et assez rapide sur le fait que ça allait être compliqué quand même, les Toyota avaient un très gros rythme", explique-t-il. "C'était à nous aussi de ne pas commettre d'erreur et de pousser à la fois aux limites de la piste. Après, ce sont des choses qui arrivent, celle-là je la prends pour moi. On a poussé au maximum et c'est vrai qu'il y a eu des erreurs. On a été capable de repartir et de ne pas perdre énormément de temps. On a respecté la marche à suivre, on arrive sur le podium et on est très fier de ce podium-là."

Troisième homme de l'équipage, André Negrão rappelle qu'il a fallu aussi se battre face à des Glickenhaus qui ont finalement fait preuve aussi bien de fiabilité que de régularité. "C'est une grande fierté mais c'était une course difficile", confie le Brésilien. "Glickenhaus était rapide, très rapide, et Toyota trop rapide. On termine troisième, devant Glickenhaus donc l'honneur est sauf. C'était très beau de voir tous les fans enthousiastes à l'idée de voir Alpine." 

Lire aussi :

partages
commentaires
Les ennuis techniques font de cette victoire "la plus belle" de Toyota

Article précédent

Les ennuis techniques font de cette victoire "la plus belle" de Toyota

Article suivant

Toyota a surmonté les obstacles avec le "cobaye" Buemi

Toyota a surmonté les obstacles avec le "cobaye" Buemi
Charger les commentaires
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021