24 Heures du Mans 24 Heures du Mans

McLaren planche encore et toujours sur une arrivée en Hypercar

La perspective de voir enfin McLaren s'engager dans la catégorie Hypercar en WEC et aux 24 Heures du Mans est renforcée par la prolongation du cycle réglementaire actuel.

#59 United Autosports McLaren 720S LMGT3 Evo: James Cottingham, Nicolas Costa, Gregoire Saucy

Photo de: Marc Fleury

Serpent de mer ou Arlésienne, l'engagement de McLaren aux 24 Heures du Mans pour jouer le classement général demeure néanmoins d'actualité. Victorieuse de l'épreuve en 1995 à la surprise générale avec sa mythique F1 GTR, la marque britannique maintient son envie de s'engager à l'avenir dans la catégorie Hypercar. Via la réglementation LMGT3, elle a fait cette année son retour dans la Sarthe et, à cette occasion, Zak Brown a fait le point devant la presse.

La prolongation jusqu'en 2029 de l'actuel règlement Hypercar, officialisée vendredi dernier par l'Automobile Club de l'Ouest, ouvre déjà une première porte à la concrétisation d'un tel projet. Emballé par la perspective de ramener McLaren aux avant-postes en Endurance, son PDG pourrait alors se targuer d'avoir un programme sportif plus complet que jamais puisque le constructeur est historiquement présent en Formule 1 mais également en IndyCar et en Formule E depuis quelques années.

D'ailleurs, pour Zak Brown la question qui se pose au sujet de l'arrivée en Hypercar est "plus de savoir quand que si" elle aura lieu. "Les coûts en sport automobile sont d'une importance cruciale et je pense que l'extension [des programmes] aide clairement le modèle économique que nous avons défini en interne", précise-t-il. "On devrait travailler avec un délai de deux ans, donc si on parlait de 2026, on devrait prendre une décision demain. Et on n'entre pas dans un championnat pour sa dernière saison."

VIDÉO - 24 Heures du Mans - 1995

Autrement dit, l'allongement de la durée de vie de la catégorie Hypercar au-delà de l'échéance initiale de 2027 apporte davantage de marge de manœuvre à McLaren, qui par ailleurs "étudie tous les scénarios", avec un objectif déjà très affirmé : "Clairement, quand on fait de l'Endurance, on veut gagner les 24 Heures du Mans". Il faudrait également définir le choix technique entre les plateformes LMH et LMDh, Zak Brown estimant d'ores et déjà que "le LMDh serait la catégorie la plus favorable" pour son entreprise.

Le point essentiel pour McLaren est aussi de justifier l'existence d'un tel projet sans pour autant provoquer des répercussions défavorables aux engagements déjà existants dans les autres disciplines.

"Si nous nous lançons dans un autre projet, nous devons nous assurer qu'il ne perturbe pas nos autres activités", prévient Zak Brown. "Nous ne sommes pas loin de penser que nous pourrions nous lancer dans un projet supplémentaire dans couper l'herbe sous le pied de nos écuries F1, IndyCar ou Formule E. Nous réalisons des bénéfices en tant qu'équipe de course, McLaren Racing est en très bonne santé, et il s'agit de choisir le bon moment."

Propos recueillis par Gary Watkins

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent MissionH24 confiant pour "respecter les délais" avec son nouveau proto
Article suivant Ferrari envisage un joker de développement pour sa 499P cette saison

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France