Sarrazin - On reparlera de la fiabilité dimanche à 15 heures !

Le pilote Toyota évoque les qualifications et les belles performances de la TS050 Hybrid jusqu'à présent, avant les deux séances du jour.

Sarrazin - On reparlera de la fiabilité dimanche à 15 heures !
#6 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin
#6 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin, Mike Conway, Kamui Kobayashi
#6 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin, Mike Conway, Kamui Kobayashi
#6 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin, Mike Conway, Kamui Kobayashi
#6 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin, Mike Conway, Kamui Kobayashi
#6 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin, Mike Conway, Kamui Kobayashi
#6 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin, Mike Conway, Kamui Kobayashi
#6 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin, Mike Conway, Kamui Kobayashi
#6 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin, Mike Conway, Kamui Kobayashi

B.D., Le Mans - Toyota s’est montré aux avant-postes hier soir lors de la première séance de qualifications des 24 Heures du Mans. Les deux TS050 Hybrid ont devancé les Audi R18, et Stéphane Sarrazin a signé un chrono à une seconde de celui de Neel Jani sur la Porsche de tête. De bon augure pour la suite de la semaine, même si l’incertitude des prévisions météorologiques complique la tâche. 

"On est troisièmes pour le moment, on a fait une bonne séance", résume Sarrazin au micro de Motorsport.com. "J’ai eu un peu de trafic avec la Porsche qui est restée au milieu, mais on s’en est quand même pas mal sortis." 

"Après, on a beaucoup travaillé sur la course. C’est le plus important, d’avoir la voiture qui nous donne confiance, qu’on puisse attaquer. La voiture est équilibrée. On a encore du travail mais on a déjà une bonne base. Si ce soir, c’est mouillé, on sait où on en est, on sait ce qui nous manque et on peut la peaufiner."

Maintenir les Audi derrière

Selon les conditions de piste ce soir, lors des deux séances entre 19h et 21h puis 22h et minuit, les Toyota tenteront de laisser derrière elles des Audi apparues en retrait mercredi soir, sans trouver la bonne fenêtre pour un tour vraiment rapide. 

"Je ne sais pas quel chrono ils arrivent à faire", s’interroge Sarrazin. "Vu que j’ai été gêné et que l’on n’est pas au potentiel maximum de la voiture, elle méritait un meilleur chrono que ce que j’ai fait. Après, il y a tellement de trafic ici que ce n’est pas facile de trouver un tour clair, de faire le bon tour, d’être en mode qualif à ce moment-là. Mais les Audi sont très rapides. Après, ce qui est important c’est vraiment la course."

Mais l’essentiel des deux dernières séances sera encore et toujours de procéder aux derniers ajustements cruciaux en vue de la course. 

"Il nous manque un peu de train avant, donc on va essayer de parfaire les derniers réglages, pour avoir une voiture plus équilibrée dans les changements de direction ; on va essayer de bosser là-dessus", précise Sarrazin. "On a vraiment une bonne stabilité sur les freins, on est bien dans les virages rapides. On va juste essayer de régler ce problème-là. Après il faut faire une course propre."

Quant à la fiabilité, qui brûle les lèvres de tout le paddock depuis Spa-Francorchamps, elle ne constitue pas une inquiétude même si elle plane en permanence comme une épée de Damoclès, surtout pour une équipe Toyota qui ne veut pas revivre le psychodrame de l’édition 2014. 

"On n’a pas de souci majeur", assure Sarrazin. "Après, on sait que les 24 Heures, c’est compliqué. Spa nous a vraiment rappelés à l’ordre. Les trois constructeurs ont eu des soucis. On en rediscutera dimanche à 15 heures."

Propos recueillis par Benjamin Vinel

partages
commentaires
Jani - La météo est "folle" cette semaine !
Article précédent

Jani - La météo est "folle" cette semaine !

Article suivant

Trafic, pluie, sommeil... Les pièges que réserve Le Mans

Trafic, pluie, sommeil... Les pièges que réserve Le Mans
Charger les commentaires
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021