Sarrazin : "Ça n'arrive peut-être qu'une fois dans une carrière de pilote"

Le pilote français de la Toyota #7 est revenu sur la pole position de son équipier Kamui Kobayashi, jeudi soir au Mans. Le temps en 3'14 de ce dernier l'a impressionné, et il en souligne le caractère exceptionnel.

Sarrazin : "Ça n'arrive peut-être qu'une fois dans une carrière de pilote"
Stéphane Sarrazin, Toyota Gazoo Racing
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Stéphane Sarrazin
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Stéphane Sarrazin
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid : Mike Conway, Kamui Kobayashi, Stéphane Sarrazin
Stéphane Sarrazin, Toyota Gazoo Racing
Mike Conway, Stéphane Sarrazin, Toyota Gazoo Racing
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Stéphane Sarrazin
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Stéphane Sarrazin
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid : Mike Conway, Kamui Kobayashi, Stéphane Sarrazin
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Stéphane Sarrazin
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid : Mike Conway, Kamui Kobayashi, Stéphane Sarrazin
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Stéphane Sarrazin
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid : Mike Conway, Kamui Kobayashi, Stéphane Sarrazin
Stéphane Sarrazin, Toyota Gazoo Racing

G.N., Le Mans – 3'14"7. Au lendemain de la pole position remarquable de Kamui Kobayashi, nombreux sont ceux à être impressionnés par la performance du Japonais et de Toyota. Parmi eux, Stéphane Sarrazin, son équipier sur la TS050 Hybrid.

L'Alésien se montre réellement impressionné par la performance de son équipier, avec qui il partage le baquet de sa Toyota avec Mike Conway. Un sacré compliment compte tenu de son palmarès au Mans. Stéphane Sarrazin a en effet été le chasseur de pole de l'équipe Peugeot, avec trois succès consécutifs dans cet exercice entre 2008 et 2010. "En fait, après la journée test, on s'attendait vraiment à ce que ça roule très vite", précise-t-il.

Pourtant, ce n'était pas gagné, avec une piste difficile lors des premiers essais. "Mercredi, on était en manque de grip, il faisait très chaud et la piste était un petit verte. Hier soir, c'était incroyable. La piste avait un bon grip avec toutes les courses en support, beaucoup de tours, beaucoup de pneus neufs utilisés, et donc beaucoup de gomme sur la piste. La voiture a très très bien fonctionné.

Aussi, lorsque Kobayashi prend la piste après l'interruption, à 20h15, le Japonais sait qu'il tient une chance d'aller chercher le chrono absolu. À la faveur d'un tour parfaitement clair, la fusée japonaise s'est mise sur orbite sans broncher, et à une vitesse ahurissante. "On pensait à 3'15, mais Kamui a été chercher ce tour en 3'14"7 qui était vraiment incroyable."

"Exceptionnel"

Un tour "parfait", selon Kobayashi, comme une exception au Mans. "C'est rare de faire un tour qualif comme ça", poursuit Stéphane Sarrazin. "Là, il y a eu le drapeau rouge, qui a fait qu'il est parti avec moins de monde en piste. C'est rare, c'est exceptionnel de pouvoir faire un tour comme cela. Ça n'arrive peut-être qu'une fois dans une carrière de pilote."

Le Français, lui, s'est concentré sur la préparation de la course. "C'est vraiment Kamui qui avait pour mission d'aller chercher la pole", reprend l'Alésien. "Nous [les deux autres pilotes, ndlr, nous nous sommes concentrés sur la course. Il fallait absolument qu'il en profite. Il avait une bonne opportunité de le faire, d'autant qu'il est très vite depuis le début de la semaine. C'était bien qu'il le fasse."

Désormais, l'équipe Toyota semble rodée et fin prête pour la course, samedi, à 15h. "J'ai travaillé à faire des longs runs, et on a roulé très vite tout au long de la soirée. On est vraiment prêts, mais il va falloir être intelligents, réaliser une belle course, être à la haute de l'événement."

Les hautes températures subies au Mans depuis le début de la semaine ne semblent pas inquiéter Stéphane Sarrazin. "Michelin a fait super job. On est prêts pour faire ce qu'il faut. Il faut rester humble, avoir beaucoup d'humilité. Pour l'usure des pneus, on est dans notre fenêtre d'exploitation. On sait ce qu'on doit faire, ne reste plus qu'à savoir combien de relais on sera capable de faire en course."

La réponse, il l'aura dimanche, à 15h.

Découvrez les secrets des LMP1 avec Motorsport.com

 

partages
commentaires
La pole, "un bon début" pour Aston Martin
Article précédent

La pole, "un bon début" pour Aston Martin

Article suivant

Dumas : La course pourrait être une "hécatombe"

Dumas : La course pourrait être une "hécatombe"
Charger les commentaires
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021