Aprilia tempère ses ambitions face aux attentes envers la RS-GP

Au terme d'un hiver très encourageant, notamment lors des tests de Sepang, Aprilia affiche des ambitions plus élevées que les années précédentes, même si ça nouvelle RS-GP souffre de problèmes de jeunesse. Le directeur de l'équipe, Massimo Rivola, se veut prudent quant aux objectifs exprimés.

Aprilia tempère ses ambitions face aux attentes envers la RS-GP
Charger le lecteur audio

Si le report du début de saison de MotoGP a provoqué une frustration pour l'ensemble du plateau de la discipline, c'est particulièrement le cas pour Aprilia, dont les essais hivernaux ont été plus qu'encourageants. Étrennant une RS-GP entièrement nouvelle, la marque de Noale a affiché des progrès indéniables lors des tests de Sepang, au début du mois de février. Immédiatement dans le coup, la machine a révélé quelques problèmes de jeunesse, sans pour autant inquiéter réellement Massimo Rivola, le directeur de l'équipe. Mais ce dernier rappelle que les dernières étapes à franchir pour se mêler à la lutte aux avant-postes seront les plus compliquées.

"N'en faisons pas trop, mais je ne nie pas qu'à Sepang, une moto qui n'avait été démarrée pour la première fois que la veille nous a donné de grandes satisfactions", a déclaré l'Italien à Motorsport.com. "Quand on part de loin, il est beaucoup plus facile de combler son retard, et c'est maintenant qu'arrive la partie la plus difficile arrive. Le travail que nous avons accompli cet hiver vise à réduire notre retard sur les meilleurs. Pour le moment, je ne pense pas que nous puissions nous battre pour des positions glorieuses, mais je suis convaincu qu'à l'avenir nous pourrons assurément y arriver."

Lire aussi :

Son discours tempéré tranche avec l'enthousiasme d'Aleix Espargaró, qui était dithyrambique au sujet de la nouvelle Aprilia après le shakedown puis les essais en Malaisie. L'Espagnol n'avait pas caché des ambitions élevées, allant même jusqu'à parler de podiums dès la saison 2020, pourtant prévue pour être la première de sa moto. Son patron n'est pas mécontent de le voir ravi, d'autant qu'Espargaró se montrait plutôt critique en fin de saison dernière, mais préfère relativiser les attentes de celui qui est derrière le guidon, en ne démentant pas que la base du nouveau projet RS-GP est bien plus solide que celle du précédent.

"Aleix ne fait pas dans la demi-mesure. Pour lui, c'est tout ou rien, alors quand les choses vont mal il le fait sentir, mais il le fait aussi quand au contraire les choses vont bien. Nous sommes très heureux que la moto lui ait plu, qu'il ait été très compétitif. À Sepang, il a fait une très bonne simulation de course, même si je crois que KTM et nous-mêmes avions l'avantage d'avoir également réalisé le shakedown [du test] quelques jours plus tôt, et peut-être étions-nous donc un peu mieux préparés. Au Qatar, ça s'est bien passé, mais pas aussi bien qu'à Sepang. Mais disons que c'est la base d'un projet que nous espérions voir grandir au fil des courses. Et désormais l'attente va être encore plus grande."

Entre l'enthousiasme d'Espargaró et la prudence de Rivola se place le curseur des objectifs de l'ambassadeur de la marque italienne, Max Biaggi. L'ancien pilote est heureux de voir que le travail effectué porte ses fruits pour le constructeur avec lequel il a remporté quatre titres mondiaux en 250cc, comme il l'a expliqué auprès de Sky Italia : "Je suis très heureux qu'Aprilia ait décidé de révolutionner sa moto en peu de temps et qu'elle semble fonctionner, parce qu'il fallait frapper un grand coup. Le projet précédent n'avait pas apporté les résultats espérés. Désormais, je voudrais la voir tout le temps dans le top 5 et peut-être la voir faire quelques courses devant, là où elle mérite de figurer. Je le souhaite vraiment."

Avec Franco Nugnes

partages
commentaires
Lorenzo, l'exemple dont veut s'inspirer Bagnaia chez Ducati
Article précédent

Lorenzo, l'exemple dont veut s'inspirer Bagnaia chez Ducati

Article suivant

Mir : Le gel du développement, "une bonne nouvelle" pour Suzuki

Mir : Le gel du développement, "une bonne nouvelle" pour Suzuki
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021