Bagnaia était terrifié à l'idée de tomber à nouveau

Après deux abandons consécutifs, Pecco Bagnaia voulait avant toute chose voir l'arrivée à Assen. Non seulement il y est parvenu, mais il a géré sa course à la perfection, même lorsque la pluie s'en est mêlée, pour décrocher la victoire.

Bagnaia était terrifié à l'idée de tomber à nouveau
Charger le lecteur audio

Jusqu'à présent, la saison de Pecco Bagnaia n'a pas été un exemple de constance, c'est le moins que l'on puisse dire. Mais le pilote italien peut au moins se targuer de frapper fort, très fort même, lorsqu'il est en mesure de voir l'arrivée d'une course. C'est bien simple, sur les sept dernières manches il n'a connu que l'abandon ou la victoire ! Après une double déception à Barcelone et au Sachsenring, il a retrouvé le succès aux Pays-Bas, en réalisant une prestation parfaite : pole position et nouveau record de la piste samedi, puis l'intégralité de la course en tête jusqu'à décrocher la victoire.

Voilà qui dépasse l'objectif qu'il s'était fixé et qui était avant toute chose de voir l'arrivée afin d'effacer ce sentiment de culpabilité qui l'a accompagné ces dernières semaines à chaque course prématurément terminée. Si son abandon à Barcelone est hors de sa responsabilité puisqu'il a été emmené au tapis par un autre pilote, celui du Grand Prix d'Allemagne, où il cherchait à tenir le rythme de Fabio Quartararo, a eu beaucoup plus de mal à passer, à la fois pour lui qui n'a eu de cesse d'y faire référence durant tout le week-end et pour la direction de Ducati, Gigi Dall'Igna en tête, qui voit ses chances de titre s'amenuir à mesure que les points s'envolent.

"J'étais vraiment terrifié à l'idée de tomber à nouveau", admet Pecco Bagnaia. "J'avais peur de tomber à cause des dernières courses, donc mon objectif aujourd'hui était de finir. Après deux scores vierges, le plus important était d'arriver au drapeau à damier."

S'il est parvenu à gérer sa course à la perfection, l'exercice n'a pourtant pas été aisé pour le pilote Ducati, perturbé par l'arrivée de la pluie et par un poursuivant particulièrement incisif. "Les conditions n'étaient pas faciles aujourd'hui. […] J'ai essayé d'être malin et de ne pas attaquer au-delà de la limite, et j'ai réussi à faire une super course", se félicite-t-il.

"On a bien travaillé tout le week-end et on était bien préparés pour cette course. La seule chose à laquelle on ne s'attendait pas, c'est la pluie. J'avais peur de la pluie. J'ai essayé de gérer, mais Bezzecchi me rattrapait à raison de deux dixièmes par tour. Ça n'a pas été facile de réagir et d'être fort à nouveau, mais ça a suffi pour gagner."

Obligé de réagir au retour de Bezzecchi

Avant cette fin de course quelque peu angoissante, Bagnaia s'était cru libéré des principales menaces puisque Fabio Quartararo et Aleix Espargaró, deux gros clients ce week-end dont il avait cherché à rapidement se détacher au départ, ont fini dans les graviers après un dépassement manqué du Français.

"Quand j'ai regardé les écrans géants, j'ai vu Aleix dans les graviers et une moto bleue au sol. J'ai donc imaginé que c'était Fabio avec lui. Sur ce point on a été chanceux. Je me suis donc dit que je pouvais mener ma course de façon plus tranquille, en étant plus calme", raconte le pilote Ducati.

"J'ai essayé quelque chose de différent. Mais le problème, c'est que Marco se rapprochait, alors j'ai essayé de pousser à nouveau et j'ai vu que mon rythme était suffisant pour contrôler mon avance. Le problème, ça a été la pluie. Quand il s'est mis à pleuvoir, il s'est à nouveau rapproché parce que j'ai un peu ralenti."

"En fait, je m'attendais à ce que ce soit plus mouillé. La pluie était fine mais pas tant que ça, donc je m'attendais à ce que ça glisse un peu plus. Mais derrière moi, Bezzecchi avait un rythme comparable à celui qu'il aurait eu si ça avait été sec, comme s'il ne pensait pas au fait qu'il pleuvait."

C'est alors que Pecco Bagnaia a réalisé la performance décisive. "Je suis content parce que j'ai essayé une façon de faire différente, en étant plus calme. J'ai essayé d'attaquer à nouveau mais en gardant plus de marge et ça m'a aidé."

Le pilote Ducati quitte donc Assen avec 25 points qui reboostent son championnat, le ramenant à 66 unités de Quartararo, mais aussi avec dans un coin de la tête les enseignements d'une approche mûre qui a porté ses fruits. "Je crois que j'ai appris à parfois être plus calme dans ce type de situation. C'est mieux comme ça", retient-il.

Lire aussi :
partages
commentaires
Espargaró "assez certain" que Quartararo l'a privé de la victoire
Article précédent

Espargaró "assez certain" que Quartararo l'a privé de la victoire

Article suivant

Quartararo pénalisé pour l'accrochage avec Espargaró

Quartararo pénalisé pour l'accrochage avec Espargaró