MotoGP
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

Lüthi : Le MotoGP, "un autre monde et un défi"

partages
commentaires
Lüthi : Le MotoGP, "un autre monde et un défi"
Par :
5 févr. 2018 à 12:45

Accidenté fin 2017, le Suisse a enfin pu évoluer au guidon de son prototype lors des essais de Sepang, et débuter son adaptation au MotoGP.

Thomas Luthi, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS
Thomas Luthi, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS
Thomas Luthi, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS
Thomas Luthi, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS
Thomas Luthi, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS
Thomas Luthi, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS
Thomas Luthi, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS
Thomas Luthi, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS
Thomas Luthi, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS
Thomas Luthi, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS
Thomas Luthi, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS

Le moins qu'on puisse dire, c'est que Thomas Lüthi avait gardé un souvenir douloureux de son dernier voyage en Malaisie, en octobre dernier. Sur le plan physique d'abord, puisque le Suisse s'y était fracturé la cheville au cours des qualifications, mais aussi par voie de conséquence sur le plan mental puisque cette blessure avait ipso facto mis un terme à ses chances de titre.

Les ramifications de cet accident ont encore été perceptibles lors des trois jours d'essais à Sepang. En effet, si l'Helvète assure ne plus souffrir, son forfait lors des tests de novembre à Valence et Jerez, l'a contrait à ne découvrir sa Honda et effectuer ses premiers tours de roue à son guidon qu'en cette fin janvier.

Un retard dans son adaptation, qui s'est irrémédiablement traduit par une position lointaine dans le classement final de ces essais, avec le 25e chrono aux temps combinés (ne devançant que Hernández et les pilotes essayeurs), à 2"3 de Jorge Lorenzo, et six dixièmes de son coéquipier et ancien rival pour le titre, Franco Morbidelli.

Mais Lüthi n'a pas boudé son plaisir, après 11 années passées dans la catégorie intermédiaires, les deux dernières terminées en position de dauphin (de Zarco en 2016, et donc de Morbidelli l'an passé), même s'il convient de se défaire d'un certain nombre d'automatismes pour en adopter de nouveaux.

"C'est difficile de comparer, ce sont vraiment deux mondes différents", reconnaît l'intéressé. "J'ai besoin de plus de temps pour m'adapter. Je suis resté de longues années en Moto2. En soi, c'est une bonne chose car le Moto2 est une bonne école pour entrer en MotoGP, mais ce qui est sûr c'est qu'à présent je dois m'adapter. Ce sont de nouvelles trajectoires, un nouveau style de pilotage. C'est un autre monde, et un défi, mais je suis très excité d'accepter ce défi."

Ce sont vraiment deux mondes différents.

Tom Lüthi

Le principal axe d'apprentissage du pilote Marc VDS réside sans doute dans la bonne compréhension du pneu avant, dont le comportement change drastiquement de celui du Moto2. "C'est difficile au niveau du feeling, en particulier pour l'avant", confirme-t-il. "C'est une grande différence avec le Moto2, mais petit à petit je me rapproche. Je n'ai passé mes journées qu'à cela quasiment, à essayer d'avoir le feeling sur l'avant. Mais j'ai besoin de plus de tours, de gagner en expérience, de m'approcher de la limite à chaque tour et de comprendre ce qu'il se passe."

Pas question donc pour le Suisse de jouer à être le plus rapide face à son coéquipier. Au contraire, les deux hommes cherchent des effets de synergie en comparant leurs données respectives lors de ces tests. "Je regarde ses données [de Morbidelli], et je vois ce qu'il fait. Nous faisons des comparaisons, c'est une bonne chose. Selon les données, si je vois qu'il fait quelque chose en particulier dans tel virage, je sors et j'essaie [de faire la même chose]. Il a déjà plus d'expérience sur cette moto, mais il est vraiment trop tôt pour regarder les temps au tour. Je ne suis vraiment pas concentré là-dessus."

Article suivant
Tech3 confirme que Hafizh Syahrin sera évalué sur le test de Buriram

Article précédent

Tech3 confirme que Hafizh Syahrin sera évalué sur le test de Buriram

Article suivant

Petrucci satisfait d'une Ducati GP18 "moins nerveuse, plus stable"

Petrucci satisfait d'une Ducati GP18 "moins nerveuse, plus stable"
Charger les commentaires