La manœuvre de Márquez sur la grille, un agissement qui fait débat

partages
commentaires
La manœuvre de Márquez sur la grille, un agissement qui fait débat
Par : Willy Zinck
9 avr. 2018 à 12:48

Bien avant la polémique déclenchée par son accrochage avec Rossi, le pilote espagnol avait déjà suscité le scepticisme suite à sa manœuvre lors de la procédure de départ.

Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team, Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing se touchent
Marc Márquez, Repsol Honda Team
Marc Márquez, Repsol Honda Team
Marc Márquez, Repsol Honda Team
Marc Márquez, Repsol Honda Team

Le départ du Grand Prix d'Argentine a été pourvoyeur de nombreuses images pour le moins insolites. Si tout a commencé avec la décision de la Direction de course de laisser 23 pilotes, qui avaient décidé à la dernière minute de chausser les pneus slicks, prendre le départ plusieurs rangs derrière Jack Miller, la vision de Marc Márquez en train d'essayer de redémarrer sa Honda, victime d'un problème moteur, à la poussette, a surpris beaucoup d'observateurs.

Une manœuvre qui n'a pas tardé à être sanctionnée en début de course, lorsque le numéro 93 s'est vu infliger un ride-through. Une sanction que l'intéressé n'a pas comprise. "La moto s'est remise en marche, et à ce moment-là je ne savais pas ce que j'avais besoin de faire", explique l'Espagnol. "Je sais que si la moto ne fonctionne pas, je dois me retirer, mais là elle fonctionnait. Alors quand je me suis retrouvé avec le commissaire, je lui ai demandé [ce que je devais faire] car il est directement connecté avec la Direction de course. Je lui ai donc demandé si je devais allé dans la voie des stands, ou rester sur la grille."

Interprétation difficile du règlement

L'entrée en piste d'un commissaire a fini de jeter le trouble sur une procédure de départ décidément bien laborieuse. "J'ai juste compris que je devais reprendre ma position sur la grille", affirme Márquez. "Puis en début de course j'ai vu le message de ride-through sur mon tableau de bord, quelque chose que je ne comprends pas, car si un commissaire vous dit que vous êtes autorisé à faire quelque chose, alors pourquoi quelques tours plus tard vous n'y êtes plus autorisé et vous recevez un ride-through ?"

Le patron de l'équipe Repsol Honda, Alberto Puig, a souligné lui aussi après coup que le règlement n'était pas clair dans une telle situation, regrettant que son pilote ait été sanctionné alors qu'il a semblé se conformer aux indications promulguées par les commissaires. "Il a rejoint sa position car les commissaires lui ont indiqué d'y retourner. Et personne ne l'en a retiré", rappelle l'Ibère de 51 ans, visiblement agacé. "C'est très difficile. Et parfois la réglementation, vous pouvez l'interpréter de différentes manières. Donc ce n'est pas facile. Mais je peux juste vous dire que c'est la chose la plus importante – au regard du problème sur la grille : Marc a agi selon ce qu'il pensait qu'on lui demandait de faire. Ce n'est pas comme s'il avait pris la piste comme il voulait."

Un avis que ne partage pas son homologue de chez Yamaha, Lin Jarvis, qui a peu goûté cette première manœuvre de Márquez – il n'appréciera d'ailleurs pas plus les suivantes. "Rouler en sens inverse en piste, d'après mon opinion et mon interprétation, cela enfreint le règlement", a déclaré le Britannique. "Il lui a été demandé par deux commissaires, qui se trouvaient sur la grille, de quitter la grille, parce que le règlement veut que si vous ne pouvez pas démarrer votre moto, vous quittez la grille, vous réglez le problème et vous partez de la pitlane. Il a choisi d'ignorer leur demande, a tourné la moto et a roulé en sens inverse le long de la grille de départ et a pris le départ de la course. Je n'ai jamais rien vu de la sorte."

Pour Valentino Rossi, il est clair que les commissaires auraient dû prendre des mesures bien plus radicales d'emblée à l'encontre du pilote Honda, et le forcer à quitter la grille sans contestation possible. "Si vous regardez tous ceux à qui c'est arrivé, si la moto s'éteint, un type grand et fort arrive, il te prend la moto, il te prend comme ça [il mime un geste sur l'épaule, ndlr] et il te met dehors", a expliqué l'Italien. "Lui, par contre, ils ne lui ont rien fait. Alors déjà, s'ils lui avaient fait ce qu'ils devaient faire, tout ceci ne serait pas arrivé."

Avec Michaël Duforest et Léna Buffa

Prochain article MotoGP
Márquez "mérite une pénalité très forte", selon Jarvis

Article précédent

Márquez "mérite une pénalité très forte", selon Jarvis

Article suivant

L'impossible explication, à chaud, entre les clans Rossi et Márquez

L'impossible explication, à chaud, entre les clans Rossi et Márquez

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP d'Argentine
Catégorie Course
Lieu Autodromo Termas de Rio Hondo
Pilotes Marc Márquez Boutique
Équipes Repsol Honda Team
Auteur Willy Zinck
Type d'article Actualités