Marc Márquez a fait la différence sous la pluie selon ses rivaux

Aleix Espargaró, mais aussi Miguel Oliveira, deuxième de la course, estiment que la courte averse tombée durant le GP d'Allemagne a permis à Marc Márquez de prendre un avantage décisif pour décrocher le premier succès depuis sa blessure. Les rivaux de l'Espagnol ont été impressionnés par sa prestation.

Marc Márquez a fait la différence sous la pluie selon ses rivaux

Le Sachsenring était probablement le terrain de jeu idéal pour permettre à Marc Márquez de renouer avec la victoire, près d'un an près sa fracture de l'humérus droit. Le champion espagnol a signé son 11e succès consécutif sur cette piste, le huitième en MotoGP, aidé par un tracé qui ne comporte que trois virages sur la droite, réduisant par la même occasion les sollicitions sur un bras qui reste amoindri.

Les étoiles se sont alignées pour Márquez puisque la courte averse tombée en début de course a également joué en sa faveur. "Quand j'ai vu des gouttes de pluie je me suis dit que c'était mon jour", a confié le Catalan après l'arrivée. Virtuose lorsque les conditions se dégradent, Márquez avait déjà mené plusieurs tours sous la pluie du Mans, le rythme moins élevé imprimé sur piste humide ayant déjà permis de moins solliciter son organisme.

Lire aussi :

Aleix Espargaró occupait la deuxième place quand le drapeau blanc barré d'une croix rouge, indiquant la présence de la pluie, a été agité, et c'est à ce moment-là qu'il a perdu le contact avec le leader, l'écart passant de 0"260 à 1"260 en un seul tour. L'aîné des Espargaró estime que la courte averse a permis à Márquez de faire la différence, en osant prendre plus de risques que ses rivaux.

"C'est évidemment un excellent résultat de Marc", a déclaré l'homme fort d'Aprilia. "Sincèrement, je ne m'attendais pas à ce qu'il gagne. Il a été courageux quand la pluie est arrivée. On en parlait avec Marc et Fabio [Quartararo] après la course. Ce n'étaient pas que quelques gouttes, c'était glissant ! J'ai failli chuter au virage 8 et la piste était glissante pendant quatre ou cinq tours. Il a été assez courageux pour faire la différence à ce moment-là. Il a gagné et bravo à lui, il est rapide ici, on le sent, et il a fait la différence. Ce n'est pas facile de gagner avec un tel avantage aujourd'hui donc il a été très bon, il avait un excellent rythme."

Un succès mérité selon Miller, une "leçon de pilotage" pour Zarco

Jack Miller était dans le sillage d'Aleix Espargaró à ce moment de la course et le retard pris par le #41 a selon lui favorisé Marc Márquez. "J'ai essayé de doubler Aleix quand la pluie est arrivée, mais il est immédiatement repassé devant moi. Il a été vraiment très lent durant tout le tour et Marc a pu creuser un gros écart", explique l'Australien. "Il n'y a qu'un seul endroit où on peut vraiment doubler ici, donc j'ai dû tenter au tour suivant."

"[Márquez] a très bien géré la course, c'est pour ça qu'il a gagné plusieurs titres", a ajouté Miller. "Dans une telle course, quand on a vu quelques gouttes de pluie, bam, il a créé un gros écart parce qu'on a tous été ralentis par quelqu'un qui ne voulait pas attaquer dans ces conditions. Il le mérite totalement. Je pense que tout le monde sur la grille pense qu'il méritait une victoire cette année."

Espargaró comme Miller ont finalement été doublés par Miguel Oliveira mais une fois deuxième, le Portugais pointait à 1"8 de Márquez. Un retard impossible à combler pour celui qui a remporté le Grand Prix précédent, sur le circuit de Barcelone, et qui estime aussi que la course s'est jouée dans ces quelques tours sur une piste à l'adhérence précaire, dans lesquelles le sextuple champion de la catégorie a su faire la différence.

"Marc a pu comprendre assez rapidement à quel point il pouvait pousser et il l’a fait plus que les autres", concède Oliveira sur le site officiel du championnat. "J'ai été un peu coincé derrière et ça a été le moment clé de la course. Ensuite, quand je suis passé à la deuxième place, il était déjà un peu tard. Il ne me restait plus grand-chose et il était en contrôle. J'étais un peu plus rapide à certains endroits et il l'était à d'autres, mais c'était le mieux que je puisse faire. J'ai vraiment poussé fort. Il n'a pas fait une seule erreur, moi non plus et finalement le mieux que je pouvais faire c'était de faire deuxième."

Oliveira s'est rapproché dixième après dixième, revenant même à moins d'une seconde à la faveur d'une petite erreur de Márquez au premier virage, mais l'écart a grimpé à nouveau en fin d'épreuve : "Je crois qu'il était en contrôle, mais j'ai quand même mis beaucoup de pression parce que je me suis dit qu'avec sa condition physique on ne sait jamais, peut-être qu'il pourrait commencer à baisser un peu le rythme, ou peut-être que son pneu pourrait être dans un moins bon état que le mien, et donc je mettais la pression juste au cas où. Finalement il n'a rien fait de mal. À trois tours de la fin, il en avait encore un peu plus et il s'est un éloigné d’une demi-seconde sur ce tour et j'ai décidé que c'était fini."

Lire aussi :

Johann Zarco, quatrième quand la piste est devenue glissante, sait que c'est ce moment de la course qui a été déterminant : "Quand il y a eu des gouttes d'eau, je savais qu'elles ne m'inquiétaient pas. Elles n'ont pas inquiété Marc et il a pris deux secondes sur notre groupe. Ces deux secondes auraient pu nous servir sur cette fin de course. Malheureusement, je n'ai pas pu appliquer cette stratégie-là."

Zarco a néanmoins pu observer un Márquez selon lui "fantastique" quand les conditions étaient délicates. "C'est vraiment une leçon de pilotage et de compréhension de la situation ici, et il y a des choses que je veux retenir", souligne-t-il, ne cachant pas son admiration de la performance réalisée par le vainqueur du jour : "J'ai vu des choses que je n'étais pas en mesure de faire. j'espère pouvoir grandir pour atteindre ce niveau-là et à ce moment-là j'aurai une vraie option pour jouer le titre mondial."

Avec Chloé Millois

partages
commentaires

Voir aussi :

Johann Zarco a "peut-être fait une erreur" dans ses réglages

Article précédent

Johann Zarco a "peut-être fait une erreur" dans ses réglages

Article suivant

Photos - Marc Márquez à nouveau roi du Sachsenring !

Photos - Marc Márquez à nouveau roi du Sachsenring !
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021