Márquez battu sur le fil : "J'avais déjà atteint mon objectif"

Si la course s'est jouée à la photo-finish, le leader du championnat relativise sa défaite à Silverstone et assure avoir établi volontairement une stratégie qui lui faisait prendre ce risque pour les derniers tours.

Márquez battu sur le fil : "J'avais déjà atteint mon objectif"

Pour la deuxième course de suite, Marc Márquez a vu la victoire lui échapper alors que le drapeau à damier était en vue. Après avoir été vaincu par Andrea Dovizioso dans le dernier virage du GP d'Autriche, en Grande-Bretagne c'est même après ce virage, véritablement sur la ligne d'arrivée, qu'il s'est incliné face à Álex Rins. Mais le pilote Honda l'assure : c'était un risque assumé au vu des "difficultés" avec lesquelles il devait composer.

Lire aussi :

Parti de la pole position, Márquez a d'abord tenté de s'échapper en tête, et ce en vain en dépit du fait que deux de ses principaux rivaux ont été éliminés dès le premier virage. "Ma stratégie était d'attaquer fort au début, parce que je savais que si je gagnais une seconde au début j'allais m'échapper, mais je n'ai pas réussi, mes sensations n'étaient pas les meilleures", explique-t-il. S'en sont suivis 18 tours durant lesquels le pilote Suzuki est sagement resté dans la roue du #93, contrer de faire le job en tête.

"J'ai fait toute la course devant. À la mi-course, j'ai juste essayé de jouer un peu pour économiser mes pneus. [Je voulais] laisser passer Rins et ensuite essayer de le suivre", relate-t-il. "Quand j'ai essayé de faire cette stratégie en milieu de course pour le suivre pendant quelques tours, afin d'économiser un peu de gomme et de carburant et de savoir où il était en difficulté, il a encore plus coupé les gaz, on a perdu près d'une seconde en un tour et j'ai vu que Viñales revenait. Alors je me suis dit 'La victoire ne m'importe pas, ce sont les points qui m'importent'. Je savais que si je restais là je pourrais ne marquer que 16 points sur cette course, et je savais que si j'attaquais je pourrais en marquer 25 ou 20. Alors j'ai poussé encore et encore."

Moins de gomme, moins de carburant, moins d'énergie

Pris à son propre piège, Márquez s'avançait donc vers une explication finale pour laquelle il se présentait en infériorité par rapport à son adversaire. "À deux tours de la fin, il m'a déjà montré où il voulait attaquer, dans le dernier virage. Je me suis dit 'OK, je n'ai plus de grip, mais je vais essayer de me défendre'. Je me suis très bien défendu sur mes points de freinage, qui étaient mes points forts. Dans le dernier virage, j'ai essayé d'être encore plus à l'intérieur, j'étais très rapide mais à un endroit j'ai soudain commencé à glisser. Il y a alors deux options : continuer et essayer de gagner la course ou bien tomber. Je me suis dit que j'allais jouer un petit peu plus la sécurité, et juste fermer un peu plus les gaz. Rins a fait un dernier tour incroyable."

Si Rins a pu réaliser ce dernier tour incroyable, c'est d'après Márquez car il était plus "frais" face au lièvre qu'avait été le pilote Honda durant toute la course. Mais c'est bien le risque qu'anticipait le leader du championnat et qu'il a pris en toute connaissance de cause, ayant préalablement réussi à réduire le nombre de rivaux pouvant ainsi le battre sur le fil.

"Ma stratégie pour la course était très facile, très précise. Il ne s'agissait pas de faire la meilleure stratégie pour gagner la course, mais juste de faire la meilleure stratégie pour réduire le groupe de tête parce qu'on peut alors perdre moins de points. Je sais qu'en menant la course on use plus les pneus, on se fatigue plus physiquement et on use plus de carburant", pointe celui qui est tombé en panne d'essence dans son tour d'honneur, "mais en tout cas mon principal objectif était de marquer beaucoup de points pour le championnat. Je me suis dit que j'allais mener la course, attaquer encore et encore pour essayer de réduire le groupe de tête. Et c'est ce que j'ai fait, à la fin il n'y avait que Rins et moi. Bien sûr il était plus frais dans les derniers tours, mais j'avais déjà atteint mon objectif."

Lire aussi :

Márquez sait précisément comment il a usé ses gommes au point de ne plus avoir suffisamment de répondant dans les derniers kilomètres : "Un de mes points forts, ce sont les points de freinage, mais pour freiner très, très tard j'ai freiné avec les deux pneus. Et puis j'ai tout le temps mené la course et ici c'est un circuit long et quand vous êtes devant, vous stressez beaucoup plus les pneus parce qu'il faut pousser beaucoup plus fort pour garder la même vitesse en milieu de virage. J'ai compris tout de suite que ce serait comme ça. Dans une autre situation je serais peut-être resté derrière et j'aurais juste attaqué dans les cinq derniers tours, mais ma stratégie était claire dès le départ : attaquer au départ et essayer de jouer à la fin. Ma stratégie était de faire en sorte que le groupe soit plus petit, mais je savais qu'on use ainsi plus le pneu arrière."

"J'ai tout donné, j'ai fait le plus dur et j'ai perdu à la fin ! Je ne suis pas content de la course, mais bien sûr je suis content pour le championnat", souligne tout de même Marc Márquez, pour qui le bilan reste positif. "Pour moi, cela a été une super course et un super résultat pour le championnat. […] Le plus important c'est que je marque 20 points de plus au championnat. On est arrivé avec une avance de 58 points et on en a maintenant 78." Cet écart est cependant aussi dû à l'abandon d'Andrea Dovizioso, pour qui le #93 a tenu à avoir un mot de compassion avant même d'avoir vu sa lourde chute : "C'est dommage que Dovi ait été à nouveau écarté sans que ce soit de sa faute. J'aime avoir tous mes adversaires en piste et c'est dommage pour Dovi. Je lui souhaite le meilleur parce que j'ai entendu que c'était une grosse chute."

Lire aussi :

partages
commentaires
Rins, vainqueur d'une course "folle" très importante pour Suzuki

Article précédent

Rins, vainqueur d'une course "folle" très importante pour Suzuki

Article suivant

Déception pour Rossi, trop loin du podium

Déception pour Rossi, trop loin du podium
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021