Viñales sent qu'il avait le rythme pour le podium à Misano

Maverick Viñales a réussi une belle remontée jusqu'à la huitième place à Misano mais pense qu'un podium aurait été possible avec une meilleure position de départ.

Viñales sent qu'il avait le rythme pour le podium à Misano

Forfait au GP des Amériques, Maverick Viñales a retrouvé le plateau du MotoGP au GP d'Émilie-Romagne. Son week-end s'est conclu sur une huitième place, le meilleur résultat et le premier top 10 du pilote espagnol avec Aprilia, équipe qu'il a rejoint cet été. La remontée de Viñales a été facilitée par les nombreuses chutes mais il a également réalisé de nombreux dépassements et pense même qu'il avait le rythme pour jouer le podium.

"Je pense que si on était parti de la première ou la deuxième ligne, on aurait pu finir dans le top 3 ou le top 4", a exprimé le pilote Aprilia, qui s'est surtout senti limité par sa position de départ. Parti 19e, celui qui avait remporté l'édition 2020 de cette course a eu du mal à rouler à son rythme en début d'épreuve, ne pouvant pas employer les trajectoires qu'il souhaitait derrière des pilotes moins performants.

"La première partie de la course est toujours compliquée quand on part derrière. Je dois dire que je ne suis pas habitué à partir de là donc c'est difficile pour moi. Je dois m'y habituer mais j'espère que ça ne se produira pas souvent. Mais oui, c'est difficile. C'est dur de choisir les trajectoires, de pouvoir doubler rapidement et de ne pas perdre trop de temps derrière les autres."

"Je pense que mon potentiel était encore plus gros dans cette course, parce que j'aurais pu être beaucoup plus rapide dans les premiers tours", a ajouté Viñales."J'ai perdu beaucoup de temps. J'ai perdu au moins 10 à 15 secondes. On essaie de doubler parce qu'on est derrière les autres, on avance petit à petit mais je suis content de cette progression."

Des réglages inconnus et une arrivée dans la roue d'Aleix Espargaró

La tâche de Viñales a également été compliquée par les séances d'essais disputées sur piste humide, qui l'ont obligé à aborder la course avec des réglages totalement inconnus pour lui. Il lui a fallu un certain temps d'adaptation mais le choix était le bon : "On a fait un gros changement sur la moto. On sent qu'on doit tester des choses. On utilise la course comme un test et je suis très content parce qu'on a fait le choix au dernier moment mais ça a très bien fonctionné."

"Dans la deuxième partie de la course, je pouvais rouler dans la fenêtre moyenne des 1'32 et je pense que c'était un très bon chrono dans les conditions de piste que nous avions. Donc on veut travailler. C'est dur de découvrir une moto quand tout le monde a fait beaucoup de kilomètres, beaucoup de courses. C'est encore plus difficile."

"C'est toujours sympa d'être dans le top 10. Je pense qu'on se rapproche au fur et à mesure. Je suis content parce qu'à la fin, j'étais très rapide et je n'ai pas fait la moindre erreur. Donc il faut travailler, travailler. On est sur la bonne voie."

Je suis encore dans cette situation où je ne suis pas à l'aise mais où j'arrive à être performant. Donc je suis curieux de voir ce que je pourrai faire sur cette moto quand je serai à l'aise.

Maverick Viñales

La performance de Viñales à Misano est d'autant plus remarquable qu'il a franchi la ligne d'arrivée seulement 0"139 derrière son coéquipier Aleix Espargaró, parti huit places devant lui et surtout bien plus expérimenté sur l'Aprilia. Mais battre Espargaró n'est pas encore le véritable objectif de Viñales, avant tout concentré sur la découverte de la RS-GP.

"Je n'ai pas pu le doubler, j'ai passé trop de temps derrière Marini et donc je suis pas revenu vite sur Aleix. Mais sincèrement, je ne me concentre pas sur Aleix ou les autres. Je me concentre sur mes sensations. Je sais que je dois trouver une bonne connexion avec la moto parce que je sens vraiment qu'on a du potentiel. Je ne suis pas suffisamment à l'aise pour faire le deuxième ou troisième meilleur temps de la course. Je suis encore dans cette situation où je ne suis pas à l'aise mais où j'arrive à être performant. Donc je suis curieux de voir ce que je pourrai faire sur cette moto quand je serai à l'aise."

Et pour trouver cette aisance, Maverick Viñales devra notamment améliorer son équilibre sur l'Aprilia. L'Espagnol est encore en quête de la meilleure position et doit apprendre à gérer les phases de freinage : "J'essais de trouver ma place sur la moto. Parfois je suis à l'aise, parfois non. Et ce week-end a été difficile parce que les conditions ont changé tout le temps, c'est dur de progresser personnellement dans ce genre de conditions."

"On a modifié l'équilibre de la moto, la répartition des masses, et c'est beaucoup mieux. Je dois progresser sur les freins, c'est très différent [de la Yamaha]. La façon de freiner des deux machines que j'ai pilotées cette année est très différente et je dois encore gagner en confiance mais [en course], on a fait de gros progrès côté confiance."

Viñales n'a piloté l'Aprilia que sur deux pistes, au MotorLand Aragón, théâtre de sa première course avec cette machine, et à Misano, où il a fait un premier test en août avant d'y disputer deux épreuves. Il veut maintenant prouver son niveau sur d'autres pistes : "C'est vrai qu'on a fait beaucoup de tours à Misano mais ça n'a pas d'importance, tout le monde a fait beaucoup de tours et tout le monde peut être rapide à Misano. Maintenant, pour Portimão, avec les modifications qui ont été faites dans les réglages, je suis assez confiant."

Lire aussi :

partages
commentaires
Carlos Checa va faire ses débuts sur le Dakar en auto
Article précédent

Carlos Checa va faire ses débuts sur le Dakar en auto

Article suivant

Álex Rins frustré d'avoir vu l'arrivée "très loin du premier"

Álex Rins frustré d'avoir vu l'arrivée "très loin du premier"
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021