Mir et Bagnaia restent frustrés par l'inconstance des pneus

Joan Mir et Pecco Bagnaia sont revenus ce jeudi sur les soucis de pneus rencontrés à Silverstone. Ils déplorent une accumulation de problèmes, sans incriminer Michelin.

Mir et Bagnaia restent frustrés par l'inconstance des pneus

Depuis que la saison a repris après la pause estivale, chaque course a été marquée par des problèmes liés aux pneus. Certains pilotes ont évoqué un manque d'adhérence et surtout des performances qui ne correspondaient pas à leurs attentes, faisant état de sensations différentes avec des gommes pourtant censées être identiques. Michelin a d'abord estimé que la configuration du Red Bull Ring, qui imposait une carcasse rigide, pouvait être en cause, mais le problème est à nouveau apparu à Silverstone, avec des dégringolades pour Joan Mir, Pecco Bagnaia et Valentino Rossi en course.

Michelin a promis des réponses et chez Suzuki, on a la conviction que le problème était bien lié à la gomme et pas à la machine. "C'est difficile de répondre parce que c'est toujours une combinaison de plusieurs facteurs", a expliqué Mir. "C'est sûr que c'était étrange. Je ne pense pas que c'était lié aux réglages de la moto. L'équipe m'a donné son explication sur ce qu'il s'est passé. La seule chose à dire, c'est que j'espère que ça ne se reproduira pas parce que ça détermine tout le week-end et que ça peut déterminer le championnat. Essayons d'être positifs pour celui-là."

Pecco Bagnaia a confirmé que le souci qu'il a rencontré en Grande-Bretagne venait du pneu et pas d'un réglage de sa Ducati. "J'ai discuté avec Michelin aujourd'hui", a précisé le natif de Turin. "Je sais que Gigi [Dall'Igna, directeur général de Ducati Corse] a eu une réunion avec eux mardi. Ils ont reconnu que mon pneu arrière n'était pas performant mais c'est une chose qui peut arriver, parce qu'ils ne peuvent pas savoir si un pneu sera performant ou pas. [Dans un week-end de course] ils regardent si le pneu n'est pas endommagé, s'il va bien, s'il est neuf, et ils disent 'ce sera ton pneu de course'. Dans les pneus que l'on a, c'est le meilleur. Ils disent que ça peut arriver. Pour moi et pour tous les pilotes, j'aimerais que ça ne se reproduise pas mais ils ne peuvent pas l'anticiper."

Lire aussi :

Plusieurs fois cette année, des pilotes ont senti des soucis avec des pneus "préchauffés", qui sont des gommes non utilisées sur un week-end de course puis apportées sur une autre, mais les problèmes rencontrés dans les derniers Grands Prix ont pris de cours les acteurs du championnat, si bien que Mir s'est retrouvé démuni à Silverstone : "Je n'ai pas de solution. C'est trop imprévisible. Normalement, on garde un pneu pour le dimanche et il faut se dire qu'il va fonctionner. Habituellement c'est le cas, mais parfois il se passe quelque chose et il n'y a pas le niveau de grip que l'on attendait. Et ça n'arrive pas que le dimanche, ça arrive aussi le vendredi".

"Le niveau de grip change plus que ce qu'on attend. C'est dur de travailler sur ça. On travaille sur les réglages, on les améliore, puis on change de pneus et si le niveau d'adhérence est différent, tout le pilotage change. Et il faut tout refaire. On n'a pas beaucoup d'essais pour tout évaluer. Quand ça arrive, c'est très dur d'être constamment devant. Ça s'est aggravé dans les dernières courses. Ce n'était pas comme ça avant. Je pense qu'il s'est passé dans les dernières courses, parce qu'on n'est pas habitués à des changements d'adhérence dans cette ampleur."

Bagnaia estime de son côté que Michelin pourra tirer les leçons des problèmes rencontrés à Silverstone : "Je pense qu'ils font déjà un gros contrôle des pneus. Ils m'ont dit que grâce aux données de la dernière course – parce que dans les données, il était évident que le pneu n'était pas bon – ils ont plus d'informations pour la suite. C'est très dur d'anticiper si un pneu sera bon ou pas".

Mir évite de critiquer Michelin

Joan Mir a manifesté une certaine gêne en évoquant le sujet des pneus, ne souhaitant pas porter d'accusations envers Michelin. Le manufacturier clermontois a balayé toute théorie du complot en expliquant qu'il lui serait impossible de favoriser Fabio Quartararo s'il avait la volonté de le faire, chaque pneu étant attribué de manière aléatoire à un pilote. Mir fait confiance à Michelin et espère que le problème ne se présentera plus.

"Ce n'est pas que l'on a pas le droit d'en parler, c'est plus que profondément, je veux penser que Michelin fait tout son possible pour gérer la situation du mieux possible. Mais c'est vrai que dans les dernières courses, pas seulement moi mais plusieurs pilotes se sont plaints de ça. Si ça arrive une fois, ça va, on ne se plaint pas, mais si ça arrive plus, c'est plus dur de se taire. Mais vous savez ce que je pense de ça. Je crois qu'ils font ce qu'ils peuvent, pour donner de bons pneus à tout le monde. Mais des choses se sont passées dans les dernières courses. Il faut regarder devant."

Et aux yeux du Champion du monde, critiquer Michelin n'apporterait rien de constructif : "Même si le pilote ne dit pas aux médias ce qu'il se passe, je pense que toutes les équipes poussent énormément pour améliorer la situation. Ils travaillent. C'est ce qu'ils disent et je les crois. À ce stade, il faut continuer comme ça. Mais si c'est de plus en plus fréquent, qu'il se passe des choses étranges et que des gens qui se battent pour le championnat ont des problèmes et pas les autres... Je ne pense pas que c'est prémédité. Ils font ce qu'ils peuvent. Il n'y a pas besoin d'être en colère, d'en parler à la presse, etc. Il faut résoudre ça en interne".

Álex Rins souhaite aussi se montrer compréhensif envers Michelin, parfois confronté à des conditions imprévues, mais il a confirmé que le sujet des pneus préchauffés et de l'inconstance des gommes était très régulièrement évoqué dans la Commission de sécurité. "Dans certaines courses on est inquiets des pneus", a précisé l'Espagnol. "On parle beaucoup des pneus dans des courses où, comme à Silverstone, personne n'attendait qu'il fasse si froid en plein mois d'août. Donc les pneus étaient un peu durs pour cette température. Le travail de Michelin n'est pas facile."

Lire aussi :

partages
commentaires

Voir aussi :

Marc Márquez espère compenser ses faiblesses au GP d'Aragón

Article précédent

Marc Márquez espère compenser ses faiblesses au GP d'Aragón

Article suivant

Soulagé d'avoir quitté Yamaha, Viñales sent moins de poids chez Aprilia

Soulagé d'avoir quitté Yamaha, Viñales sent moins de poids chez Aprilia
Charger les commentaires
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021