Marc Márquez espère compenser ses faiblesses au GP d'Aragón

Marc Márquez sait que le circuit d'Aragón pourrait jouer en sa faveur mais il doit encore composer avec un manque de force dans le bras droit et des performances en retrait en qualifications, tandis qu'il ne parvient plus à compenser aussi bien les faiblesses de la Honda.

Marc Márquez espère compenser ses faiblesses au GP d'Aragón

Absent du double rendez-vous du MotorLand Aragón en raison de sa convalescence l'an passé, Marc Márquez retrouve un circuit qui lui a beaucoup réussi par le passé, puisqu'il y reste sur quatre succès. Dix des 17 virages du tracé sont sur la gauche, ce qui économisera son bras droit fracturé il y a un an. Le succès du Sachsenring, autre piste faite de nombreux virages sur la gauche et où le #93 a l'habitude de dominer, fait penser qu'un bon résultat est possible ce week-end, mais l'intéressé préfère se montrer prudent.

"Je sais que je me sentirai très bien en EL1, mais il faudra comprendre [la situation] au cours du week-end", temporise Márquez. "C'est un circuit et un tracé que j'aime. Il y a des virages sur la gauche qui vont moins solliciter le bras droit. Mais on verra, parce que parfois la position dans les virages à gauche n'est pas totalement naturelle. Je peux rouler sans penser au bras et au reste."

Márquez n'a pas pu montrer ce dont il était capable à Silverstone puisqu'il a abandonné dès le premier tour, conséquence d'un deuxième contact avec Jorge Martín. Le Catalan a reconnu sa responsabilité dans cet accrochage et il assume son agressivité dans les premiers virages des Grands Prix, ne cachant pas sa volonté de tout faire pour rester au contact des leaders.

"Dans le premier tour, j'essaie toujours de trouver une bonne position. Évidemment, ce n'est pas la même chose de se battre quand on part des deux premières lignes ou de la troisième ou la quatrième ligne. C'est totalement différent. Cette année, j'ai parfois gagné beaucoup de positions, parfois j'en ai perdu, mais la plupart du temps j'en gagne. C'est l'un de mes points forts et je dois en profiter."

Lire aussi :

"Dès que mes performances seront meilleures et que je partirai plus à l'avant, tout sera plus simple. En ce moment, j'ai surtout du mal dans les tours rapides. En rythme de course, j'arrive plus ou moins à être bon maintenant. C'est aussi pour ça que j'essaie de ne pas perdre le contact avec le groupe de tête dans le premier tour, parce que si c'est le cas, la course est finie."

Le bras amoindri de Márquez contribue également à ses difficultés dans le premier tour : "C'est un peu une combinaison. C'est un peu le bras, mais avec le nouveau pneu [arrière, introduit par Michelin en 2020, ndlr] c'est devenu plus physique. Quand on manque de grip, il y a des mouvements, tout est plus doux dans le pilotage. Mais dans un premier tour, avec beaucoup de grip, on est plus agressif donc c'est là que j'ai du mal. Je n'arrive pas à exploiter les pneus neufs".

Márquez doit aussi composer avec une Honda aux faiblesses encore évidentes. Il ne parvient plus à compenser aussi bien des problèmes historiques de la RC213V tandis que d'autres sont apparus durant sa convalescence : "Il y a eu des changements sur la moto. Ils avaient déjà testé le frein arrière mais je sens que ce n'est pas une grosse amélioration. Il y a eu des changements parce qu'on était en difficulté dans certains domaines et qu'on veut trouver quelque chose. Parfois c'est mieux, parfois c'est moins bien".

"Cette année, j'ai des soucis dans de nombreux domaines. Certains sont les mêmes qu'avant mais dans d'autres c'est nouveau. Dans certains domaines, parfois j'arrivais à m'adapter avec mon pilotage et maintenant je ne peux plus. J'essaie de le faire mais je n'y parviens pas à ce stade. Donc j'essaie d'adapter la moto différemment pour compenser ou perdre moins de temps."

Lire aussi :

 

partages
commentaires

Voir aussi :

Michelin anticipe la chaleur au GP d'Aragón

Article précédent

Michelin anticipe la chaleur au GP d'Aragón

Article suivant

Mir et Bagnaia restent frustrés par l'inconstance des pneus

Mir et Bagnaia restent frustrés par l'inconstance des pneus
Charger les commentaires
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021