À Motegi, Torres espère pouvoir davantage s'imposer face à Siméon

Pour sa deuxième course en MotoGP, en Thaïlande, l'Espagnol a réussi à faire un pas en avant en ne terminant pas à la dernière place. Il entend désormais poursuivre sur cette lancée à l'heure d'aborder le Grand Prix du Japon.

À Motegi, Torres espère pouvoir davantage s'imposer face à Siméon
Jordi Torres, Avintia Racing
Jordi Torres, Avintia Racing
Jordi Torres, Avintia Racing
Jordi Torres, Avintia Racing
Jordi Torres, Avintia Racing
Jordi Torres, Avintia Racing
Jordi Torres, Avintia Racing
Jordi Torres, Avintia Racing
Jordi Torres, Avintia Racing
Jordi Torres, Avintia Racing
Jordi Torres, Avintia Racing
Jordi Torres, Avintia Racing
Jordi Torres, Avintia Racing

Quatre années après avoir quitté le Moto2, Jordi Torres a fait son retour en Grand Prix pour intégrer le team Avintia, privé de Tito Rabat, blessé. L'Espagnol a débuté dans la catégorie reine en Aragón, où il a terminé dernier de la course à 59"5 secondes du vainqueur.

En Thaïlande, pour ce qui ne constituait que sa deuxième expérience au guidon de la GP16, l'Espagnol a terminé à la 19e place, devant Thomas Lüthi, Pol Espargaró (qui récupère encore d'une blessure) et Takaaki Nakagami, qui a fini la course en dépit d'une chute en tout début d'épreuve. Mais le plus intéressant est de voir l'écart qui a séparé cette fois-ci Torres du vainqueur, Marc Márquez, à savoir 39 secondes.

En dépit du fait que Rabat donne le meilleur de lui-même pour faire son retour à la compétition le plus tôt possible, celui-ci va cependant devoir une nouvelle fois céder sa place lors du Grand Prix du Japon. Torres va donc poursuivre l'aventure avec Avintia pour encore au moins un week-end supplémentaire.

Lire aussi :

Il s'agira donc pour lui de continuer à capitaliser sur tout ce qu'il a appris de la catégorie reine en deux épreuves. Or, s'il s'est montré satisfait du travail effectué en Thaïlande, Torres a eu la sensation qu'il aurait pu faire encore mieux. Cependant, il était bien obligé de reconnaître que le fait de terminer devant des pilotes comme Lüthi ou Pol Espargaró méritait d'être souligné.

"C'est vrai que Pol a encore sa blessure et que c'est un désavantage pour lui", a reconnu Torres. "Cela a été très intense pour moi car j'ai dû contrôler plein de choses que je n'avais jamais eu à faire dans ma vie, comme la gestion du carburant, les changements de cartographie pour arriver à la fin de course, les réglages au niveau des gaz pour ne pas gâcher de carburant."

"Ce sont beaucoup de choses qui monopolisent votre attention, et qui vous empêchent d'avoir l'esprit suffisamment libre pour avoir un comportement naturel. Tout est très mathématique, calculé, je suis devenu froid et calculateur. Il faut parvenir à un mélange des deux, qui vous soit plus naturel, plus inné, plutôt que d'inventer un comportement pour répondre à ces exigences."

Des progrès évidents

Quoi qu'il en soit, les progrès aperçus entre la première et la deuxième course sont évidents, et l'équipe se montre satisfaite de l'apport du débutant. "J'espère que c'est le cas, mais il y a beaucoup de choses à apprendre, la situation me bouscule, cela me fait avancer, c'est comme un train qui me pousse à 300 km/h. J'essaie de garder mon sang-froid comme je peux, mais je ne me sens pas totalement fluide, je suis un peu bridé, je ne contrôle pas ma position sur la moto, j'ai le dos très enfoncé."

"Il y a beaucoup de choses, mais je m'amuse, l'équipe m'aide beaucoup dans tout ce que je fais, et je crois que l'évolution se fait de manière correcte", poursuit Torres avec son aisance habituelle, au micro de la chaîne MovistarTV. "Il est clair que tout va très vite. Un week-end, c'est finalement très peu de tours en piste, mais je m'amuse quand même et tout se passe très bien."

Lire aussi :

Comme annoncé lundi, Torres sera donc de la partie au Japon pour disputer sa troisième course en MotoGP. "Lors de la prochaine course, j'aimerais me battre avec Xavier Siméon, c'est mon coéquipier [le Belge dispose d'une GP17, ndlr], et c'est donc l'ennemi numéro 1, et j'en suis très proche. Il ne m'a pas manqué grand chose, je me suis approché plusieurs fois mais je n'ai pas osé mettre la roue."

"Si j'en avais eu le courage, alors j'aurais pu créer un choc mental pour lui faire faire un peu plus d'erreurs. Mais je n'ai pas eu le courage de le faire, peut-être que je ne me suis pas senti suffisamment prêt, mais nous avons cette prochaine course à Motegi, et je n'ai pas d'autre épreuve entre les deux", souligne Torres, qui s'est séparé de MV Agusta en Superbike. "C'est donc dans cet état d'esprit que je vais aller au Japon, et j'espère pouvoir y 'mettre la roue'. Même si je reste derrière, je serai satisfait si je pouvais lui passer devant quelques fois. Je suppose que si je le dépasse je saurai alors quel comportement il faudra adopter dans ce cas-là. Je ne sais pas, il y a mille choses qui me viennent à l'esprit."

Avec Willy Zinck

partages
commentaires
Márquez Champion du monde au Japon si…

Article précédent

Márquez Champion du monde au Japon si…

Article suivant

Le programme du GP du Japon

Le programme du GP du Japon
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021