MotoGP
20 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
04 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
EL3 dans
11 Heures
:
37 Minutes
:
02 Secondes

Quartararo n'a "aucun regret" malgré les imperfections de ses débuts

partages
commentaires
Quartararo n'a "aucun regret" malgré les imperfections de ses débuts
Par :
22 oct. 2019 à 10:50

Près d'un an après avoir piloté pour la première fois la Yamaha, le meilleur rookie de cette saison de MotoGP veut retenir le positif de son apprentissage et non ce qu'il aurait pu faire mieux à ses débuts.

Dès le début du week-end de Motegi, Fabio Quartararo se disait admiratif de la capacité de Marc Márquez à signer des temps réguliers en employant différentes façons de faire, alors qu'il se sentait pour sa part plutôt limité dans son choix de trajectoires. Pourtant, le jeune Niçois a réussi à évoluer au cours du week-end, jusqu'à utiliser des lignes différentes, inspirées par le pilote Honda, et ainsi mieux gérer ses pneus sur une piste où l'usure s'est révélée un paramètre délicat pour la course.

Avec à la clé son sixième podium de la saison, le premier pour Yamaha sur cette piste depuis 2015, Quartararo ne pouvait que se féliciter des précieux enseignements encore emmagasinés durant ce 16e Grand Prix qu'il disputait en MotoGP. "C'est encore une course qui m'a permis d'apprendre à gérer les pneus. Même si à la fin j'ai été en difficulté, j'ai réussi à signer de bons temps d'une autre manière et je pense que c'est quelque chose que j'ai appris principalement ici", soulignait-il à sa descente du podium.

Lire aussi :

Sacré Rookie de l'année grâce à cette nouvelle deuxième place, le pilote Petronas est récompensé pour une saison impressionnante, auréolée par six entrées dans le top 3 en course, mais aussi dix départs de la première ligne et entre autres quatre pole positions, deux meilleurs tours en course et pas moins de 66 tours bouclés en tête (seul Márquez a fait mieux). D'un premier Grand Prix qui l'a vu se qualifier à une cinquième place déjà épatante mais en perdre le bénéfice sur la grille de départ, à ce Grand Prix du Japon parfaitement géré derrière l'indétrônable Márquez, Quartararo en a fait, du chemin.

"Si je devais citer des moments clés, ce serait d'abord le test du Qatar. Pour moi, c'est là que j'ai vraiment senti la grande différence sur le freinage", explique le pilote de 20 ans, qui a passé toute l'intersaison à essayer de comprendre comment mieux gérer les freins de sa M1. Et l'apprentissage s'est poursuivi tout au long de la saison, avec certaines étapes clés. "La course de Jerez, pour vraiment mettre la moto à la limite dans toutes les circonstances. Et après en Autriche, réussir à bien garder les pneus, commencer à avoir vraiment l'expérience de bien les gérer, réussir à ne pas faire d'erreurs", poursuit-il.

"Puis les batailles avec Marc, ne pas avoir de pression quand quelqu'un comme lui est derrière toi pendant 26 tours comme à Misano, être collé sans faire d'erreurs. Je pense que cela a été une grande étape aussi. Et puis ici [à Motegi], faire des chronos avec des pneus usés. J'ai fait le dernier tour en 1'46"5 : ça n'est vraiment pas un mauvais chrono et je l'ai fait d'une manière différente, sans utiliser le grip arrière et [en exploitant] plus d'autres aspects de la moto", se félicite-t-il.

Lire aussi :

Au vu des leçons apprises tout au long de l'année, Quartararo en viendrait-il à avoir quelques regrets pour certaines de ses performances du début de saison ? "C'est sûr que j'en aurai toujours", concède-t-il. "Pas pour les deux courses où j'ai récemment été premier tout du long [Misano et Buriram, ndlr], mais c'est sûr que je réalise maintenant qu'en début d'année il y a plein de choses que je faisais super mal, quand je freinais avec le frein avant et le frein arrière en même temps et que rien ne fonctionnait, ou [des choses] que je devais utiliser de manière différente."

"Ce ne sont pas des choses que je regrette", rectifie-t-il toutefois, "mais des choses que je devais apprendre. Je n'ai donc aucun regret quant à ce que j'ai fait au cours de mon apprentissage, parce qu'à la fin c'est normal qu'on en passe par là."

Article suivant
Crutchlow contraint à un début de course de gestion

Article précédent

Crutchlow contraint à un début de course de gestion

Article suivant

Nakagami craignait de ne pas pouvoir faire plus de trois tours

Nakagami craignait de ne pas pouvoir faire plus de trois tours
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Fabio Quartararo
Équipes SIC Racing Team
Auteur Léna Buffa