MotoGP
20 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
04 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

Une chute met fin au "week-end difficile" de Quartararo

partages
commentaires
Une chute met fin au "week-end difficile" de Quartararo
Par :
27 oct. 2019 à 08:59

Fabio Quartararo a abandonné sur chute dès le deuxième virage du Grand Prix d'Australie MotoGP, point final d'un week-end particulièrement difficile, malgré une place en première ligne sur la grille de départ.

Après une chute en Essais Libres 1, le laissant avec une cheville très douloureuse, Fabio Quartararo n'aura pas profité très longtemps du Grand Prix d'Australie, chutant dès le deuxième virage, après un contact avec Danilo Petrucci. Une fin abrupte à un week-end difficile, marqué par des conditions climatiques très compliquées à gérer, notamment samedi, où la séance de qualifications avait dû être annulée et reportée au dimanche matin.

Cela forçait donc le Niçois à passer par la Q1 pour la première fois cette saison, et Quartararo a parfaitement géré l'écueil, terminant en tête de la séance. En Q2, c'est sur la première ligne qu'il est parvenu à hisser sa Yamaha YZR-M1. Le numéro 20 a tout de suite saisi la portée de sa performance, lui qui n'avait pas roulé en EL2, seule séance véritablement sèche et en conditions acceptables avant le warm-up.

Lire aussi :

"Honnêtement, c'était un week-end difficile. Une grosse chute vendredi, [encore une chute] aujourd'hui... Ce matin je crois que nous avons fait quelque chose d'incroyable, passer de notre première Q1 à la Q2 et à la première ligne, c'était un très bon début de journée. Nous étions un peu confus au niveau du choix des pneus, nous avons pris le hard [à l'arrière pour la course]", a-t-il déclaré au site officiel du MotoGP.

C'est en partie ce choix qui a précipité les choses en course pour Fabio Quartararo. Le Niçois a en effet perdu l'arrière de sa machine dans le virage 2 et partait tout droit dans l'herbe lorsqu'il a été percuté par Danilo Petrucci. L'Italien avait été éjecté de sa machine quelques secondes plus tôt et a atterri sur l'arrière de celle du Français. Quartararo ne blâme donc pas le pilote Ducati pour sa sortie de piste, étant donné qu'il aurait de toute façon quitté le circuit.

"Dans le deuxième virage, beaucoup de pilotes en pneu hard [arrière] ont fait une petite erreur, comme moi, mais la mienne était un peu plus grande, et celle de Petrucci encore plus. Ce n'était pas le meilleur choix de pneu sans aucun tour dessus, mais c'est facile à dire maintenant", explique-t-il. "Honnêtement Petrucci m'a touché, mais même s'il ne m'avait pas touché ça aurait été la même chose, j'aurais été dans l'herbe et j'aurais perdu énormément de positions. Peut-être que j'aurais pu continuer la course, mais la lutte pour le podium ou le top 5 aurait été très difficile. C'est une nouvelle prise d'expérience dans cette année de rookie, je pense que c'est le moment pour faire ce genre d'erreurs."

Au niveau de son choix de pneus, Quartararo refuse toutefois de parler d'erreur, même si l'on a vu que Maverick Viñales a pu amener une monte soft-soft en toute fin de course, jusqu'à sa chute dans le virage 10. Le Français n'a pas testé la gomme hard arrière avant le départ de la course, mais là aussi cela se justifiait pour lui, étant donné qu'il n'avait pas eu le loisir de rouler en EL2 vendredi après sa chute du matin.

Lire aussi :

"Si l'on regarde les derniers tours, on voit que Maverick avait beaucoup de mal à contrôler le grip arrière. Pour nous, c'était le choix le plus sûr. Nous n'avons pas roulé avec d'autres pneus que le soft", indique-t-il. "Je pense que ça n'était pas une erreur [de rouler en soft au warm-up]. Je ne peux pas partir dès mes premiers tours sur le sec avec un pneu hard, je pense que la première des choses était d'essayer de rentrer en Q2 et d'être prêt. Avec les températures au sol, le hard était un peu risqué. Rien à regretter sur ce que j'ai fait au warm-up, en Q1 et en Q2."

"On a eu... pas des complications mais on a vu que le hard fonctionnait bien, que le soft avait un peu de mal à terminer la course, donc on a pris cette décision. [Chez qui?] En regardant les chronos, on a vu qu'il y avait pas mal de pilotes qui ont roulé avec le hard, donc on a pris cette décision."

Fabio Quartararo met désormais le cap, comme tout le Continental Circus, vers la Malaisie, pour l'épreuve à domicile de son équipe, où il souhaitera forcément faire mieux que ce week-end. Il ne se met toutefois pas de pression supplémentaire, conscient que d'autres constructeurs pourront faire valoir leur arguments à Sepang.

"Ça ne va pas être facile, on voit que les Ducati ont une grosse vitesse de pointe, Bagnaia était pas mal aujourd'hui donc il a pris pas mal de confiance, Miller a fait un podium... Je pense qu'il faut rester tranquille, on va faire de notre mieux sans pression supplémentaire, juste s'amuser et essayer de ramener pas mal de points."

Article suivant
Márquez : Viñales était le plus rapide

Article précédent

Márquez : Viñales était le plus rapide

Article suivant

Viñales : "Une course très positive" malgré la chute

Viñales : "Une course très positive" malgré la chute
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP d'Australie
Catégorie Course
Lieu Phillip Island Grand Prix Circuit
Pilotes Fabio Quartararo
Équipes SIC Racing Team
Auteur Michaël Duforest